Neurophotonique

Chaire d'excellence en recherche du Canada

 
 
 
 
 

Contexte

 
 
 
 

Pas simple de traiter les troubles psychiatriques! La schizophrénie, la bipolarité et la dépression sévère, entre autres, possèdent une composante neurodéveloppementale, c’est-à-dire qu’elles débutent de manière insidieuse durant l’enfance et sont associées à des changements discrets – mais progressifs – du cerveau. Il est de mieux en mieux établi que certains enfants présentent une série d’anormalités discrètes qui vont peu à peu se renforcer et conduire, une fois qu’ils seront adultes, à l’apparition de la maladie accompagnée de son cortège de symptômes invalidants.

Le traitement des maladies psychiatriques s’est considérablement amélioré dans les dernières années, notamment grâce à la découverte des neuroleptiques et des antidépresseurs. Or, la situation est loin d’être parfaite. À l’heure actuelle, ces troubles sont traités le plus souvent tardivement et de manière palliative, en particulier en raison du manque de mesures biologiques documentant ces changements neurodéveloppementaux, qui pourraient permettre la pose rapide d’un diagnostic et des prises en charge précoces plus efficaces.

 
 
 

Mission

Mieux comprendre la pathogenèse des grandes maladies psychiatriques afin de pouvoir les détecter et les traiter précocement, telle est la mission de la Chaire d’excellence en recherche du Canada (CERC) sur la neurophotonique. Pour cela, les chercheurs développeront notamment de nouvelles techniques optiques multimodales à très haute résolution pour explorer la structure et la dynamique des cellules neuronales à l’échelle nanométrique.

Ces nouvelles techniques viendront compléter et renforcer l’arsenal déjà très performant des techniques de neuro-imagerie, telles que l’imagerie par résonance magnétique. De telles approches pourront également contribuer à améliorer notre compréhension de maladies du cerveau, telles que la maladie d’Alzheimer, la sclérose latérale amyotrophique et l’épilepsie.

 
 
 

Titulaire

 
 
 
 

À la fois médecin psychiatre et ingénieur physicien, Pierre Marquet est reconnu mondialement pour ses travaux de recherche dans le domaine de la microscopie holographique numérique. Avant d’être nommé titulaire de la CERC sur la neurophotonique, il était directeur d’une unité de recherche au Centre de neurosciences psychiatriques du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne, en Suisse. À cette fonction s’ajoutait celle de médecin responsable de la clinique spécialisée dans la prise en charge hospitalière et ambulatoire des troubles anxieux, de l’humeur et de la personnalité du Département de psychiatrie du CHUV. Depuis sa nomination comme titulaire de la CERC sur la neurophotonique, il est professeur titulaire au Département de psychiatrie et de neurosciences de la Faculté de médecine de l’Université Laval et chercheur au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (CRIUSMQ).

Pierre Marquet possède une maîtrise en physique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, un diplôme fédéral de médecin de l’Université de Lausanne et un doctorat en médecine et ès sciences, effectué sous la direction du professeur Magistretti, dans le domaine de la neurophotonique. Ce médecin spécialiste en psychiatrie et psychothérapie est également auteur ou coauteur d’environ 130 publications scientifiques et de plusieurs brevets, en plus d’être cofondateur de 3 startups. Pierre Marquet a développé et conduit des projets de recherche interdisciplinaires rassemblant aussi bien des mathématiciens, des physiciens et des ingénieurs que des biologistes et des médecins.

 
 
 

Objectifs

Les travaux de Pierre Marquet et de son équipe s’articulent autour du développement de nouvelles techniques optiques spécifiquement dédiées à l’identification de biomarqueurs de vulnérabilité des grands troubles psychiatriques. L’objectif: obtenir une meilleure compréhension de la pathogenèse de ces troubles, mais aussi permettre la mise en place d’interventions précoces, c’est-à-dire avant l’apparition de la maladie dans ses formes invalidantes.

 
 
 

Retombées

Structure de recherche très prestigieuse, la CERC contribuera à consolider le leadership dont font preuve l’Université Laval et la région de Québec en matière de photonique et de neurosciences. Menées par une équipe de scientifiques chevronnés, ses recherches transdisciplinaires ouvriront la voie à la détection et à la prise en charge très précoces de la maladie mentale ainsi qu’à la déstigmatisation des patients psychiatriques. Elles apporteront, sans aucun doute, d’importants progrès dans la compréhension du fonctionnement du cerveau et favoriseront des découvertes novatrices dans le domaine des technologies biomédicales, de la neuro-imagerie et de la neurochirurgie.

 
 
 

Partenaires

Le rattachement de la CERC sur la neurophotonique à l’Université Laval ne relève pas du hasard. L’établissement, qui compte déjà 3 autres chaires d’excellence, est un chef de file mondial en recherche sur l’optique et la photonique.

Pierre Marquet pourra compter sur la collaboration étroite du Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec, affilié à l’Université Laval, et de la Faculté de médecine. Chose certaine, cette chaire vient confirmer la réputation d’excellence que s’est taillée l’Université Laval sur la scène internationale en matière de neurophotonique.

 
 
 
 

Vice-rectorat à la recherche et à la création
Pavillon des Sciences de l'éducation
2320, rue des Bibliothèques
Bureau 1434
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
CANADA

 
 

VRRC
418 656-2599
vrr@vrr.ulaval.ca


Titulaire
Pierre Marquet, M.Phys., M.D., Ph. D.
Professeur médecin titulaire
Département de psychiatrie et de neurosciences
Faculté de médecine


ulaval.ca/lumiere

www.ulaval.ca
 
 
Carte Photo du pavillon

Université Laval

2325, rue de l'Université
Québec (Québec) G1V 0A6

Téléphone:418 656-21311 877 785-2825

Des questions?

Suivez-nous!