L'axe microbiome-endocannabinoïdome
dans la santé métabolique

Chaire d'excellence en recherche du Canada

 
 
 
 
 

Contexte

Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de 1,9 milliard d'adultes dans le monde étaient en surpoids en 2014, dont 600 millions étaient obèses. Cette pandémie, qui touche aussi les enfants et les adolescents, fait partie des plus importants défis de santé publique de ce siècle à l’échelle mondiale. En effet, l’obésité aggrave la prévalence de nombreuses maladies, dont le diabète, les maladies cardiométaboliques, ainsi que certains cancers et maladies inflammatoires, qui engendrent un fardeau financier majeur pour la société.

En 2015, Statistique Canada estimait que 3,5 millions de Canadiens étaient atteints de diabète de type 2 et que cette maladie métabolique directement associée à l’obésité avait coûté plus de 14 milliards de dollars au pays. Les plus récentes découvertes en santé humaine soulèvent de plus en plus l'urgence de comprendre la composition et la fonction du microbiome intestinal humain afin de promouvoir la santé et d'endiguer la progression de ces fléaux.

Communiqué de presseArticle du Fil

 
 
 

Mission

La Chaire d'excellence en recherche du Canada sur l'axe microbiome-endocannabinoïdome dans la santé métabolique est la première au monde à se consacrer à l'étude intégrée du microbiome intestinal et de ses altérations afin de comprendre leur influence sur les mécanismes moléculaires sous-jacents de l'obésité, ainsi que sur l'apparition du diabète de type 2, des maladies cardiométaboliques et autres troubles qui y sont associés.

La mission de la Chaire consiste à découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques et à concevoir des stratégies nutritionnelles et médicales novatrices pour maintenir la santé et prévenir le développement de telles maladies.

 
 
 

Titulaire

 
 
 
 
 

Expert de notoriété mondiale dans les domaines de la biochimie et de la pharmacologie des endocannabinoïdes, Vincenzo Di Marzo, Ph. D., est directeur de l'Institut de chimie biomoléculaire du Conseil national de la recherche (ICB-CNR) à Pozzuoli, en Italie, et coordonnateur du Groupe de recherche endocannabinoïde dans la région de Naples. Il a obtenu un doctorat en biochimie et en pharmacologie moléculaire de l'Imperial College de Londres en 1988, et a ensuite poursuivi des études postdoctorales en biochimie des lipides et en chimie des produits naturels à l'ICB-CNR.

Il a reçu de nombreuses bourses de recherche, dont une subvention du programme scientifique Human Frontiers, afin d'étudier la biosynthèse, le métabolisme et les relations structure-activité des endocannabinoïdes. Ce récipiendaire du prix Mechoulam de la Société internationale de recherche sur les cannabinoïdes, pour sa contribution exceptionnelle à la recherche dans ce domaine, a aussi été nommé par l'agence Thomson Reuters parmi les scientifiques les plus cités dans les domaines de la pharmacologie et de la toxicologie. Il est et a été membre de plusieurs comités de rédaction de revues spécialisées sur la pharmacologie des médiateurs lipidiques dont Cannabis and Cannabinoid Research, Critical Reviews in Neurobiology, Recents Patents on CNS Drug Discovery, CNS & Neurological Disorders-Drug Targets, Open Medicinal Chemistry Journal, Open Drug Discovery Journal et British Journal of Pharmacology.

 
 
 

Objectifs

La Chaire étudiera les mécanismes par lesquels le microbiome intestinal et le syndrome métabolique agissent l'un sur l'autre par le truchement de l'endocannabinoïdome. Le microbiome est le système complexe composé par la population microbienne intestinale, sa dynamique, sa structure et ses fonctions.

L'endocannabinoïdome décrit un réseau de signaux chimiques reliés au système endocannabinoïde, impliqué dans la régulation et le maintien de la stabilité des fonctions corporelles. Puisque le microbiome intestinal est étroitement lié à l'alimentation, il est crucial d'étudier la façon dont la diète influence sa structure et ses fonctions pour comprendre comment il influence à son tour la santé cardiométabolique. La Chaire entend approfondir et élargir les connaissances sur ce sujet en examinant simultanément plusieurs questions, incluant les suivantes:

  • Par quels mécanismes un dérèglement du microbiome intestinal entraîne-t-il l'obésité et le développement du diabète de type 2, des maladies cardiovasculaires et d'autres maladies?
  • Les interventions nutritionnelles, chirurgicales et comportementales peuvent-elles moduler le microbiome intestinal pour améliorer la santé métabolique, gastro-intestinale et cardiaque et si oui, comment?
  • À quel endroit, à quel moment et de quelle manière le microbiome intestinal affecte-t-il le système endocannabinoïde et avec quelles conséquences?

La réalisation de ces objectifs passera par la constitution d'une imposante équipe de recherche à l'Université Laval, laquelle travaillera en étroite collaboration avec l'Unité mixte internationale (UMI) en recherche chimique et biomoléculaire du microbiome et ses impacts sur la santé métabolique et la nutrition, créée récemment par l'Université Laval et le Conseil national de la recherche d'Italie.

 
 
 

Retombées

À ce jour, les travaux sur l'obésité ont porté surtout sur des facteurs génétiques, physiologiques et comportementaux. En intégrant l'étude du microbiome aux approches conventionnelles, la Chaire repoussera les limites de la recherche sur cette maladie multifactorielle en élucidant les mécanismes complexes et subtils qui modulent la santé métabolique en réponse à l'alimentation. La Chaire contribuera ainsi à générer de nouvelles pistes, de nouvelles cibles et de nouvelles approches pour maintenir la santé et prévenir les complications métaboliques de l'obésité.

 
 
 

Partenaires

La création de cette Chaire vient confirmer la réputation d'excellence des équipes scientifiques de l'Université Laval qui, depuis 60 ans, travaillent ardemment à améliorer la santé des populations. Les travaux de recherche de Vicenzo Di Marzo s'appuient sur la vaste expertise scientifique de plusieurs entités de l'Université Laval, dont la Faculté de médecine, la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, le Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval – renommé pour ses études intégrées sur l'obésité et les maladies chroniques sociétales – et l'Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels – reconnu pour ses travaux multidisciplinaires sur l'effet des aliments sur la santé et la prévention des maladies chroniques liées à la nutrition.

La collaboration avec l'UMI Québec- Italie permettra, en outre, d'identifier, d'élaborer et de formuler de nouveaux médicaments pour la santé métabolique. Cette nouvelle Chaire d'excellence en recherche du Canada (CERC) rejoint les programmes de recherche de pointe de 3 autres CERC pour lesquelles l'Université Laval est reconnue comme chef de file au Canada:

Les 4 CERC contribuent à la programmation scientifique de Sentinelle Nord. Cette stratégie scientifique canadienne, sans précédent dans l'histoire de la recherche sur le Nord au Canada, est menée par l'Université Laval et vise à améliorer la compréhension de l'être humain, de son environnement et des conséquences des changements environnementaux sur l'humain et sa santé.

 
 
 
 

Vice-rectorat à la recherche et à la création
Pavillon des Sciences de l'éducation
2320, rue des Bibliothèques
Bureau 1434
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
CANADA

 
 

VRRC
418 656-2599
vrr@vrr.ulaval.ca


Titulaire
Vincenzo Di Marzo
Directeur de l'Institut de Chimie Biomoléculaire du CNR,
Directeur de la recherche au CNR
Italie

www.ulaval.ca
 
 
Carte Photo du pavillon

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone:418 656-21311 877 785-2825

Des questions?

Suivez-nous!