Notre université

Première université francophone d'Amérique, l'Université Laval tire sa force de l'expérience et du dynamisme qui la caractérisent.

 
 

Christine Piette, Faculté des lettres

Entrée au Département d’histoire en 1972, madame Christine Piette a obtenu le rang de titulaire en juin 1987. Depuis sa retraite en 2005 au terme de 33 années de carrière, Christine Piette contribue toujours au rayonnement de l’Université Laval.

En enseignement, madame Christine Piette a toujours joui d’une excellente réputation auprès des étudiantes et étudiants. Elle a ainsi préparé et donné 22 cours différents aux trois cycles à la fois sur le contenu des connaissances dans son champ d’affectation scientifique, sur la méthodologie de l’histoire et même sur les études russes, à une époque où des études ouvertes sur l’internationalisation n’étaient guère en vogue. Elle a ainsi mené à terme 17 mémoires de maîtrise, 7 codirections de maîtrise et 2 doctorats (2 étant encore en cours). Elle a de plus participé à de nombreux jurys de mémoire et de thèse. La carrière de madame Piette s’inscrit dans un souci constant de l’excellence universitaire au service des étudiantes et étudiants.

En recherche, madame Christine Piette témoigne d’une constance remarquable. Sa carrière porte sur l’histoire sociale de la ville de Paris. Par de multiples communications dans des congrès scientifiques aux États-Unis, en France, en Espagne, en République tchèque, au Canada anglais et au Québec, par des articles publiés dans des revues spécialisées nationales et internationales et finalement par un ouvrage majeur publié en France en 2007, Vivre la ville, Les classes populaires à Paris dans la première moitié du XIXe siècle, elle a travaillé avec son collaborateur Barrie M. Ratcliffe à un profond renouvellement des perspectives sur l’histoire de Paris. La qualité de cette recherche a d’ailleurs été reconnue et généreusement financée par les principaux organismes subventionnaires que sont le CRSH et le FCAR (actuel FQRSC) de 1985 à 1998. Il est intéressant de souligner l’importante contribution de ces travaux à l’historiographie. Son ouvrage Vivre la ville est déjà considéré comme un classique qui figure désormais dans toutes les bibliographies d’histoire urbaine. L’apport théorique des recherches de madame Christine Piette est également souligné pour tous ses travaux, et on lui reconnaît rigueur et originalité.

Madame Christine Piette a aussi apporté une contribution exceptionnelle à la vie professorale et aux études féministes. Elle a oeuvré au Département d’histoire où elle a contribué à une vingtaine de comités, à la Faculté des lettres dont elle a été vice-doyenne et présidente ou membre d’une dizaine de comités et commissions. À l’Université, elle a siégé à différents conseils et aux plus hautes instances. Elle a aussi présidé sa section syndicale et de nombreux comités du Syndicat des professeurs et professeures de l’Université Laval, et s’est impliquée à la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université dont elle a été vice-présidente pendant quatre ans. Elle s’est aussi beaucoup engagée dans les études féministes et a contribué au développement des structures essentielles à leur production et à leur diffusion. Cette professeure est un modèle pour les femmes, autant pour ses collègues féminines que pour les étudiantes. Elle s’est aussi engagée à l’externe, notamment au Conseil du statut de la femme et au Conseil des universités. Elle a, entre autres, été présidente du Conseil d’administration du Grand Théâtre de Québec.

L’Université Laval est fière d’honorer aujourd’hui la professeure Christine Piette en la nommant professeure émérite.

www.ulaval.ca