Stéphan La Roche a amorcé les pourparlers avec la Société Moulinsart et négocié une prolongation de l’exposition Hergé à Québec de six semaines, car l’engouement du départ ne fléchissait pas après quatre mois. Crédit: Erick Labbé

11 janvier 2018

Stéphan La Roche: quand le droit mène à la culture

Par: Yves Therrien

Le jeune étudiant guide-­animateur dans les premières années du Musée de la civilisation n’aurait jamais osé envisager qu’il chausserait les grandes chaussures du directeur général de l’époque, Roland Arpin. Encore moins rêver de battre les records en marquant l’histoire du musée avec l’exposition Hergé à Québec.

Le record précédent appartenait à l’exposition L’or des Amériques en 2008 avec une moyenne de 77 000 visiteurs par mois. Le père de Tintin a fait mieux avec 84 100 visiteurs par mois pour un total de plus de 420 000 personnes.

Les statistiques montrent une hausse de 35 % de sa fréquentation entre le 21 juin et le 3 décembre 2017 comparativement à 2016. Et 74 % des gens sondés provenaient de l’extérieur de la région, dont 46 % de l’extérieur de la province. Alors que 40 % des touristes ont affirmé être venus dans la région en tout ou en partie pour visiter l’exposition. Et le nombre d’abonnements au Musée de la civilisation a plus que doublé par rapport à la même période l’an dernier.

Battre des records, c’est ce que Stéphan La Roche a réussi avec Hergé, même s’il insiste pour parler d’un travail d’équipe. «Un directeur général c’est important dans un musée, mais ça fait peu de choses sans les équipes qui l’entourent. C’est à cause de leur efficacité et de leur talent que tout a pu être négocié et réalisé rapidement», insiste-t-il.

Lire l'article complet du Soleil : Stéphan La Roche: quand le droit mène à la culture

Source : Le Soleil, édition du 6 janvier 2018.

www.ulaval.ca