Salle de presse

 
 
 

Les acteurs du campus de l’Université Laval se mobilisent pour lutter contre la violence sexuelle

Troisième campagne « Sans oui, c’est non ! » du 12 au 23 février

8 février 2018

Québec, le 8 février 2018 – La communauté de l’Université Laval – étudiantes, étudiants, membres du personnel, gestionnaires, professeures, professeurs, chercheuses, chercheurs et associations – se mobilisera, du 12 au 23 février, pour participer à la troisième campagne « Sans oui, c’est non ! », visant à promouvoir l’importance du consentement sexuel et à prévenir les violences à caractère sexuel.


Le coup d’envoi de cette campagne a été donné aujourd’hui à l’Université Laval en présence de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine, Hélène David, de la rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours, de la présidente du conseil d’administration de « Sans oui, c’est non ! », Milène Lokrou, de la vice-rectrice aux ressources humaines de l’Université Laval, Lyne Bouchard, et de la directrice du Centre de prévention et d’intervention en matière de harcèlement (CPIMH), Josée Laprade.


Au cours des deux prochaines semaines, plusieurs activités de sensibilisation seront déployées afin de témoigner de la volonté de la communauté universitaire de favoriser un milieu d’étude, de travail et de vie exempt de violence à caractère sexuel. Parmi celles-ci, l’exposition What were you wearing ?/Que portais-tu ? amènera les visiteurs à comprendre que les choix vestimentaires d’une personne ne peuvent justifier qu’un acte de violence sexuelle soit commis contre elle. L’Université Laval est la première université francophone au Canada et la première au Québec à la présenter.


De plus, l’Université Laval, très engagée dans la lutte contre les violences sexuelles pour une troisième année consécutive, élargit, à compter de cette année, ses efforts de sensibilisation en visant autant les étudiants, les chercheurs que les membres du personnel. Tout au long de la campagne, de brèves capsules présentant des mises en situation seront transmises aux employés. Celles-ci permettront d’établir des repères concernant la notion de harcèlement sexuel. Le personnel sera invité à tester ses connaissances en répondant à une question, qui sera suivie du point de vue de divers spécialistes sur le sujet.


« Dans la lutte contre les violences à caractère sexuel, « Sans oui, c’est non ! » est heureux de constater qu’il existe une volonté féroce et une unité de toute la communauté universitaire Lavalloise. C’est grâce à cette unité, mais surtout à la collaboration et à l’écoute mutuelle que nous parviendrons à instaurer une culture du respect et du consentement », a déclaré Milène Lokrou.


« La CADEUL est fière de la collaboration des différents services de l’Université Laval et des associations étudiantes, qui démontrent la proactivité nécessaire, afin d’outiller les citoyens et citoyennes de demain à l’importance de la notion de consentement », a affirmé Samuel Rouette-Fiset, président de la Confédération des Associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL).


« Pour notre troisième campagne « Sans oui, c’est non ! », nous voulions offrir une variété d’activités de sensibilisation pour répondre aux besoins et intérêts des étudiants et employés de l’Université Laval. Nous avons innové en présentant des activités inédites tout en étant à l’écoute des suggestions des étudiants et employés. Plus de 19 stands éducatifs, animés par des étudiants et employés formés sur la thématique, seront actifs dans les différents pavillons de l’Université, en plus des 11 activités organisées. L’objectif est de sensibiliser le plus grand nombre de personnes sur la problématique des violences sexuelles et sur la notion de consentement. Nous espérons que la programmation suscitera de l’intérêt », a mentionné Josée Laprade.


« Nous partageons l’objectif de la campagne de créer un environnement respectueux et sécuritaire, en misant sur l’éducation quant à la notion de consentement, et ce, autant pour les étudiantes et les étudiants, que pour les membres du personnel. Il allait donc de soi d’élargir la programmation de la campagne en ciblant également les membres du personnel », a précisé Lyne Bouchard.


« Cette campagne novatrice, sans détour, joue un rôle de premier plan dans la prévention des violences à caractère sexuel. L’Université Laval est résolument engagée dans cette campagne, maintenant plus que jamais. Nous la soutenons sans équivoque. Merci de vous réunir en grand nombre sur notre campus pour tracer le chemin de la lutte aux violences à caractère sexuel. L’Université Laval sera toujours curieuse de vos observations, sera toujours à l’écoute de vos recommandations, sera toujours un partenaire de votre lutte », a souligné Sophie D’Amours, qui a également profité de l’événement pour exprimer sa grande reconnaissance envers toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans l’organisation de la campagne.


« Je salue à mon tour la mobilisation et l’engagement du milieu de l’enseignement supérieur dans la lutte contre les violences à caractère sexuel. En adhérant à la campagne « Sans oui, c’est non! » les intervenants universitaires et collégiaux affirment haut et fort que ces violences n’ont pas leur place sur les campus du Québec et qu’elles doivent être dénoncées », a conclu la ministre Hélène David.


Pour consulter la programmation complète de la campagne :
https://www.ulaval.ca/sans-oui-cest-non.html

-30-



Source et demandes d’entrevues :
Andrée-Anne Stewart
Université Laval
418 254-3141
andree-anne.stewart@dc.ulaval.ca 


www.ulaval.ca