PROGRAMMES D'ÉTUDES OFFERTS À L'UL

 
 
 
 
 
 
 
 

Débutez vos études dès janvier! | Date limite 1er décembre

ADMISSION TARDIVE

Consultez les programmes encore ouverts

 
 

Programmes, admission, aide financière, services

Échangez avec un membre de notre équipe

Demande d'information

 
 
 
 

Recherche personnalisée

Explorez les programmes d’études selon différents critères de recherche combinés.

Modifiez vos critères de recherche

Niveau de formation
Sessions d'admission
Avantages UL
Tous
  • Tous
Facultés
Toutes
  • Toutes
Mots-clés
Lancer la recherche
Domaines d'études

Les principaux champs du savoir auxquels sont rattachés les différents programmes.

Avantages UL

Particularités d'un programme d'études donné à l'Université Laval qui le différencient avantageusement d'autres programmes d'études.

 
 
 
 

Présentation générale

Mieux comprendre le fonctionnement du cerveau pour traiter les maladies neurologiques et psychiatriques

Cette formation pluridisciplinaire de haut calibre est entièrement consacrée à la recherche en neurosciences. Elle contribue ainsi à l'avancement des connaissances sur l'organisation anatomique et fonctionnelle du cerveau sur les bases moléculaires de la communication neuronale, et vise la compréhension et le traitement des maladies neurologiques et psychiatriques.

Autres programmes dans cette discipline

Aperçu

En bref

En suivant ce programme, vous deviendrez encore plus autonome et apte à exercer les fonctions de chercheur. Vous aurez une expertise théorique poussée sur le fonctionnement et les physiopathologies du cerveau et vous acquerrez une expertise technique de haut niveau avec des outils de pointe appliqués à la recherche en neurosciences. Votre participation à des séminaires et des congrès vous aideront à renforcer vos compétences en communication scientifique.

Bien que relevant de la Faculté de médecine, le programme offre l'expertise de professeurs appartenant, entre autres, à la Faculté des sciences et de génie et à l'École de psychologie. Cette formation vous donnera accès à des ressources technologiques pluridisciplinaires et à des outils de pointe en neurosciences permettant, entre autres, de visualiser l'activité neuronale en temps réel à l'aide de systèmes d'imagerie par laser.

Le réseau international de collaborations développé par les chercheurs du programme permet aux étudiants de réaliser des stages de durée variable dans plusieurs pays du monde. De nombreuses activités d'échanges sont également possibles entre les étudiants, les professeurs et les chercheurs de notoriété mondiale.

  • Directeur à trouver avant l'admission: vous devrez trouver le professeur qui acceptera de superviser vos travaux de recherche avant l'admission. Cette étape est obligatoire pour la poursuite de vos études. Comment trouver votre directeur et votre projet de recherche.
  • Temps complet: peut uniquement être suivi à temps complet.
  • Certains cours offerts en français et en anglais: à vous de choisir dans quelle langue vous souhaitez étudier. Une occasion parfaite d'améliorer vos compétences linguistiques.
  • Possibilité de rédiger en anglais: avec l'approbation de votre directeur de recherche, vous pourrez choisir de rédiger et de soutenir vos travaux de recherche en anglais.

Domaines d'expertise

  • Physiopathologie des maladies neurologiques dégénératives
  • Abus des drogues
  • Troubles de l'humeur
  • Neurobiologie du stress, de l'anxiété et de la douleur
  • Électrophysiologie des états de vigilance
  • Cerveau et système immunitaire
  • Neurophysique et neurophotonique

Pour en savoir plus sur le programme: www.fmed.ulaval.ca/nrb

À qui s'adresse ce programme

Ce programme s'adresse principalement à la personne titulaire d'une maîtrise axée sur la neurobiologie ou sur les neurosciences.

Avenir

Le programme de doctorat en neurobiologie vous préparera à une carrière en recherche universitaire ou industrielle, dans les domaines public et parapublic ou dans l'industrie pharmaceutique, technologique ou médicale.

Professions

  • Chercheur
  • Conseiller technique
  • Enseignant
  • Professionnel de recherche

Employeurs

  • Compagnies de développement de solutions technologiques
  • Compagnies de matériel scientifique
  • Établissements d'enseignement
  • Industries pharmaceutique ou médicale
  • Laboratoires de recherche
  • Organismes gouvernementaux

Avantages UL

Particularités et attraits

La Faculté de médecine accueille plus de 800 étudiants aux cycles supérieurs, dont près de 340 doctorants et plus de 300 stagiaires postdoctoraux. Plusieurs des programmes offerts touchent à la recherche biomédicale, à la santé des populations ainsi qu'à la prévention et à la compréhension des problèmes de santé. Choisissez parmi des programmes variés et un vaste choix de cours, et côtoyez de nombreux professeurs réputés tant sur les scènes québécoise, canadienne qu'internationale qui contribuent à la renommée de la Faculté et à celle de ses programmes d'études.

Infrastructures scientifiques et technologiques

Au cours des dix dernières années, la Faculté de médecine s'est dotée d'infrastructures de pointe en infectiologie, en génomique, en cardiologie, en neurosciences, en réadaptation physique et en oncologie.

  • Plateforme d'imagerie
  • Plateforme de recherche clinique
  • Génomique et protéomique
  • Génie tissulaire et cellulaire
  • Modèles animaux (transgéniques)

Corps professoral

La Faculté compte plus de 350 professeurs de renommée internationale. Financés par les plus importants organismes subventionnaires au pays et à l'étranger, les professeurs publient de nombreux ouvrages et articles scientifiques qui concourent à leur rayonnement et à celui de notre institution. Grâce à l'excellence de son corps professoral et à la diversité de ses champs d'études et de recherche, la Faculté de médecine de l'Université Laval est reconnue mondialement.

Les professeurs de la Faculté de médecine se distinguent pour l'encadrement exceptionnel qu'ils offrent aux étudiants. En effet, elle a été la première faculté de l'Université Laval à adopter une politique d'encadrement des étudiants à la maîtrise et au doctorat qui favorise l'atteinte de leurs objectifs et l'amélioration de leur taux de réussite. Elle a été bonifiée par un plan de formation qui facilite l'établissement et le maintien d'une relation fructueuse entre l'étudiant et son professeur.

Par ailleurs, en vous joignant à l'un des nombreux regroupements et chaires de recherche, vous contribuerez à des découvertes stimulantes. En plus de travailler avec de l'équipement de pointe, vous y trouverez une structure et un soutien qui favoriseront votre persévérance jusqu'à l'obtention de votre diplôme. L'apport des professeurs et des professionnels de recherche viendra appuyer encore davantage votre travail en laboratoire.

Mobilité internationale

La Faculté de médecine entretient des relations avec plusieurs universités étrangères, ce qui permet aux étudiants de réaliser un séjour d'études ou de recherche à l'extérieur du pays. Cette ouverture se concrétise par diverses possibilités de stages de recherche, de congrès ou de colloques à l'étranger ainsi que des cotutelles avec des universités dans le monde. Venez tirer profit du vaste réseau scientifique de nos professeurs pour aller là où vous pourrez repousser vos limites.

Services aux étudiants

Plusieurs ressources sont à votre disposition afin de vous offrir un apprentissage de qualité. Du dépôt de votre demande d'admission jusqu'à l'obtention de votre diplôme, son équipe de gestion des études vous accompagnera dans toutes les étapes de votre cheminement universitaire. Le personnel des centres de recherche, où vous effectuerez vos travaux en laboratoire, se charge de vous encadrer, de vous guider et de vous apporter tout le soutien nécessaire pour la réussite de vos études.

L'Association des chercheuses et chercheurs étudiant à la Faculté de médecine de l'Université Laval (ACCEM) vise la défense des intérêts des étudiants des 2e et 3e cycles et la Direction des affaires étudiantes, en collaboration avec le réseau RÉAGIR, leur permet de trouver aide et écoute auprès d'un pair.

Aspects financiers

Bourses et aide financière

Au Bureau des bourses et de l'aide financière, vous trouverez toute l'information concernant les sources possibles pour le financement de vos études, notamment les différents programmes d'aide financière gouvernementaux et les programmes de bourses d'admission, d'excellence ou de mobilité.

La Faculté offre aussi des bourses de 7500$ et de 10000$ aux professeurs pour le recrutement d'un nouvel étudiant de 2e et de 3e cycles respectivement. Plusieurs autres bourses facultaires sont également offertes.

L'Association des chercheuses et chercheurs étudiant à la Faculté de médecine (ACCEM) offre des bourses de perfectionnement à des étudiants qui font un stage à l'étranger.

Bourses du directeur de recherche

La Faculté recommande aux directeurs de recherche d'assurer à chaque étudiant un revenu annuel minimal de 15000$ au 2e cycle en recherche et de 18000$ au 3e cycle. Votre futur directeur de recherche vous assistera, si nécessaire, dans la préparation des demandes de bourses auprès des organismes subventionnaires (FRQS, IRSC, CRSNG, etc.).

Bourses des grands organismes subventionnaires

Les organismes subventionnaires québécois et canadiens offrent plusieurs bourses aux étudiants à la maîtrise et au doctorat, et de nombreux étudiants de la Faculté de médecine en obtiennent chaque année. Ces bourses visent à reconnaître l'excellence de leur dossier universitaire, à encourager la recherche ou à leur donner la possibilité d'intégrer un milieu de travail ou de recherche. La valeur varie de 15000$ à 50000$ par année.

Bourses de réussite

L'Université Laval consacre chaque année 4,6 M$ à la réussite de ses étudiants inscrits à un programme de maîtrise ou de doctorat. Les Bourses de réussite de la Faculté des études supérieures et postdoctorales récompensent le franchissement des étapes de votre programme, de l'admission jusqu'à la diplomation.

Coût des études

Plusieurs ressources sont à votre disposition pour vous permettre de planifier le coût de vos études:

Recherche dans le domaine

Recherche à la faculté

La Faculté de médecine reçoit chaque année près de 126 M$ en bourses, subventions et contrats de recherche. Plus de 40 chaires de recherche et plusieurs centres de recherche, animés par le travail de 350 professeurs de calibre international, en font un lieu d'une grande effervescence intellectuelle.

La Faculté se concentre autour de huit grandes thématiques de recherche:

  • Cancer
  • Infectiologie-immunologie
  • Médecine régénératrice et moléculaire
  • Neurosciences et santé mentale
  • Perte d'autonomie et réadaptation
  • Reproduction, génétique, périnatalité et développement
  • Santé cardiovasculaire, respiratoire et métabolisme
  • Santé des populations

La Faculté se démarque par l'excellence de ses étudiants aux cycles supérieurs: elle présente un nombre inégalé de thèses et de mémoires primés à l'échelle nationale et internationale.

Percées scientifiques et les innovations sociales

Les chercheurs de la Faculté multiplient les percées scientifiques. Ils détiennent 314 brevets actifs et 57 licences et 103 technologies actives.

Voici quelques innovations remarquables:

  • Des vaccins contre les maladies infectieuses
  • Des prothèses à déploiement percutané pour des implants cardiovasculaires
  • Des nanoparticules dirigées vers des cellules cancéreuses

Recherche en neurobiologie

Plusieurs professeurs sont des membres actifs du Centre de recherche sur le cerveau, le comportement et la neuropsychiatrie (CRCN), le seul centre de recherche en neurosciences reconnu par la Commission de la recherche de l'Université Laval. Tous les chercheurs font partie du Regroupement neurosciences et santé mentale de l'Université Laval qui agit comme élément de cohésion.

Le programme regroupe des étudiants et des chercheurs travaillant dans différents milieux hospitaliers:

Champs de recherche des professeurs

Le programme de neurobiologie permet d'entreprendre des travaux de recherche de nature expérimentale ou clinique. Ces travaux sont dirigés par des scientifiques de réputation internationale, membres d'un réseau intégré de recherche en neurosciences à Québec qui s'étend sur plusieurs campus. Le programme offre un enseignement de tout premier plan qui permet à l'étudiant d'acquérir des connaissances de base en neurosciences ainsi qu'une formation spécialisée propre au domaine de recherche choisi. L'étudiant a accès à des laboratoires pourvus d'équipements de haute gamme qui permettent de développer une expertise multidisciplinaire dans des domaines comme la génétique, la neurobiologie cellulaire et moléculaire, l'électrophysiologie, la neuropathologie, la neuropharmacologie, l'imagerie cérébrale et la neurophotonique. Les principaux thèmes de recherche peuvent être résumés comme suit :

Les activités de recherche du laboratoire se situent à la rencontre de la psychiatrie, de la psychologie cognitive, de la psychologie sociale et des neurosciences. Nos projets visent à mieux distinguer les différents processus de cognition sociale, c'est-à-dire l'ensemble des processus impliqués pour comprendre les autres et guider les interactions sociales, à identifier les bases cérébrales spécifiques à chacun de ces processus par le biais de la neuro-imagerie (IRMf) et à déterminer quels aspects de cognition sociale sont particulièrement affectés en schizophrénie et/ou sont liés à des aspects spécifiques de la maladie (génétique, fonctionnement social, comorbidités, anxiété).
Amélie Achim (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Étude des mécanismes de signalisation impliqués dans l'action de différents neurotransmetteurs, principalement la dopamine et la sérotonine, dans le fonctionnement normal du cerveau ainsi que dans certaines maladies psychiatriques, dont la schizophrénie. Une approche multidisciplinaire impliquant des analyses comportementales couplées à la biologie moléculaire est appliquée à l'étude de plusieurs souches de souris transgéniques afin de déterminer les déficits de communication neuronale impliqués dans différents troubles du comportement.
Jean Martin Beaulieu (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Neurophysiologie du contrôle moteur. Identification et caractérisation des populations neuronales impliquées dans le contrôle moteur dans le but à long terme de restaurer les fonctions motrices après lésions de la moelle épinière ou des maladies affectant la marche. Techniques électrophysiologiques et de traçages anatomiques pour étudier la réorganisation du système nerveux. Enregistrements électrophysiologiques de type patch-clamp combinés à des techniques d'imagerie cellulaire sur tissus vivants afin d'étudier les propriétés intrinsèques des neurones, leur modulation pharmacologique, ainsi que leur connectivité au réseau neuronal.
Frédéric Bretzner (Centre de recherche du CHUQ (CHUL).

Frédéric Calon est biochimiste et pharmacien. Son programme de recherche vise le développement de nouvelles approches thérapeutiques pour les maladies neurodégénératives qui touchent plus de 500 000 Canadiens. L'équipe travaille activement à mieux définir l'étiophysiopathologie de la maladie d'Alzheimer et effectue des essais précliniques avec des modèles animaux. Par exemple, l'équipe a contribué à la mise en évidence d'un effet neuroprotecteur des acides gras oméga-3 dans la maladie d'Alzheimer (Greg Cole) et de Parkinson (Francesca Cicchetti). Par ailleurs, le groupe cherche aussi à développer des solutions au problème de la barrière hémato-encéphalique (BHE) qui est devenue l'étape limitante dans le développement de nouvelles thérapies pour les maladies du système nerveux central. L'objectif ultime de ces travaux est d'accélérer le transfert des connaissances des neurosciences fondamentales vers des applications cliniques.
Frédéric Calon (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Étude et développement d'outils thérapeutiques pour les maladies neurodégénératives (maladies de Parkinson et d'Huntington). Rôle de la réponse inflammatoire dans la mort neuronale. Étude du potentiel thérapeutique des drogues inflammatoires et du remplacement cellulaire (transplantation de cellules de porc, cellules souches et autres) dans des modèles animaux de maladies neurodégénératives.
Francesca Cicchetti (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Mécanismes cellulaires et moléculaires utilisés par le neurone pour décoder les activités électriques et synaptiques du cerveau et leurs impacts, à court et à long terme, sur le remodelage synaptique. Rôle de l'activation spécifique des décodeurs moléculaires de l'activité neuronale, telle la CaM kinase II, dans des circuits nerveux maintenus en culture. Techniques d'imagerie cellulaire et moléculaire à haute résolution spatiale et temporelle, faisant appel au transfert de gènes de protéines fluorescentes et à l'introduction d'indicateurs fluorescents du calcium et d'autres messagers seconds. Mesure en temps réel de l'activité de ces décodeurs moléculaires, ainsi que les oscillations du calcium pendant la propagation des rythmes d'activité électrique dans ces circuits. Imagerie optique et confocal et techniques d'électrophysiologie (patch clamp, micropuces) pour enregistrer et stimuler l'activité neuronale des circuits cérébraux. Combinaison de ces différentes approches avec des techniques de biologie cellulaire, moléculaire et de biochimie, ainsi que des approches nouvelles d'analyse d'images.
Paul De Koninck (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Neurophysiologie cellulaire et neuropharmacologie des mécanismes chimiques (synaptiques) sensoriels qui sous-tendent l'intégration des entrées sensorielles dans la moelle épinière. Mécanismes responsables de la transmission de la douleur (nociception). Utilisation des techniques d'enregistrement électrophysiologiques de type patch clamp combinées avec des techniques d'imagerie cellulaire en temps réel, à l'aide de microscopie optique confocale. Développement de nouvelles méthodes d'analyse numérique (ex. : analyse de bruit) permettant l'étude de l'activité de récepteurs/canaux individuels en action aux jonctions synaptiques. Utilisation d'une combinaison unique des techniques de patch clamp et de microscopie à force atomique pour étudier la cinétique d'activation des récepteurs/canaux.
Yves De Koninck (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Rapports structure/fonction dans le système sensoriel des vibrisses du rat. Enregistrements intracellulaires in vivo. Encodage de l'information sensorielle par les mécanorécepteurs folliculaires et traitement central dans le tronc cérébral et le thalamus, à l'aide de techniques de marquage unitaire et de microscopie électronique.
Martin Deschênes (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Neuropsychologie de l'apprentissage et de la mémoire. Modèles animaux de la neurotoxicologie comportementale des polluants. Modèles animaux de la schizophrénie.
François Y. Doré (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Neurobiologie du stress et de l'anxiété. Utilisation des techniques de biologie moléculaire, d'immunohistochimie, de pharmacologie et de physiologie pour étudier les centres nerveux jouant un rôle dans la médiation des réponses au stress ainsi que les voies centrales concernées dans la mise en place des mécanismes d'adaptation lors de l'exposition chronique à des agents stresseurs. Modèles normaux et modèles démontrant des anomalies d'adaptation face à des situations de stress (aigu et chronique), afin de mieux comprendre la relation existant entre le stress et le développement de certaines pathologies. Mécanismes par lesquels le système nerveux central intègre et coordonne les réponses physiologiques et comportementales induites par le stress. Études neuroanatomiques et neuropharmacologiques des interactions existantes entre les systèmes opiacés endogènes (enképhaline, endorphine et dynorphine), la cholécystokinine, l'angiotensine et la corticolibérine (CRF) jouant un rôle dans la régulation des réponses physiologiques, en réponse au stress et dans les relations stress-santé mentale (troubles anxieux ou dépression) et stress-hypertension.
Guy Drolet (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Recherche des gènes de prédisposition à des maladies neurodégénératives touchant la population québécoise telles les ataxies héréditaires, les neuropathies héréditaires, les paraparésies spastiques héréditaires ou les anévrismes cérébraux. Utilisation de la population canadienne-française pour identifier des gènes prédisposant à des maladies complexes telles la sclérose latérale amyotrophique et la maladie de Parkinson grâce au phénotypage de traits génétiques simples et complexes.
Nicolas Dupré (Département des sciences neurologiques, Hôpital de l'Enfant-Jésus)

Développement et utilisation de vecteurs viraux pour le transfert et l'expression de gènes encodant des neuropeptides, des facteurs trophiques et des anticorps dans le système nerveux central et périphérique. Thérapie génique de la rétine, des motoneurones et des voies nociceptives. Aspects moléculaires du développement rétinien.
Claude Gravel (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Mécanisme d'action et potentiel thérapeutique de certaines substances comme les agonistes monoaminergiques et les facteurs neurotrophiques dans le traitement de pathophysiologies neurodégénératives et d'accidents à la moelle épinière. Analyses comportementales, cellulaires, moléculaires à l'aide de techniques d'enregistrement intracellulaire, d'histochimie, d'immunohistochimie et d'hybridation in situ, de même qu'à l'aide de techniques de cinématique et d'analyse du mouvement.
Pierre Guertin (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Évaluation électrophysiologique des fonctions rétiniennes chez l'humain et l'animal, dans le but d'évaluer le rôle de certains neurotransmetteurs tels que la dopamine et la sérotonine, de même que l'hormone mélatonine dans le déclenchement des troubles de l'humeur. Développement et utilisation de diverses modalités d'expositions lumineuses pour traiter les troubles de l'humeur et faciliter l'entraînement de l'horloge biologique au travail de nuit.
Marc Hébert (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Définir le rôle particulier des sécrétions placentaires prénatales et des sécrétions testiculaires périnatales sur la maturation du système de contrôle respiratoire. Utilisation de traitements pharmacologiques bloquant spécifiquement les récepteurs de la testostérone ou la synthèse de l'oestradiol au cours de la dernière semaine de gestation chez des rates gestantes. Étude de la maturation des réponses ventilatoires et métaboliques lors d'une brève hypoxie chez les ratons nés de mères traitées ou non traitées (contrôles). Analyses neurochimiques ou immunohistochimiques visant à déterminer si les stéroïdes prénataux influencent le développement des chémorécepteurs.
Vincent Joseph (Axe reproduction, santé périnatale et santé de l'enfant du CHUQ (SFA))

Jean-Pierre Julien possède une chaire de recherche du Canada (senior) en neurodégénérescence. Son programme de recherche porte sur trois grands axes de recherche : 1) les causes et le développement de thérapies pour la sclérose latérale amyotrophique; 2) les mécanismes pathogéniques associés aux désorganisation des neurofilaments et thérapies expérimentales; 3) la création d'une banque de cellules souches iPS pour la recherche sur la SLA. Plusieurs projets de recherche proposés sont basés sur l'utilisation de lignées de souris transgéniques que l'équipe a produites au cours des dernières années comme les souris exprimant des gènes mutants TDP-43 responsables de 1 % des cas de la SLA, les souris exprimant un mutant NFL des neurofilaments associé à la maladie de Charcot-Marie-Tooth et les souris knock-out pour la gigaxonine comme modèle pour la neuropathie des axones géants.
Jean-Pierre Julien (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Recherche sur les tumeurs cérébrales, principalement les gliomes, qui sont très souvent mortels et pour lesquels il n'existe actuellement aucun traitement curatif. plus particulièrement sur : a) le développement de modèles de tumeurs cérébrales à l'aide de cellules souches; b) l'étude de validation fonctionnelle de gènes tumoraux; c) le développement et l'utilisation de modèles murins de tumeurs cérébrales; d) l'étude de la résistance au traitement des cellules souches provenant de cancers cérébraux; e) l'étude des tumeurs cérébrales à l'aide de la nanotechnologie.
Deepak Kamnasaran (Axe reproduction, santé périnatale et santé de l'enfant du CHUQ (CHUL))

Biologie moléculaire et cellulaire du retard mental héréditaire avec le syndrome du X-fragile. Le syndrome du X-fragile est causé par l'absence de la Fragile Mental Retardation Protein (FMRP), une protéine qui se lie à l'ARN. L'association de la FMRP avec l'appareil de traduction est mise en évidence et on étudie les fonctions de cette protéine dans le contrôle des ARNm neuronaux. En particulier, on étudie les rôles de la FMRP dans le transport et la modulation des ARN dans les synapses, lieux de la synthèse protéique hautement spécialisée de la plasticité neurale.
Edward William Khandjian (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Neurobiologie du système de contrôle de la respiration. Études fondamentales des mécanismes neurologiques qui sous-tendent la plasticité du système respiratoire ainsi que les effets de divers types de stress sur la performance de ce système vital. Développement des circuits nerveux respiratoires. Enregistrement de l'activité respiratoire par plethysmographie (in vivo) et enregistrements électrophysiologiques extracellulaires de l'activité de divers groupes de neurones respiratoires chez l'animal anesthésié ou chez une préparation d'encéphale isolé (in vitro).
Richard Kinkead (Axe reproduction, santé périnatale et santé de l'enfant du CHUQ (SFA))

Comprendre le rôle de l'inflammation dans l'ischémie cérébrale et développer des systèmes modèles de bio-imagerie pour visualiser les processus pathophysiologiques pendant et à la suite d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Des souris transgéniques sont utilisées pour étudier la neuroinflammation, la neurodégénérescence, la régénérescence et la plasticité synaptique du cerveau in vivo et en temps réel. L'inflammation postischémique pourrait représenter une cible thérapeutique importante pour le traitement des accidents vasculaires cérébraux et la régénérescence cérébrale après un AVC.
Jasna Kriz (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Étude du rôle du système immunitaire dans la réparation tissulaire à la suite d'une ischémie-reperfusion au sein du cerveau ou du muscle squelettique. L'influence du diabète sur la réparation tissulaire est également étudiée. L'accent est mis sur des modèles murins afin de suivre in vivo le processus de réparation (tests fonctionnels). Le recrutement leucocytaire de même que les interactions entre les cellules du système immunitaire et le tissu lésé sont visualisés directement par microscopie. La caractérisation des leucocytes se fait principalement par cytométrie de flux et culture ex vivo des leucocytes.
Benoît Lapointe (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Neuropathologie cellulaire de la maladie de Parkinson. Analyse structurelle des neurofilaments après stress oxydatif. Rôle des agents oxydants sur la pathogenèse neuronale. Neuroprotection par les œstrogènes et phytœstrogènes.
Maria-Grazia Martinoli (Université du Québec à Trois-Rivières)

Études de génétique familiale, d'épidémiologie psychiatrique et de psychiatrie infantile appliquées à un échantillon regroupant de nombreuses familles dont plusieurs membres souffrent de troubles psychotiques (schizophrénie et maladie bipolaire). Cette approche multidisciplinaire vise à identifier les gènes de susceptibilité des psychoses. Le suivi longitudinal de ces familles sur plusieurs générations permet l'ouverture vers la génétique de la psychopathologie développementale.
Michel Maziade (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Contrôle anticipatoire de la locomotion dans des environnements complexes auprès de personnes saines et de personnes ayant des déficiences neurologiques (ex. : traumatisme crânien, accident vasculaire cérébral). Analyses biomécaniques, mesures et manipulations des systèmes sensoriels (ex. : visuel et vestibulaire) dans différents contextes locomoteurs. Développement de nouvelles approches thérapeutiques en réalité virtuelle.
Bradford J. McFadyen (Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (IRDPQ))

Biostatistique et psychiatrie génétique. Approche multidisciplinaire impliquant l'utilisation d'ordinateur à haute performance servant à l'étude biostatistique des aspects génétiques et épidémiologiques des troubles psychotiques majeurs ainsi que de l'évaluation des soins donnés aux patients souffrant de troubles psychiatriques.
Chantal Mérette (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Mécanismes cellulaires et moléculaires qui régulent l'homéostasie hydrominérale et cardiovasculaire. Utilisation de techniques de biologie cellulaire (immunocytochimie, hybridation in situ; radioliaison; RT-PCR et traceurs rétrogrades) permettant l'étude de la régulation de l'expression de différents phénotypes neuronaux présents dans les réseaux neuronaux; expression de récepteurs membranaires qui génèrent l'activité dans ces mêmes réseaux et plasticité synaptique à court et à long terme, qui modulent l'activité de ces réseaux neuronaux (domaines biomédicaux associés à cette thématique : hypertension artérielle et maladies cardiovasculaires, diabète insipide).
Didier Mouginot (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Anatomie fonctionnelle des noyaux gris centraux chez le primate. Bases morphologiques et moléculaires de la communication neuronale dans des conditions normales et pathologiques (maladies neurodégénératives).
André Parent (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Organisation anatomique et fonctionnelle des ganglions de la base chez le rat, le singe et l'homme et physiopathologie des maladie neurodégénératives (Parkinson, Huntington, etc.). Étude des bases cellulaires et moléculaires de la communication neuronale en condition normale et pathologique. L'approche implique des enregistrements électrophysiologiques suivis d'injections et de reconstructions tridimensionnelles unitaires de neurones, l'examen des relations synaptiques en microscopie électronique, la localisation et l'expression de neurotransmetteurs et l'analyse de matériel postmortem humain.
Martin Parent (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Travaux de biologie moléculaire, cellulaire et bio-informatique portant sur l'identification des nouvelles protéines jouant un rôle dans le développement des neurones.
Luca Pellegrini (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

La maladie irréversiblement à la perte de la mémoire et des fonctions intellectuelles. À ce jour, il n'y a toujours pas de traitement permettant de la soigner. On ne connaît toujours pas les causes exactes de la maladie d'Alzheimer, mais on pense que certains individus ont des prédispositions qui, combinées avec d'autres facteurs, peuvent induire la maladie. L'équipe de recherche s'intéresse principalement à l'impact de certains de ces facteurs, tels que l'âge, le diabète ou l'anesthésie, sur des modèles animaux qui développent la maladie d'Alzheimer. En connaissant l'influence de ces facteurs sur le développement de la maladie, on peut tester des médicaments ciblés destinés à la ralentir.
Emmanuel Planel (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Neuromodulation, traumatismes cranio-cérébraux (TCC) et neuro-oncologie. Études combinant les approches cliniques et fondamentales pour optimiser les systèmes de stimulation cérébrale profonde utilisés pour traiter les troubles du mouvement ainsi que certaines maladies psychiatriques, pour atténuer les séquelles (déficits d'attention, troubles mnésiques, troubles du comportement, etc.) consécutives à un TCC et pour améliorer le pronostic des patients souffrant de tumeurs cérébrales en ciblant un traitement qui tient compte de différentes variables qui déterminent l'évolution de ce type de patients.
Michel Prudhomme (Département des sciences neurologiques, Hôpital de l'Enfant-Jésus)

Mécanismes régissant les effets des systèmes à corticolibérine (CRF), proopiomélanorcotine (POMC) et neuropeptide Y (NPY) dans la régulation centrale de la prise alimentaire et de la thermogenèse. Mécanismes régissant les effets centraux de la leptine, des glucocorticoïdes et des hormones gastro-intestinales ghréline et glucagon-like peptide 1 et 2 dans le métabolisme énergétique. Rôle de la protéine découplante 2 (UCP2) dans le cerveau et facteurs induisant ou supprimant l'expression de cette protéine. Rôle de la brain mitochondrial carrier protein 1 (BMCP1) dans le cerveau et des facteurs induisant ou supprimant l'expression de cette protéine.
Denis Richard (Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec)

Biologie moléculaire des maladies neurodégénératives ayant une étiologie immunitaire (sclérose en plaques, sclérose amyotrophique latérale, etc.). Réponse inflammatoire et cerveau. Régulation de la transcription des gènes dans le système nerveux central. Techniques : souris transgéniques, modèles de souris développant des maladies neurodégénératives, clonage, séquence de gènes, PCR, transport neural, hybridation in situ, immunohistochimie, cartographie du cerveau.
Serge Rivest (Axe endocrinologie et génomique du CHUQ (CHUL))

Interactions entre dopamine et sérotonine et rôle des facteurs de transcription NGFI-B et Nurr1 dans le système nerveux central. Contribution des récepteurs sérotoninergiques dans les mécanismes d'action des neuroleptiques typiques et atypiques et de la modulation des effets comportementaux et biochimiques des psychostimulants par les drogues sérotoninergiques. Rôle de certains facteurs de transcription de la famille des récepteurs nucléaires dans les effets des neuroleptiques, des agents antiparkinsoniens et des psychostimulants.
Claude Rouillard (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Études d'épidémiologie familiale visant à caractériser différents endophénotypes cognitifs associés à la schizophrénie. Une approche multidisciplinaire est appliquée à un échantillon regroupant de nombreuses familles dont plusieurs membres souffrent de schizophrénie pour identifier des gènes de susceptibilité des psychoses.
Marc-André Roy (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Mécanismes cellulaires et moléculaires de migration, de différenciation, de maturation et d'intégration fonctionnelle des neurones nouvellement formés dans le cerveau adulte. En combinant des études moléculaires, neuroanatomiques, électrophysiologiques de type patch clamp avec des techniques d'imagerie confocale et d'imagerie à deux photons, la démarche expérimentale cherche à préciser comment des cellules souches neuronales produisent de véritables neurones et comment ces derniers sont acheminés jusqu'à leur lieu d'action et intégrés dans les réseaux neuronaux. En comprenant les mécanismes de renouvellement de neurones dans le cerveau adulte, on pourra développer des stratégies de remplacement cellulaire pour compenser les pertes neuronales présentes dans les maladies neurodégénératives.
Armen Saghatelyan (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Le rôle des opioïdes dans les maladies de Parkinson et Huntington. Les maladies de Parkinson et Huntington sont des maladies neurodégénératives associées au dysfonctionnement des ganglions de la base. Bien que de nombreuses études ont démontré des variations importantes dans l'expression des opioïdes au niveau des ganglions de la base durant le développement de ces maladies, le rôle exact de ceux-ci est encore pratiquement inconnu. Nos résultats antérieurs suggèrent fortement que l'augmentation des opioïdes dans la maladie de Parkinson est une réponse adaptative permettant d'atténuer les dysfonctionnements moteurs. En outre, les études récentes montrant le rôle neuroprotecteur des opioïdes dans différents états pathologiques. Nous proposons donc que l'augmentation des opioïdes pourrait jouer: 1) un rôle physiologique visant à atténuer les symptômes moteurs, et 2) un rôle neuroprotecteur visant à protéger les neurones contre la neurodégénérescence. Notre méthodologie principale sera basée sur le transfert de gènes via des vecteurs viraux et l'utilisation de souris transgéniques permettant la surexpression ou l'élimination de l'expression des neuropeptides opioïdes. Diverses méthodologies complémentaires seront utilisées pour évaluer le comportement moteur, certains paramètres biochimiques et moléculaires ainsi que la neurodégénérescence via des méthodes de stéréologie.
Pershia Samadi (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Mécanismes neurophysiologiques de la récupération des fonctions motrices après un accident vasculaire cérébral. Réorganisation cérébrale et contrôle corticospinaux. Méthodes : investigation du fonctionnement neuronal par stimulations magnétiques transcrâniennes et stimulations nerveuses électriques transcutanées, analyse du mouvement par EMG et biomécanique (cinétique et cinématique).
Cyril Schneider (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Neuroimmunobiologie de la maladie de Parkinson et d'Huntington. Développement de nouvelles stratégies thérapeutiques y compris la transplantation de cellules neurales et la reprogrammation de cellules souches hématopoïétiques. Rôle des polyamines dans la réponse immunitaire innée. Techniques : biologie moléculaire (PCR, clonage, génotypage) et cellulaire (culture de cellules, transfections, lentivirus, systèmes d'expression inductibles, etc.), immunohistochimie, immunofluorescence, hybridation in situ, microscopie, imagerie et stéréologie/morphométrie, modèles in vivo, chirurgies, transplantations intracérébrales, neuroanatomie, microdissections, microdosages, tests comportementaux.
Denis Soulet (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Rôle des inputs synaptiques et des facteurs intrinsèques dans le maintien du potentiel membranaire des neurones corticaux et thalamiques. Réponses unitaires in vivo au moyen de potentiels synaptiques produits par un seul axone. Mécanismes électrophysiologiques des décharges épileptiformes focalisées et généralisées.
Igor Timofeev (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Les mécanismes neuronaux de la régulation de la prise alimentaire et la motivation. Les troubles du comportement alimentaires et le développement de l'obésité. Les effets du stress sur la motivation. Techniques : électrophysiologie (enregistrement de l'activité neuronale par le système multicanaux), neuroanatomie (traçage neuronal rétrograde et antérograde, reconstruction des neurones en 3D), biologie moléculaire, hybridation in situ, immunohistochimie.
Elena Timofeeva (Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec)

Plasticité synaptique au sein des divers types de neurones du système nerveux central. Intégration dendritique dans les neurones inhibiteurs GABAergiques. Mécanismes cellulaires et moléculaires, régulation et signification fonctionnelle de la signalisation calcique aux synapses excitatrices des neurones. En utilisant une combinaison de techniques de microscopie biphotonique, d'électrophysiologie de type " \t "_blank" patch clamp », de pharmacologie et d'approches moléculaires, on espère comprendre l'organisation dynamique et fonctionnelle de la signalisation dendritique essentielle à l'apprentissage, à la mémoire et à d'autres fonctions cognitives supérieures.
Lisa Topolnik (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Études électrophysiologiques des réseaux neuronaux de l'hippocampe et des facteurs déterminant la vulnérabilité des neurones (mort cellulaire). Changements de neurotransmission en réponse à des crises d'épilepsie. Utilisation des techniques électrophysiologiques (patch clamp) et de techniques d'immunohistochimie en microscopie optique et électronique sur des tranches d'hippocampe, afin de déterminer le rôle des interneurones inhibiteurs et des récepteurs jouant un rôle dans la neurodégénérescence.
Katalin Toth (Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard)

Mise au point d'un traitement pour la dystrophie musculaire de Duchenne, basé sur la transplantation de myoblastes venant d'une personne saine. Utilisation des techniques de culture de tissu, d'immunohistochimie, de PCR et de transfection de gènes. Volet immunologique important. Thérapie génique in vitro, par le biais du gène de la dystrophine dans les myoblastes du patient dystrophique. Recherche sur l'utilisation des cellules souches pour traiter les dystrophies et le Parkinson.
Jacques P. Tremblay (Axe neurosciences du CHUQ (CHUL))

Travaux relevant du domaine de l'optique guidée et des fibres optiques, avec un intérêt particulier pour le développement de composants à base de fibres optiques appliqué à la neurobiologie. Ces recherches font appel à des lasers à fibre visible et infrarouge et à l'inscription de réseaux de Bragg dans le cœur de fibres optiques en verre fluoré. Les activités de recherche sont orientées vers le développement de sondes opto-électrophysiologiques à base de fibres optiques; ces travaux sont effectués en collaboration avec des chercheurs en neurosciences et sont au cœur de la nouvelle discipline que l'on nomme " \t "_blank" neurophotonique ».
Réal Vallée (Centre d'optique, photonique et laser, Faculté des sciences et de génie)

Unités de recherche

Le programme de neurobiologie encadre les travaux de recherche d'étudiants travaillant dans un réseau intégré de recherche en neurosciences à Québec qui s'étend sur plusieurs campus. Les principales unités de recherche de ce réseau sont les suivantes :

  1. Centre de recherche Université Laval Robert-Giffard (CRULRG), 2601, chemin de la Canardière, Québec (Québec) G1J 2G3, téléphone : 418 663-5747, télécopieur : 418 663-8756;
  2. Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL), 2705, boulevard Laurier, Québec (Québec) G1V 4G2, téléphone : 418 654-2152, télécopieur : 418 654-2753;
  3. Centre de recherche de l'Hôpital Saint-François d'Assise (CRSFA), 10, rue De L'Espinay, Québec (Québec), G1L 3L5, téléphone : 418 525-4461, télécopieur : 418 525-4481;
  4. Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) de l'Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), 525, boulevard Wilfrid-Hamel Est, Québec (Québec), G1M 2S8, téléphone : 418 529 9141, télécopieur : 418 529-3548;
  5. Département des sciences neurologiques de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, 1401, 18e rue, Québec (Québec), G1J 2Z4, téléphone : 418 649-5734, télécopieur : 418 649-5915.

Description officielle

Cette page présente la version officielle de ce programme pour de futurs étudiants. L'Université Laval se réserve le droit d'en modifier le contenu sans préavis.

Les étudiants qui fréquentent déjà le programme doivent plutôt se référer à leur rapport de cheminement.

Imprimer la fiche du programme
Grade

Philosophiæ doctor (Ph. D.)

90crédits
Reconnaissance d'acquis maximale:
5 crédits

Renseignements et directives

Objectifs

L'objectif de ce programme est de former un chercheur autonome, capable de concevoir et de réaliser des projets de recherche originaux (voir description facultaire). Au moment de terminer son programme, l'étudiant doit posséder une connaissance approfondie de la neurobiologie et des neurosciences et plus particulièrement de son champ d'études. Il doit être en mesure de maîtriser au moins une technique de pointe en neurobiologie et d'apporter une contribution originale à la neurobiologie et aux neurosciences par la réalisation de projets de recherche et la publication des résultats scientifiques.

Durée et régime d'études

À cause des exigences du travail de recherche en laboratoire, l'étudiant s'inscrit normalement à temps complet, pour des sessions consécutives, y compris la session d'été. Cependant, l'étudiant qui a presque terminé son travail en laboratoire et qui veut retourner sur le marché du travail peut finir son programme à temps partiel.

Responsable

Directrice du programme
Katalin Toth
418 663-5000 poste 4702
Pour information
Vice-décanat à la recherche et aux études supérieures
418 656-2131 poste 5245
Faculté de rattachement

Soutien financier

Le candidat et le directeur de recherche doivent s'entendre sur un plan de soutien financier qui permettra à l'étudiant de se concentrer sur ses études sans augmenter de façon critique son endettement personnel. L'étudiant est invité à participer à tous les concours de bourses à l'échelle locale, provinciale et nationale. 

Remarques sur les cours

Exigences particulières

Lorsque le directeur de recherche juge approprié que l'étudiant acquière ou révise certaines notions, il peut lui suggérer fortement de s'inscrire à des cours de sujets spéciaux (voir la liste des cours ci-dessus), même si l'étudiant dépasse le nombre de crédits de cours prévus au programme. Ces cours sont alors pris à titre de cours non contributoires.

On s'attend à ce que l'étudiant au doctorat participe activement aux discussions que comportent les cours du programme, en particulier les séminaires de neurobiologie et la revue de la littérature. On s'attend aussi à ce qu'il participe à l'encadrement des étudiants à la maîtrise et à celui des étudiants de premier cycle qui font des stages en recherche.

Comité d'encadrement pour les étudiants au doctorat

La formation d'un comité d'encadrement est obligatoire pour tout étudiant inscrit au programme de doctorat. Le rôle de ce comité est d'accompagner l'étudiant dans toutes les étapes de sa formation. Ce comité d'encadrement a également pour rôle l'évaluation périodique du cheminement de l'étudiant dans son programme de doctorat. Ce comité sera également le comité d’évaluation du cours NRB-8000 Examen de doctorat.

Dès la première session d’inscription au doctorat, le directeur de recherche, en accord avec l'étudiant, doit transmettre aux responsables du cours NRB-8000 Examen de doctorat une proposition concernant la composition du comité d'encadrement.

Le comité d'encadrement est formé de trois professeurs, ou de quatre lorsqu’il y a un codirecteur. On recommande qu'au moins un des membres vienne d'une unité de recherche différente de celle du directeur de recherche. Le comité d’encadrement peut être le même que celui formé à la maîtrise pour le cours NRB-6000 Projet de maîtrise.

Le comité d’encadrement se réunira avant la fin de la troisième session d’inscription au doctorat et au moins une autre fois après la tenue du cours NRB-8000 Examen de doctorat, mais avant le dépôt initial du manuscrit de thèse.

Exigences particulières concernant l'examen de doctorat

L'examen de doctorat, visant à s'assurer que l'étudiant possède les connaissances et la formation adéquates pour la réalisation de son projet, est obligatoire.

L'examen de doctorat a pour objectifs :

  • de vérifier les connaissances générales de l'étudiant dans le domaine de la neurobiologie et des neurosciences et dans les domaines connexes à son champ de recherche;

  • de s'assurer que l'étudiant a acquis une connaissance suffisante du domaine de la neurobiologie et des neurosciences;

  • de s'assurer qu'il possède les qualités nécessaires pour réaliser son projet de recherche et rédiger une thèse de doctorat.

L’examen de doctorat comporte une épreuve orale et une épreuve écrite. L'étudiant doit s'inscrire à l'examen de doctorat entre la troisième et la cinquième session d'inscription au doctorat et faire approuver la date de l'épreuve orale au début de la session choisie.

L'épreuve écrite doit être terminée au moment de l'épreuve orale.

L'évaluation de l'examen de doctorat est faite par le comité d’encadrement de l’étudiant. Elle est faite en fonction des critères de réussite (note attribuée = P) ou échec (note attribuée = N). S'il y a échec, un droit de reprise est accordé à l'étudiant. Cette reprise devra avoir lieu au cours de la session suivante. Un maximum de 1 crédit pourra être accordé pour l'examen de doctorat.

Travail de recherche

Plagiat

En vertu des articles 28 et 29 du Règlement disciplinaire à l'intention des étudiants de l'Université Laval, toute infraction, dont le plagiat, doit être sanctionnée sévèrement. Noter qu'il est toujours possible que les travaux des étudiants, y compris la thèse, soient soumis à un outil électronique de détection de plagiat. Si le travail n'est pas original, l'étudiant fera l'objet d'une dénonciation, et des sanctions disciplinaires pourront être imposées.

Encadrement

Consciente de l'importance de la relation entre le directeur de recherche et l'étudiant dans le cheminement pédagogique et la qualité de la formation de ce dernier, la Faculté de médecine s'est dotée d'une Politique en matière d'encadrement des étudiants de 2e et 3e cycles. L'étudiant est encouragé à remplir avec son directeur de recherche le Plan de formation, qui est un outil de communication clarifiant les attentes et les responsabilités de chacun dans le cadre de la formation de l'étudiant. Normalement, le directeur de recherche rencontre l'étudiant presque quotidiennement. Il lui fait part de ses recommandations et de ses critiques. Une fois par année, le comité d'encadrement de l'étudiant fait rapport du cheminement de l'étudiant à la direction de programme.

Exigences particulières

Le programme de doctorat en neurobiologie est soumis aux directives énoncées sur le site de la Faculté des études supérieures et postdoctorales concernant la thèse de doctorat.

Conditions de poursuite des études

L'étudiant inscrit au doctorat peut poursuivre ses études sous réserve de l'avancement satisfaisant de ses travaux de recherche et de la réussite de son examen de doctorat.

Insertion d'articles

L'étudiant désirant baser sa thèse sur une ou plusieurs publications devra se conformer aux normes générales de la Faculté des études supérieures et postdoctorales concernant l'insertion d'article dans les thèses.

Des exigences propres au programme de neurobiologie ont été rajoutées aux règles de présentation :

  • un avant-propos doit précéder chacun des articles incorporés à la thèse afin de préciser le rôle exact de l'étudiant et des autres auteurs. Cette exigence permet aux membres du jury de vérifier que l'étudiant a contribué de façon majeure au travail présenté dans l'article. Si tel n'est pas le cas, l'article en question devra être mis en annexe de la thèse;
  • les méthodes expérimentales décrites dans les articles insérés devraient l'être avec suffisamment de précision pour permettre au lecteur initié de reproduire les manipulations. Puisque les normes des éditeurs ne sont pas uniformes à cet égard, l'étudiant devra, si le directeur de recherche le juge nécessaire, ajouter un chapitre méthodologique ou mettre en annexe un complément de renseignements techniques.

Il n'y a pas de nombre minimal d'articles à insérer ni de nombre minimal d'articles dont l'étudiant doit être l'auteur principal.

Conditions d'admission

Sessions d'admission

AUTOMNEHIVERÉTÉ

Admissibilité

Exigences générales

La maîtrise ès sciences (neurobiologie), ou un diplôme jugé équivalent, constitue une exigence minimale d'admission au programme. La qualité du mémoire de maîtrise, une recommandation favorable du directeur de recherche à la maîtrise, la participation à des communications et à des publications scientifiques et l'obtention de bourses nominatives sont des facteurs qui favorisent l'admissibilité au doctorat.

Choix du directeur de recherche et du projet de recherche

Les activités de recherche occupent une place très importante dans la formation des étudiants du programme de doctorat en neurobiologie. Une collaboration étroite doit donc s'établir dès le début entre l'étudiant et le directeur de recherche. Le candidat doit être en mesure de désigner, au moment de sa demande d'admission, un directeur de recherche qui accepte de diriger ses travaux.

Le choix du projet de recherche résulte d'une entente entre le candidat et son directeur de recherche qui doit être un professeur affilié au programme de neurobiologie. Le projet de recherche doit être approuvé par la direction de programme. Normalement, l'étudiant s'intègre à un programme de recherche pour lequel son directeur a obtenu des subventions.

Compétences linguistiques

En plus de la connaissance du français, il est souhaitable que le candidat ait au moins une bonne compréhension de l'anglais écrit. 

Critères de sélection

Le fait de satisfaire aux exigences d'admission au programme n'entraîne pas automatiquement l'admission d'un candidat. Chaque demande d'admission est étudiée par la direction de programme qui tient compte, dans son évaluation, de la préparation antérieure du candidat, de son dossier scolaire, de son aptitude à la recherche et de l'ensemble de son dossier, ainsi que des ressources du laboratoire d'accueil. Les rapports d'appréciation de personnes qui connaissent bien le candidat et les exigences de la recherche sont également importants dans la décision concernant son admissibilité.

Passage accéléré au doctorat

Un étudiant inscrit à la maîtrise en neurobiologie peut être admis au doctorat sans être tenu de franchir toutes les étapes habituelles de la maîtrise, c'est-à-dire sans avoir à rédiger un mémoire. Il doit en faire la demande officielle en remplissant un formulaire de demande d'admission au doctorat ou un formulaire de demande de changement de cycle sur lequel il indique qu'il s'agit d'une demande de passage accéléré. Le passage accéléré au doctorat se fait lorsque l'étudiant a terminé sa scolarité de maîtrise et avec l'accord de son directeur de recherche. L'étudiant doit en outre répondre aux conditions suivantes :

  • poursuivre au doctorat le projet entrepris à la maîtrise avec le même directeur de recherche;
  • avoir réussi tous les cours de son programme de maîtrise en ayant maintenu une moyenne de cheminement minimale de 3,33 sur 4,33 (B+);
  • obtenir une lettre d'appui du directeur de recherche dans laquelle ce dernier s'engage à continuer la supervision des travaux de recherche de l'étudiant et explique pourquoi cet étudiant mérite de passer directement au doctorat; cette lettre doit être remise aux membres du comité d'encadrement lorsque celui-ci est formé; une copie doit être remise au directeur de programme;
  • former un comité de doctorat dans le cas où l'étudiant n'a pas suivi le cours NRB-6000 Projet de maîtrise. Ce comité est composé du directeur de recherche et de deux autres professeurs, dont l'un doit venir d'un domaine autre que celui de l'étudiant; la composition de ce comité doit être approuvée par le directeur du programme;
  • rédiger un document d'une dizaine de pages expliquant son programme de recherche, la méthodologie qu'il entend utiliser ainsi que les objectifs poursuivis; ce document doit être remis aux membres du comité de doctorat; une copie doit être remise au directeur de programme;
  • démontrer qu'il possède les aptitudes requises pour entreprendre et mener à terme un programme de troisième cycle et que son projet de recherche a suffisamment d'ampleur et d'originalité pour constituer une thèse; cette démonstration est faite lors d'une présentation orale (30 minutes environ) suivie d'une période de questions de la part des membres du comité de doctorat.

Les modalités régissant le passage accéléré au doctorat ne doivent pas être confondues avec le cours NRB-6001 Séminaire de maîtrise en neurobiologie ni avec le cours NRB-8000 Examen de doctorat. Ce dernier cours est obligatoire pour tout étudiant admis au programme de doctorat, qu'il ait rédigé un mémoire de maîtrise ou non.

Date limite de dépôt

La date à respecter pour le dépôt d'une demande d'admission varie selon le profil des candidats. Toute l'information se trouve dans la section Admission.

Structure du programme

Activités de formation communes
CoursTitreCrédits exigés
Recherche 
L'étudiant doit réaliser toutes les activités de recherche prévues dans son programme. Une fois qu'elles sont complétées, l'étudiant qui désire prolonger ses études pour finaliser sa thèse peut s'inscrire aux activités suivantes qui lui conféreront le statut d'étudiant à temps complet à un coût fixe : TRE-8800 Poursuite de la recherche - thèse 1 (maximum deux inscriptions) et TRE-8801 Poursuite de la recherche - thèse 2 (maximum cinq inscriptions).
NRB-8811Activité de recherche - thèse 1
7/activité temps complet
NRB-8812Activité de recherche - thèse 2
8/activité temps complet
NRB-8813Activité de recherche - thèse 3
9/activité temps complet
NRB-8814Activité de recherche - thèse 4
10/activité temps complet
NRB-8815Activité de recherche - thèse 5
11/activité temps complet
NRB-8816Activité de recherche - thèse 6
11/activité temps complet
NRB-8817Activité de recherche - thèse 7
12/activité temps complet
NRB-8818Activité de recherche - thèse 8
12/activité temps complet

Information complémentaire

Documents et outils

Simulation et rapport de cheminement

monPortail vous permet de visualiser l'état d'avancement de votre programme d'études. L'outil «rapport de cheminement» affiche les cours suivis, indique la session de réalisation et précise le résultat obtenu ou à venir. Il indique également les cours à réussir pour obtenir le diplôme visé. Plus encore, vous pouvez simuler des modifications à votre programme d'études (choix d'une concentration ou d'un profil) ou découvrir quels cours pourraient vous être reconnus si vous étiez admis dans un nouveau programme.

Guide de cheminement aux cycles supérieurs

Le Guide de cheminement aux cycles supérieurs présente des points de repère sur la formation à la recherche: choix du directeur de recherche, rédaction du mémoire ou de la thèse. Il propose également des outils et des façons d'interagir qui rendent la communication plus efficace: formulation des attentes, plan de collaboration. Il précise enfin différents aspects de la réalisation de la recherche, comme le carnet de recherche, et fait le lien avec les services de l'Université Laval susceptibles d'aider les étudiants en cours de route.

Règlement des études

Les études à l'Université Laval sont régies par le Règlement des études.

Ressources

Joindre un responsable d'information sur les études

Des questions sur les exigences d'admission et les programmes d'études à l'UL? Communiquez avec le Bureau du recrutement étudiant ou rencontrez-nous en privé, aux Portes ouvertes ou lors de nos tournées sur la route au Canada et à l'étranger.

418 656-2764
1 877 606-5566
info@ulaval.ca
Heures d'ouverture

Joindre une personne-ressource de la faculté

Faculté de médecine
www.fmed.ulaval.ca

www.fmed.ulaval.ca/nrb

Karyne Duguay
418 656-2764, poste 7723
1 877 606-5566, poste 7723
karyne.duguay@fmed.ulaval.ca

Version: 2017-10-30 15:43:12 / 2017-11-02 12:41:28 Version simplifiée Version archivée
Indique que le cours est à l'horaire à l'hiver 2018
Indique que le cours peut être offert en formule hybride
Indique que le cours peut être offert à distance
Indique que le cours est en développement durable
www.ulaval.ca