Jardiner : pour la santé physique et mentale

Par Guillaume Grégoire, agr. Ph.D., professeur adjoint, Département de phytologie de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation

Avec les évènements que nous vivons depuis quelques semaines, plusieurs personnes réalisent l’importance de l’agriculture pour la société. Cette prise de conscience s’accompagne, pour plusieurs, d’une volonté de devenir plus autonome du point de vue alimentaire. Ainsi, le jardinage et l’agriculture urbaine, qui profitaient déjà d’un certain engouement depuis quelques années, deviennent pour plusieurs, une avenue intéressante pour s’assurer d’un accès à des fruits et légumes frais pendant les prochains mois, et pour faire des réserves (congélation, conserves, etc.) pour l’hiver prochain.
Traditionnellement, on associe le jardinage à la culture de plantes comestibles dans des jardins potagers en pleine terre. Cependant, le fait de ne pas avoir de terrain ou d’en avoir un trop petit n’est plus une excuse pour ne pas jardiner puisqu’il existe aujourd’hui plusieurs manières de cultiver des plantes :

Contenants : parfait pour les endroits restreints comme les balcons, les allées, les clôtures ou les sols non cultivables, les pots existent sous différents formats et différents matériaux. Il est possible de recycler différents contenants pour en faire un milieu de culture unique. Puisqu’on peut facilement les abriter à l’intérieur en cas de risque de gel, ils sont parfaits pour les plantations hâtives.

Bacs surélevés : Idéaux pour les personnes à mobilité réduite ou ceux ayant des maux de dos, ces bacs sont grands et profonds, ce qui permet la culture d’une grande variété de plantes. Souvent en bois, ils peuvent être construits assez facilement par une personne habile de ses mains, mais plusieurs jardineries et grandes surfaces les vendent également.

Paniers suspendus : Généralement de taille plutôt restreinte, ils conviennent pour des plantes de petite taille, par exemple pour les fines herbes. On peut également y planter des fraises qui, grâce à leur couleur et à leur port retombant, ajoutent un impact visuel des plus intéressants.

Plates-bandes : En plus de leurs caractéristiques nutritives, plusieurs plantes comestibles ont des qualités esthétiques non négligeables. On assiste depuis quelques années à une mise en valeur de ces qualités esthétiques, notamment par l’inclusion des plantes comestibles dans des plates-bandes autrefois réservées aux plantes ornementales.

Jardins communautaires ou collectifs : Les premiers permettent de louer une parcelle d’un grand potager pour y cultiver nos propres plantes. Les seconds permettent de partager les tâches d’entretien et les récoltes d’un grand potager cultivé en groupe. Dans tous les cas, ce type de jardin ajoute une dimension sociale à la culture des fruits et légumes, et permet, pour les néophytes, d’être accompagné par des jardiniers d’expérience.

Si les fruits et les légumes sont la nourriture du corps, on dit souvent que les fleurs sont la nourriture de l’esprit. N’hésitez donc pas à ajouter des fleurs à vos jardins. En plus d’avoir plusieurs impacts positifs sur le moral, elles attirent les pollinisateurs qui sont essentiels à la production de plusieurs fruits et légumes.

Plusieurs sites web proposent des conseils sur le jardinage et la transformation des récoltes, en voici quelques-uns pour ceux qui aimeraient en apprendre davantage:
https://www.jardin.ulaval.ca/
https://dujardindansmavie.com/
https://mjardiner.com/

Gardons le contact!

Joignez-vous à notre communauté Vous voulez connaître d’autres histoires à succès? Abonnez-vous à notre infolettre et recevez d’autres nouvelles sur les réussites des diplômés UL!