Notre université

Première université francophone d'Amérique, l'Université Laval tire sa force de l'expérience et du dynamisme qui la caractérisent.

 
 

Jacques Mathieu, Faculté des lettres

Professeur, chercheur et administrateur respecté, l’historien Jacques Mathieu est considéré comme une des principales références dans l’historiographie de la Nouvelle-France.

 

Après avoir complété des études supérieures en histoire à l’Université Laval, Jacques Mathieu obtient un certificat en archivistique aux Archives nationales de Paris en 1970, puis devient professeur au département d’histoire de l’Université Laval. Il sera agréé en 1975, et titularisé en 1980. Le 1er juin 2008, Monsieur Mathieu prend sa retraite comme professeur, sans délaisser ses activités d’historien et d’administrateur, notamment en appui aux engagements de l’Université Laval envers la relance de l’Université d’État d’Haïti.

 

Jacques Mathieu a su guider et inspirer des générations d’historiens et d’archivistes. Dès le début, sa pratique professorale revêt un caractère multidisciplinaire: aux trois cycles de formation, il supervise des cours et des séminaires qui réunissent des étudiants de différentes disciplines. Il contribue également à la création d’un programme de baccalauréat en sciences historiques unique à l’Université Laval. Dans ses séminaires de 2e et 3e cycles comme dans ses directions de thèses, le professeur Mathieu offre à ses étudiants un encadrement d’une qualité exceptionnelle; il les amène à se dépasser et à atteindre un tel niveau d’excellence que sur les 58 thèses qu’il a dirigées ou codirigées, une dizaine remportera des prix prestigieux!

 

Auteur d’une vingtaine d’ouvrages de références incontournables, d’une soixantaine d’articles et de plus de 25 communications, le chercheur Jacques Mathieu est reconnu pour sa capacité à manier des concepts novateurs. Sa thèse de doctorat, publiée sous le titre Le commerce Nouvelle-France - Antilles au XVIIIe siècle, a été saluée et récompensée pour l’originalité du regard portée sur la Nouvelle-France. Notons également deux autres ouvrages écrits en collaboration: L’occupation des terres dans la vallée du Saint-Laurent et Le premier livre de plantes du Canada / Les enfants des bois du Canada au jardin du roi à Paris en 1635. Les recherches de Jacques Mathieu ont également été la source de l’exposition inaugurale et permanente du Musée de la civilisation de Québec, MÉMOIRES, un portrait de l’identité québécoise. Le dernier opus de l’historien, L’Annedda, arbre de vie, est paru en 2010. Le caractère novateur des recherches de Jacques Mathieu lui a valu une renommée internationale. Il a d’ailleurs écrit La Nouvelle-France. Les Français en Amérique du Nord XVIe-XVIIIe siècle à l’intention des étudiants français. La République française a reconnu sa contribution en lui décernant les Palmes académiques.

 

Doté d’une rare capacité à conjuguer tâches intellectuelles et responsabilités administratives, Jaques Mathieu a également participé au développement de son université et à celui de nombreux organismes de la société civile dédiés à la préservation de l’histoire, des archives, du patrimoine et des objets muséaux. Il a notamment dirigé le CELAT et la CEFAN, exercé deux mandats à la direction d’une grande faculté, dirigé trois départements différents.

 

Parce qu’il a fait de notre université un espace respectueux des mémoires et ouvert à l’innovation en histoire, l’Université Laval est fière de décerner le titre de professeur émérite à Monsieur Jacques Mathieu.

www.ulaval.ca