Aller au contenu principal

Réflexions libres d'une gestionnaire au temps de la COVID-19 : prendre soin les uns des autres (partie 2)

Nous avons un grand besoin d’affiliation, du moins dans mon équipe : nous aimons travailler ensemble, nous côtoyer, nous mettre au défi et rire. Nous sommes tout à coup dispersés chacun dans notre maison, avec un ordinateur, une connexion Internet, un cellulaire, de la nourriture et du papier toilette.

Afin de répondre à notre besoin d’affiliation, les outils de collaboration en ligne semblaient la solution rêvée. Au lendemain de mon appel, leur seule tâche obligatoire était d’installer l’outil de collaboration choisi et de faire un appel de groupe avec une caméra; pour nous voir, même en pyjama. Cet échange a fait le plus grand bien à tous et nous nous sommes entendus pour nous parler en groupe une fois par semaine.

Des nouvelles pratiques de collaboration et de nouveaux projets

Nos priorités ont changé, celles de nos clients et partenaires aussi. Cela n’a pas aidé la quête de sens de certains. Les projets qui donnaient un grand sens à leur travail ont été mis sur la glace. Mon premier réflexe : faire ce qu’on a toujours voulu faire, mais qu’on n’a jamais eu le temps!

C’est alors que de nouveaux clients ont surgi, à la recherche de nouvelles opportunités pour lesquelles nous avons répondu présents. La réaction de ces nouveaux interlocuteurs était des plus positives. Ils étaient reconnaissants qu’on leur réponde et que l'on soit présent pour eux. « La réaction de ce client a fait ma semaine » m’a confié une collègue. Il y a eu une reconnaissance sentie et sincère provenant de l’externe. Ainsi, chaque collègue a fini par avoir un projet spécial, de nouveaux contacts. Cela nous a donné une bonne excuse pour communiquer ensemble plus régulièrement.

D’autre part, j’ai appris qu’ils s’appelaient entre eux aussi. Pour échanger, décompresser, écouter celui ou celle qui avait l’air de passer une mauvaise semaine lors de l’appel collectif hebdomadaire. Ils sont collègues, ils sont aussi devenus des amis. 

On ne peut tout prévenir

Au moment où je pensais que la nouvelle réalité en temps de Covid était contrôlée - loin d’être parfaite, mais contrôlée - voilà qu’une autre menace montrait le bout de son nez. Le confinement est très pesant sur le sens du travail, sur le quotidien. Je le savais pourtant. Je savais que les enjeux de santé mentale rôdent pendant un confinement.

Avec la pandémie et les mesures d’urgence, certains ont démontré des préoccupations et signes d’angoisse qu’il fallait adresser. J’ai alors redoublé d’efforts pour prendre soin de mon équipe. J’ai contacté chaque membre individuellement et prévu un appel collectif. Et lors de cet appel, quelque chose de magique s’est passé. J’étais personnellement inquiète pour l’équipe. Je voulais qu’ils soient bien. Mais je me suis rendu compte que cette équipe était inquiète pour moi, qu’elle voulait aussi que je sois bien. Une collègue m’a écrit ce jour-là : « Merci d’être là pour nous, mais nous aussi on est là pour toi ». Wow…! 

Leurs sourires, leurs voix m’ont, cette fois-ci, fait le plus grand bien. Mon patron s’est aussi joint à l’appel. La veille, il m’avait texté « Comment vas-tu? Je vais te trouver de l’aide ». Et il s’est activé pour trouver des personnes capables de venir nous prêter main-forte pendant quelques semaines. Parce que le rythme continue à s’accélérer. Parce qu’on n’a jamais été aussi sollicité.

Apprendre dans l’action

Je constate que lorsque la confiance règne, qu’on soit en présentiel ou à distance, rien n’est affecté. Mais rien ne nous préparait à la perte de sens quasi collective qui a eu lieu.

La semaine où tout a fermé, je me suis questionnée sur mon rôle comme gestionnaire. Au sein de nos équipes, le sens de notre travail individuel et collectif a été bouleversé. Tout était sens dessus dessous, à cause d’une bibitte invisible. Alors, comment trouver un sens dans tous ces changements? Il s’agit du point qui m’a le plus marqué.

Si j’ai un seul conseil à donner à des collègues gestionnaires : d’une part, entourez-vous d’une équipe extraordinaire avec laquelle vous avez de belles relations humaines et, d’autre part, d’un supérieur et d’autres collègues qui viennent en renfort quand vous en avez besoin. J’ai remarqué qu’en me sentant appuyée, je pouvais continuer à appuyer les autres.

Bonne continuité à tous!

L’Université Laval est là pour vous! Découvrez les webdifusions ULaval. Vous y trouverez une gamme de conférences, où nos professeurs et chercheurs abordent de grands enjeux de société et partagent leurs expertises avec le public. De la science à la culture, elles promettent un contenu scientifique vulgarisé pour tous les goûts.

Retour à la liste