Notre université

Première université francophone d'Amérique, l'Université Laval tire sa force de l'expérience et du dynamisme qui la caractérisent.

 
 

Jacques Landry, Faculté de médecine

Crédit: Marc Robitaille

Un grand héritage en biologie cellulaire

Diplômé en médecine expérimentale de l'Université Laval en 1977, Jacques Landry a par la suite effectué un stage postdoctoral d'une durée de deux ans en radiobiologie et en biophysique à l'University of Rochester Medical Center, aux États-Unis.

De retour à Québec, il entreprend la poursuite de ses recherches sur la signalisation cellulaire du stress thermique, chimique ou physique. Il est engagé comme professeur adjoint au Département de médecine en 1985 et titularisé en 1992. Il a participé à la formation de toute une génération de jeunes scientifiques qui pratiquent aux quatre coins du Québec. Il a, de plus, cumulé différentes fonctions à la Faculté de médecine et à l'Université Laval, dont le poste de directeur du programme de biologie cellulaire et moléculaire pendant sept ans.

Les recherches de Jacques Landry se sont échelonnées sur une période de 35 ans et ses activités ont totalisé des subventions de plusieurs millions de dollars. Il est l'auteur de 110 publications dans des revues avec comité de lecture et de près de 200 abrégés de congrès. Ses travaux de recherche sont reconnus à l'échelle nationale et internationale et le nombre impressionnant de plus de 14 000 citations associées à ses publications témoigne de l'importance et du caractère novateur de ses découvertes. Jacques Landry s'est particulièrement impliqué auprès du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) où il a été, tour à tour, membre du comité des bourses et membre du comité FCI-FRQS, avant de présider le comité évaluateur pour les bourses de chercheurs et de cliniciens, volet «fondamental senior».

Considéré comme un pionnier dans son domaine, il a permis d'établir que les petites protéines de choc thermique sont impliquées comme première ligne de défense contre les dommages protéotoxiques, ce qui a des implications en cancérologie, mais également dans le domaine des désordres neuromusculaires.Jacques Landry laisse un héritage remarquable à la communauté de biologistes cellulaires du Québec.

www.ulaval.ca