Chaire de recherche du Canada en plasticité neuroimmunitaire en santé et thérapie

Chaire de recherche du Canada
Domaine: Sciences de la santé et de l’alimentation

 
 
 

Expertises de la titulaire

Neuroimmunologie
Microglie
Synapses
Stress
Vieillissement
Maladies neurodégénératives
Microscopie électronique
Imagerie deux-photons
Apprentissage
Mémoire

 
 

Objectifs de recherche

  • Favoriser la résilience au stress des cellules immunitaires du cerveau.
  • Assurer un vieillissement cognitif sain.
 
 
Marie-Ève Tremblay
Professeure adjointe
Faculté de médecine
 
 
 

La contribution la plus importante de la professeure Marie-Ève Tremblay à ce jour a été de révéler que les microglies, les cellules immunitaires résidentes du cerveau, remodèlent activement la circuiterie neuronale par phagocytose des terminaisons axonales et des épines dendritiques en conditions physiologiques normales. Ces résultats ont mené au développement d'un tout nouveau domaine de recherche étudiant le rôle des microglies dans le cerveau en santé.

Dans ce contexte, le programme de recherche de la Chaire vise à déterminer l’implication de ce mécanisme nouvellement défini, l’élimination microgliale des structures synaptiques, dans la pathogenèse des troubles du cerveau. En particulier, nous cherchons à élucider comment la dysfonction microgliale pourrait être impliquée dans la perte de synapses, qui est le meilleur corrélat neuropathologique du déclin cognitif dans la dépression (induite par le stress chronique), le vieillissement et les maladies neurodégénératives.

 

Mission

Cette chaire vise à élaborer des stratégies novatrices qui utilisent les cellules immunitaires du cerveau comme vecteur thérapeutique pour effectuer des changements ciblés au niveau de la circuiterie neuronale. Ces stratégies permettent de préserver les fonctions cognitives compromises par le stress chronique et le vieillissement, ainsi que dans les maladies neurodégénératives.

 
 
 

Retombées

Les travaux de la Chaire portant sur l’implication des interactions neuroimmunitaires dans la perte synaptique en conditions de stress chronique, de vieillissement et de maladie neurodégénérative permettront de franchir une étape majeure pour le développement de thérapies cellulaires innovantes. D’abord chez la souris, puis chez l’humain, ces thérapies pourront contrôler les fonctions effectrices des microglies et leurs conséquences sur la cognition. 

En prévenant le remodelage pathologique des circuits neuronaux, ces thérapies permettront également de contourner la progression par défaut de la pathologie ou de la réaction immunitaire au stress ou au traumatisme, lorsqu'une intervention plus orientée, basée sur l'information et personnalisée, est médicalement requise. 

Les applications vont de la résilience au stress et du vieillissement en santé, jusqu’au traitement du syndrome de stress post-traumatique et de plusieurs autres conditions reliées au stress toujours plus préoccupantes à l'échelle mondiale. Les travaux s’appliquent également au traitement de divers désordres neuropsychiatriques et neurodégénératifs y compris la maladie d’Alzheimer.

 
 
www.ulaval.ca