Claudia Perreault

Claudia, parle-nous de ton parcours, de ton intérêt pour l’engagement, de ton esprit de leadership…

Je suis native de Sainte-Marie de Beauce où j’ai grandi en zone rurale au sein d’une famille de 4 enfants. Mon père est mécanicien agricole et ma mère était infirmière. J’ai fait mon secondaire à Beauceville au Programme d’études Internationales (PEI).  À 17 ans, j’ai déménagé à Québec pour effectuer mes premières études collégiales au Cégep Garneau en Arts et Lettres et Sciences Humaines. Je me suis ensuite dirigée vers le travail social à l’Université Laval. Pendant quelque temps, je suis allée vivre à Montréal.

Depuis mon secondaire, j’ai toujours voulu m’impliquer de manière active dans mon école et dans ma communauté, que ce soit en étant membre d’un comité environnemental, d’une association étudiante, d’une association sportive, socio-culturelle ou communautaire. J’ai le désir profond de mettre mes connaissances et mes capacités à profit pour essayer de changer les choses de façon positive autour de moi. Cette volonté, je la tiens de mes parents qui se sont souvent impliqués par des activités de bénévolat dans notre école et dans notre ville natale.

 

Qu’est-ce qui a motivé ton choix à t’inscrire en génie géologique à L’Université Laval?

Après avoir complété un DEC au Cégep Garneau et deux ans en travail social à l’Université Laval, j’ai décidé de changer de profession et de me diriger vers le programme de génie géologique. J’avais toujours eu un intérêt particulier pour les sciences de la Terre et de l’environnement, mais je n’avais jamais eu l’opportunité d’explorer les professions qui s’y rattachaient. Pendant les dernières années, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes qui m’ont parlé de cette expertise et à quel point celle-ci était importante pour l’avenir. Nous sommes au cœur d’une période où les changements climatiques et l’évolution de l’environnement affectent directement la sécurité des citoyens et dans laquelle il est primordial de comprendre ces phénomènes pour mieux les prévenir et assurer la sécurité du public. De plus, la profession de l’ingénieur en géologie demande une grande polyvalence, autant au niveau de la géologie, des sols, de la géotechnique, de la mécanique des roches, de l’hydrogéologie et de la géophysique pour pouvoir faire face aux différents problèmes, ce qui est très stimulant.

 

Quel lien existe-t-il entre ton implication sociale et ton domaine d’étude?

Tel que discuté précédemment, le rôle de l’ingénieur en géologie peut avoir un impact direct sur la sécurité du public. En mécanique des roches et en risques naturels, en parallèle avec le ministère de la Sécurité publique, cet ingénieur doit parfois jouer le rôle de sensibilisateur et d’éducateur auprès des citoyens qui sont situés près de zones à risque.

De manière plus concrète, nous pouvons aussi nous donner la responsabilité de mieux faire connaître le domaine. À l’hiver 2018, j’ai eu la chance de faire partie d’une équipe de rédaction pour le magazine Ressources, Mines et Industrie. Nous avons rédigé la deuxième édition de Carrières et Formations visant à faire connaître, aux jeunes et aux adultes, le domaine des mines et de la métallurgie, deux domaines méconnus du public et dans lesquels la main-d’œuvre se fait de plus en plus difficile.

Finalement, à l’automne, j’aurais l’opportunité de faire des présentations aux étudiants du secondaire afin de leur faire connaître le monde concret des sciences et du génie. Mon but est de leur faire comprendre le rôle de l’ingénieur dans la société qui est, malheureusement, souvent mal compris et de leur parler de mon futur travail. Je ferais aussi une présentation au SPLA de l’Université Laval afin d’aider les étudiants universitaires qui veulent effectuer un stage à l’international tel que j’ai eu la chance de faire en Italie à l’été 2019.

 

Quel impact la bourse a-t-elle eu sur ta vie d’étudiante?

Bien entendu, cette aide financière m’a permis de me concentrer sur mes études et dans mon implication scolaire en me permettant de travailler moins d’heures par semaine. La bourse de leadership et développement durable a aussi été un point tournant lors de mon stage à l’Université de Turin. Elle m’a permis de rencontrer d’autres étudiants exceptionnels qui désirent, tout comme moi, être des leaders positifs de demain. Je ne remercierai jamais assez les donateurs pour cet énorme soutien.

 

Maintenant diplômée, tu rêves de …

Devenir ingénieure en géologie et trouver de nouvelles méthodes de travail et de nouvelles avancées technologiques dans ce domaine. En janvier 2020, je parcourrai le Maroc avec le groupe de l’Excursion géologique de l’Université Laval. Je souhaite continuer de m’impliquer dans ma communauté. Je rêve aussi de voyager et de bâtir de nouveaux projets avec mon conjoint.

 

Quel message souhaites-tu transmettre aux donateurs?

Je suis sincèrement touchée de constater à quel point certaines personnes sont empreintes d’une générosité et du désir de donner à son prochain. Sans vous, je n’aurais probablement pas été capable de plonger si facilement tête première dans ce parcours professionnel motivant qui vient parfaitement rejoindre mes valeurs et mes objectifs. Je crois que vous faites une énorme différence pour plusieurs personnes.

 

Et pour terminer Claudia…

Quelle est ta plus grande fierté…

D’avoir eu le courage de changer de parcours.

Il va sans dire que cette décision fut difficile à prendre, non seulement en raison du temps que ceci allait me prendre et du retour dans les sciences pures, mais aussi en raison de ma situation financière. En effet, avant de pouvoir m’inscrire en génie, je devais retourner pendant un an au cégep pour effectuer tous mes cours préalables. Vous comprenez alors que cette bourse d’étude m’a beaucoup aidée à croire en mon projet de devenir ingénieure en géologie. Croire que je suis capable de changer les choses autour de moi et que, parfois, les décisions qui nous font peur peuvent se transformer en réussite lorsque nous travaillons bien.

Et ton prochain défi…

M’impliquer dans un projet de maîtrise en mécanique des roches et en risques naturels. Je souhaite approfondir mes connaissances pour ces phénomènes qui sont de plus en plus fréquents. J’aimerais avoir la chance de travailler en collaboration avec des chercheurs expérimentés pour partager leurs savoirs et peut-être éventuellement développer une expertise de service en géo-mécanique et en risques naturels.

www.ulaval.ca