La Grande campagne UL bat son plein!

 
 

Quatre porte-paroles, fiers diplômés de l’Université Laval étaient de passage sur le campus.

Du stade Telus jusqu'à la Bibliothèque rénovée, en passant par les nouveaux espaces des pavillons Charles-De Koninck ou Gene-H.-Kruger, les diplômés parcourent des milieux de vie chaleureux et attrayants. Ils redécouvrent des lieux familiers tels que les tunnels, leur faculté d'origine et les nombreux espaces verts du campus.

Entre nostalgie et vision d’avenir, ils se sont prêtés au jeu de la caméra pour livrer un message rassembleur.

 

« Avec l’ambitieux objectif de recueillir 350 M$ afin de maintenir l’excellence de l’Université Laval et de réaliser des projets porteurs pour l’avenir de notre société, nous invitons tous les diplômés à contribuer à cette campagne d’envergure. Plusieurs entreprises, institutions et grands donateurs ont fait leur part jusqu’ici et c’est notre tour à tous d’y contribuer.
 
Ensemble, laissons une empreinte durable et propulsons notre université! »

 
 
 
 
 
Université Laval - Porte-paroles #1
0:00
31 déc. 1970  |  vu par 0 pers.
 
 
 

Video #1 : Marie-Huguette Cormier et Vincent Thériault

Que le dépassement de soi passe par la pratique d’un sport de haut niveau ou la création d’une entreprise, nos diplômés se démarquent et vont au bout de leurs rêves. Leurs parcours aussi variés qu’originaux apportent un éclairage d’exception sur leur expérience universitaire. Aujourd’hui ils redonnent fièrement  à leur alma mater pour que les prochaines générations bénéficient également d’une formation d’excellence.

 
 
 
 
 
Université Laval - Porte-paroles #2
0:00
31 déc. 1970  |  vu par 0 pers.
 
 
 

Video #2 : Marianne Mathis et Maurice Dufour

Qu’ont en commun la maison d’affinage des produits Migneron de Charlevoix et une jeune entreprise trifluvienne d’aménagement du territoire? D’être tatouées UL  peu importe leur lieu de vie ou leur industrie. Nos diplômés redonnent à leur alma mater pour que les prochaines générations bénéficient également d’une formation d’excellence.

 
 
 

Découvrez nos porte-paroles

 
 
 

Marie-Huguette Cormier

Détentrice d’une maîtrise en administration de l’Université Laval depuis 1989, Marie-Huguette Cormier exerce les fonctions de première vice-présidente Ressources humaines et Communications chez Desjardins, où elle œuvre depuis près de 25 ans. En 2014, elle a fait partie des 10 personnalités les plus reconnues en communication-marketing au Québec par le magazine Infopresse.

Elle a représenté le Canada en escrime aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984 et à ceux de Séoul, 4 ans plus tard. En 1988, l’Université Laval l’a d’ailleurs nommée athlète féminine de l’année. Engagée depuis près de 30 ans dans le sport amateur, madame Cormier s'est aussi investie dans d'autres domaines comme l'éducation, la santé et les affaires. En novembre 2009, elle figurait au palmarès des 100 femmes les plus influentes au Canada du Women's Executive Network. Elle a également été présidente du conseil d'administration de la Fédération des chambres de commerce du Québec en 2011-2012. En octobre 2012, elle remportait le Prix Femmes d'affaires du Québec dans la catégorie « Cadre ou professionnelle, entreprise privée ».

 
 
 

Maurice Dufour

Détenteur depuis 1987 d’un baccalauréat en bio-agronomie de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, Maurice Dufour est le père du célèbre fromage le Migneron de Charlevoix. Il a d’ailleurs fondé, au début des années 1990, la maison d’affinage portant son nom.

Au fil des années, cet artisan s’est taillé une réputation enviable parmi les producteurs de fromages d’ici, et il est aujourd’hui reconnu comme un véritable pionnier de la relance des fromages fins au Québec. Depuis quelques années, il réalise un autre rêve, celui de devenir vigneron. Au milieu de ses 9 000 plants de vigne, il travaille à produire un vin de Muscat unique et à son image : le Charlevoyou.

Il est fier de s’associer à la Grande campagne de l’Université Laval car les notions apprises lors de ses études en bio-agronomie lui ont permis d’utiliser sa créativité pour réaliser des produits raffinés qui, en plus de plaire à nos papilles, ont mis à l’avant-scène la belle région de Charlevoix. On peut affirmer que l’Université Laval l’a aidé à « Laisser une empreinte durable à la société ».

 
 
 

Marianne Mathis

Fondatrice de Géo’Graph en 2012, Marianne Mathis n’a pas eu peur des défis en conjuguant démarrage d’entreprise, naissance d’un bébé et maitrise en géographie de l’Université Laval, qu’elle a terminée en 2016. Cette passionnée de développement régional, d'aménagement du territoire et d'agriculture, est convaincue que l'apport des géographes sert la planification du territoire. Selon la spécialiste, le territoire est une ressource précieuse qui doit être planifié et aménagé de façon réfléchie et durable.

Elle et les membres de son équipe privilégient un approvisionnement local en biens et services, quel que soit le lieu où ils réalisent leur mandat afin de générer des retombées localement. Ayant grandi sur une ferme laitière au Centre du Québec, Marianne Mathis a eu l’idée de démarrer Géo’Graph alors qu’elle était encore étudiante. Elle a été conseillée par Entrepreneuriat Laval et a profité du coaching et du mentorat du SAJE, l’accompagnateur d’entrepreneurs. Un bel exemple de réussite professionnelle qui « laissera beaucoup d’empreintes durable sur le territoire québécois ».

 
 
 

Vincent Thériault

Vincent Thériault a terminé, en 2008, un baccalauréat en administration des affaires de l'Université Laval. Seulement un an après, il fondait, avec son frère François, la compagnie Surmesur à Québec, qui se spécialise dans la confection de vêtements sur mesure pour hommes. Le client peut personnaliser sa chemise ou son complet au prix du prêt-à-porter, parmi un choix de plus de 5000 tissus, cols et boutons. L’entreprise compte aujourd’hui 70 employés. Des boutiques ont également été ouvertes à Laval, à Montréal, à Ottawa, à Toronto et, bientôt, à Chicago, une première incursion en territoire américain.

Fortement inspiré de son père, un entrepreneur en construction qui a été le premier au Québec à offrir des maisons écologiques, il a suivi son conseil en n’hésitant pas à foncer. Pour celui qui chaque année réussit à doubler son chiffre d’affaires, l’argent n’a rien de matérialiste; « il permet d’être plus créatif et de le réinjecter dans l’entreprise pour réaliser quelque chose de plus grand que soi ». C’est aussi ça « Laisser une empreinte durable. »

www.ulaval.ca