Salle de presse

 
 
 

De nouvelles alliances de recherche sur trois pôles d’excellence : l’Arctique, l’optique-photonique et le développement durable des ressources naturelles

16 juin 2016

Québec, le 16 juin 2016 – Dans le cadre de la Conférence des unités mixtes internationales (UMI) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) qui réunit aujourd’hui, à Montréal, les représentants de plusieurs universités québécoises et françaises, le recteur de l’Université Laval, Denis Brière, a procédé à la signature de trois ententes-phares prometteuses avec le CNRS: le renouvellement de l’UMI Takuvik et la création de deux nouveaux laboratoires internationaux associés (LIA), le LUMAQ et le RESO.

« La collaboration en recherche entre l’Université Laval et le Centre national de la recherche scientifique se solidifie à nouveau aujourd’hui par la triple signature d’ententes de partenariat qui se traduiront par des retombées concrètes en matière de compréhension des changements climatiques, de bien-être des communautés nordiques et d’innovation technologique, a déclaré le recteur de l’Université Laval. Ensemble, l’UMI Takuvik, le LIA LUMAQ et le LIA RESO illustrent la force de nos relations avec le CNRS et les institutions universitaires françaises et québécoises et contribuent à renforcer la position de l’Université Laval en tant que chef de file international dans les domaines de la recherche sur l’Arctique, en optique-photonique et en développement durable des ressources naturelles. »

« Pour l’Université Laval, la création d’unités mixtes internationales et de laboratoires internationaux associés avec le CNRS et des partenaires universitaires est un moyen de développer et d’intensifier des coopérations productives en recherche. Fondées sur de solides collaborations existantes, les ententes signées aujourd’hui sont un pas en avant significatif qui permet aux équipes de recherche de structurer leurs projets communs en mutualisant des ressources humaines et matérielles », a souligné Nicole Lacasse, vice-rectrice adjointe aux études et aux activités internationales.

UMI Takuvik
Créée en 2011, l'UMI Takuvik est issue d'un partenariat entre l'Université Laval et le CNRS. Son programme de recherche vise à mieux comprendre l'incidence des  perturbations environnementales actuelles d'origines climatique et anthropique sur les écosystèmes et les géosystèmes arctiques, marins et terrestres. Ayant pour partenaires 15 institutions et laboratoires, l’UMI Takuvik donne aux équipes de recherche françaises un accès privilégié aux territoires arctiques et aux infrastructures de recherche canadiennes.

« L’établissement de telles ententes représente une occasion unique pour la Faculté des sciences et de génie. Nos professeurs et nos étudiants y voient la possibilité d’accroître efficacement leurs activités à l’international grâce aux nouvelles perspectives de collaboration et de développement. La signature de ces ententes avec un organisme aussi prestigieux que le CNRS démontre une fois de plus le dynamisme de nos professeurs et l’excellence de la recherche à la Faculté », a affirmé André Darveau, doyen de la Faculté des sciences et de génie.

« Je tiens à remercier le Fonds de recherche du Québec et son scientifique en chef, Rémi Quirion, pour leur appui déterminant au renouvellement de cette entente et le soutien financier de 300 000$ sur 3 ans accordé aux travaux de Takuvik », a ajouté Edwin Bourget, vice-recteur à la recherche et à la création.

LIA LUMAQ
Composé de 12 institutions et laboratoires, dont l’Université de Bordeaux, Bordeaux INP et l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), le LUMAQ (Lumière Matière France Québec) a pour objectif de créer, entre autres, de nouvelles technologies liées à l’interaction laser-matière pour la conception de nouveaux matériaux architecturés en photonique. Le professeur au Département de physique, de génie physique et d’optique, Younès Messaddeq, en est le responsable pour le Québec.

« Les collaborations internationales constituent maintenant un nouveau standard en matière de recherche de pointe et de formation de haut niveau », soutient le professeur Réal Vallée, du Département de physique, de génie physique et d’optique, également directeur du Centre d’optique, photonique et laser (COPL). « Au bénéfice de ses chercheurs et de ses étudiants, poursuit-il, le COPL a établi au cours des dernières années des alliances stratégiques avec différents établissements partout dans le monde, notamment en Allemagne, au Brésil et aux États-Unis. La signature de cette entente pour la création du LUMAQ constitue un premier jalon vers un partenariat plus étendu avec des chercheurs de l’Université de Bordeaux, et ce, sous l’égide du CNRS. »

LIA RESO
Ce laboratoire international associé réunit 10 institutions et laboratoires, dont les universités Rennes 1 et Rennes 2, ainsi que l'INRS. Il a pour objectif de comprendre et de caractériser les impacts environnementaux potentiels du développement des nouvelles ressources géologiques, telles que l’eau souterraine, la géothermie, les hydrocarbures et les métaux. Sa mission est d’éclairer les débats publics et de soutenir les orientations des États en ce qui a trait aux nombreuses questions posées par l’exploitation des ressources profondes et la protection des ressources de surface.

À propos de l’Université Laval
Située à Québec, ville du patrimoine mondial, l’Université Laval est la première université francophone d’Amérique du Nord. Elle fait partie des plus importantes universités de recherche au Canada, se classant au 6e rang avec des fonds de 325 M$ alloués à la recherche l’an dernier. L’Université Laval compte plus de 9 370 employés, incluant 3 685 professeurs, chargés de cours et autres membres du personnel enseignant et de recherche qui transmettent leur savoir avec plus de 42 500 étudiants, dont plus de 25 % sont inscrits aux cycles supérieurs. En 2014, l’Université Laval a obtenu l’accréditation STARS en se classant 1re au Canada et 9e au monde en développement durable. En 2015, elle est devenue la première université carboneutre sur une base volontaire au Canada. À ce jour, elle compte plus de 277 000 diplômés à travers le monde.

 

-30-

 

Source :
Andrée-Anne Stewart
Relations médias
Direction des communications
Université Laval
418 656-3952
Cell. : 418 254-3141
andree-anne.stewart@dc.ulaval.ca
@ulavalmedias

 

 


www.ulaval.ca