Chaire de recherche du Canada en pharmacogénomique

Chaire de recherche du Canada
Domaine: Sciences de la santé et de l’alimentation

 
 
 

Titulaire

Chantal Guillemette

Professeure titulaire

Faculté de pharmacie

 
 
 

La Chaire de recherche du Canada en pharmacogénomique vise à améliorer le traitement des patients atteints du cancer et à personnaliser la thérapie en comprenant mieux comment la constitution génétique, hormonale et métabolique influent sur la réponse individuelle aux médicaments et la progression de la maladie.

Afin d’y parvenir, nous identifions notamment de biomarqueurs tels que les variations génétiques, les changements hormonaux et métaboliques qui influent sur les résultats d’un traitement ou qui sont caractéristiques du cancer.

Cette recherche permettra d’éclairer les mécanismes liés à la réponse aux médicaments et à la progression du cancer, tout en permettant à l’équipe traitante de mieux identifier les patients susceptibles de répondre à certains traitements pharmacologiques ou qui pourraient éprouver des effets indésirables sérieux.

De plus, nos découvertes permettront de mieux comprendre la biologie du cancer, d’identifier les personnes présentant un risque de cancer récidivant et d’ouvrir des pistes de recherche sur de nouvelles cibles thérapeutiques. 

 

Mission

Améliorer la réponse au traitement du cancer par une meilleure caractérisation du patient et de sa maladie.

 
 
 

Retombées

Mener à des traitements plus efficaces et sécuritaires, adaptés aux caractéristiques des patients et de leur cancer.

Les retombées scientifiques

Toujours en étroite collaboration avec les cliniciens, les projets visent à transférer les connaissances en clinique pour adapter le traitement pharmacologique au profil du patient. La découverte de marqueurs moléculaires pronostiques du cancer permettra de mieux cibler les formes de cancers qui évoluent après un traitement initial et d’ouvrir des pistes de recherche sur de nouvelles cibles thérapeutiques pouvant être exploitées afin de prévenir ou de retarder les cancers récidivants.

Les retombées sociales

Les répercussions sociales de ces recherches sont de primordiales puisque le patient bénéficiera d’une approche personnalisée, plus ciblée et adaptée à son profil génétique, lors du traitement de son cancer. L’objectif est d’arriver à guider la décision thérapeutique à l’aide de biomarqueurs moléculaires qui, combinés aux outils cliniques actuels, permettraient de minimiser le risque d’effets indésirables tout en maximisant les chances de réponse aux traitements. La découverte de ces biomarqueurs et de nouvelles thérapies médicamenteuses permettrait ainsi d’accroître le niveau de confiance de l’équipe traitante dans la prise de décisions importantes relatives au traitement et au suivi des patients atteints d’un cancer.

 
 
www.ulaval.ca