Aller au contenu principal

Première campagne de communication sur l'intégrité intellectuelle: Non, l’Université Laval ne tolère pas la tricherie!

Québec, le 9 octobre 2018 – L'Université Laval, en étroite collaboration avec ses associations étudiantes, la CADEUL et l'AELIÉS, lance aujourd'hui une campagne de communication pour sensibiliser sa communauté universitaire à l'importance d'agir avec intégrité intellectuelle pour bien préparer son avenir.

Par cette campagne, elle souhaite rappeler que l'intégrité intellectuelle est une valeur fondamentale et une priorité de toutes instances de l'Université Laval. C'est la garantie de l'excellence des diplômes qu'elle délivre. «À ce jour, plus de 300 000 personnes de tous horizons détiennent un diplôme de l'Université Laval, des personnalités politiques, des gens d'affaires, des leaders, des scientifiques, des artistes, des gens qui changent le monde. Ce n'est pas rien! Nous sommes responsables de préserver la valeur de nos diplômes et la réputation de notre Université», exprime Robert Beauregard, vice-recteur exécutif et vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes.

Pour préserver la crédibilité des diplômes délivrés et pour s'assurer que les relevés de notes et les diplômes témoignent de la compétence et de la formation réelle des étudiantes et des étudiants, l'Université ne peut en aucun cas tolérer la tricherie. Lorsqu'il s'agit d'imposer des sanctions aux personnes ayant commis des infractions relatives aux études, comme plagier ou copier, l'Université est intransigeante et applique son Règlement disciplinaire à l'intention des étudiants et étudiantes.

Par ailleurs, le rôle de l'Université est d'informer adéquatement les étudiantes et les étudiants de leurs droits et de leurs responsabilités. Elle doit s'assurer de la bonne compréhension des exigences et des règles qui concernent les infractions relatives aux études, parce qu'en commettre une peut avoir des répercussions majeures sur le cheminement universitaire, et cela va bien au-delà de la sanction elle-même. Retarder la diplomation, empêcher de poursuivre un programme, suspendre l'inscription, compromettre le renouvellement du permis d'études ou l'octroi d'une bourse d'études en sont quelques exemples.

L'opération de communication sur les réseaux sociaux, qui s'échelonnera sur les cinq prochaines semaines, vise à faire comprendre les différentes infractions liées aux études pour qu'elles puissent être évitées et à expliquer de façon claire le processus disciplinaire, de la dénonciation à la décision. Pour ce faire, une nouvelle section du site Web de l'Université Laval, qui regroupe l'ensemble des renseignements sur les droits et les responsabilités des étudiants, a été conçue afin de rendre plus accessible l'information qui se retrouve dans le Règlement disciplinaire à l'intention des étudiants et étudiantes de l'Université Laval.

«Nous prenons très au sérieux notre rôle d'éduquer et de former notre communauté en matière d'intégrité intellectuelle parce que nous voulons prévenir le plagiat et la tricherie autant que possible», indique M. Beauregard. «Il arrive, surtout en début de parcours universitaire, que les infractions liées aux études soient commises par des personnes étudiantes qui ignorent ou n'ont pas encore compris précisément les règles, les exigences et les conséquences», fait-il remarquer.

Les associations étudiantes: des alliées pour sensibiliser la communauté
Le Bureau des droits des étudiants de la CADEUL et l'AELIÉS sont des acteurs de premier plan dans la sensibilisation de la communauté étudiante aux bonnes et aux mauvaises pratiques qu'il est possible d'adopter dans un parcours universitaire. Ils offrent un accompagnement dans les démarches entreprises afin de faire respecter les droits étudiants, et ce, dans une approche d'autonomisation.

«Les droits et les responsabilités des étudiants sont au cœur de l'expérience universitaire. Bien les connaître favorise la réussite et contribue à bâtir un avenir professionnel brillant, affirme Mathieu Montégiani, président de la CADEUL. Par cette campagne, la CADEUL souhaite doubler ses efforts pour informer ses membres des outils et des ressources disponibles pour qu'ils comprennent bien leurs responsabilités et leurs droits.»

«Nous invitons tous les étudiants à s'informer sur les infractions relatives aux études, échanger sur le sujet à s'interroger sur leur niveau de compréhension, à se poser des questions sur leurs responsabilités face aux exigences. Comprendre le plagiat et ses conséquences est une obligation à l'université», ajoute Kevin Villeneuve-Tremblay, président de l'AELIÉS.»

Au cours de la campagne, de nombreuses activités seront offertes par les associations étudiantes, le Centre d'aide aux étudiants, le Bureau du droit d'auteur et la Bibliothèque de l'Université Laval. La communauté étudiante sera invitée à participer à des ateliers, à des séances d'information et à des conférences:

•    Bien s'adapter au contexte de rédaction et d'encadrement aux cycles supérieurs
•    Optimisez la gestion de votre temps et diminuez la procrastination
•    Quand étudier rime avec anxiété: des moyens concrets pour une bonne gestion du stress aux examens et dans vos études
•    Le droit d'auteur et l'enseignement
•    Prévenir le plagiat
•    Horaire des kiosques d'information du Bureau des droits étudiants 
 

Pour suivre la campagne: 
facebook.com/ulaval.ca
twitter.com/universitelaval
ulaval.ca/mesresponsabilites

Source:
Andrée-Anne Stewart
Relations médias
Direction des communications
Université Laval
T.: 418 656-3952
C.: 418 254-3141
andree-anne.stewart@dc.ulaval.ca