Démystifier et mieux traiter le TDAH, tant chez l’adulte que chez l’enfant

 
 

La psychiatre Annick Vincent a choisi le TDAH comme cheval de bataille pour de multiples raisons. En tout premier lieu, parce qu’elle voulait aider les personnes aux prises avec ce trouble neurologique à atteindre leur plein potentiel, malgré les impacts importants qu’il a dans leur vie. En second lieu, elle voulait s’attarder à la clientèle des adultes atteints de TDAH. Parce que l’on parle beaucoup des enfants, mais bien peu des adultes, qui ont pourtant dû avancer dans la vie contre vents et marées avec cette maladie qui freine bien des élans, bien des projets. Aussi, dans le but de démocratiser le TDAH, le Dre Vincent voulait développer des outils et des formations fiables et à jour pour mieux guider et informer les personnes atteintes et leurs proches, mais aussi les professionnels de la santé.


Le Dre Annick Vincent a fait ses études de médecine à l’université Laval et son Fellow aux États-Unis. Elle fait partie de ces gens pour qui les journées semblent compter plus de 24 heures… La cofondatrice de la Clinique FOCUS, un établissement multidisciplinaire spécialisé dans l’évaluation et le traitement du Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), est incontestablement passionnée par sa profession. Au point d’y consacrer jusqu’à ses temps libres ! En effet, entre quelques bons moments passés en famille ou entre amis, quelques plats cuisinés avec attention et des activités sportives régulières, Mme Vincent écrit des livres qui viennent alimenter la collection Maître à bord, qu’elle a lancée avec deux collègues, il y a quelques années. Cette collection sort du carcan diagnostic pour accompagner les parents à travers les aléas de la vie familiale.


« Mon cheminement professionnel dans le milieu médical m’a menée progressivement vers le TDAH, explique Annick Vincent. En tant que psychiatre, j’en suis venue à réaliser qu’il n’existait pas vraiment de diagnostic ni de traitement du TDAH chez l’adulte. Voyant passer dans mon bureau des patients adultes qui présentaient tous les symptômes de ce trouble neurologique, j’ai voulu remédier à cette importante lacune. Il fallait les aider ! J’ai eu la chance d’avoir des mentors de haut calibre pour m’épauler. Nous avons développé une expertise de pointe reconnue mondialement. »


Le Dre Vincent, qui est aussi professeur clinique à l’université Laval, admet éprouver un sentiment intense d’accomplissement à travers ses nombreuses initiatives professionnelles et personnelles. « Je me sens à ma place en psychiatrie. Je me sens réellement utile dans mon travail, que ce soit dans l’intimité de mon bureau, avec mes patients, mais aussi dans l’anonymat de mon rôle d’auteure en sachant que nos livres font la différence auprès des parents. Et quand je réalise la portée internationale de nos travaux, je suis très heureuse et fière de contribuer à l’avancement de notre spécialité. C’est tellement important d’aimer son travail, on y met tout notre cœur ! Mon mari et moi avons inculqué ces valeurs à nos quatre garçons, qui carburent eux aussi au dépassement de soi. » 

www.ulaval.ca