Centre de prévention et d'intervention en matière de harcèlement

 
 
 

Définitions

Le harcèlement sexuel et la violence à caractère sexuel sont des comportements répréhensibles qui peuvent malheureusement se produire dans des institutions telles que l’Université Laval.

En vertu du Règlement pour prévenir et contrer le harcèlement à l’Université Laval, le harcèlement sexuel se définit comme suit:

Conduite vexatoire se manifestant soit par des comportements, des paroles, des actes ou des gestes répétés, à caractère sexuel, qui sont hostiles ou non désirés, laquelle porte atteinte à la dignité ou à l’intégrité psychologique ou physique d’un membre de l’Université ou d’un tiers et qui entraîne, pour celui-ci, un milieu de travail, d’étude ou de prestation de services néfaste. Une seule conduite grave peut aussi constituer du harcèlement, si elle porte une telle atteinte et produit un effet nocif continu pour la personne.

La violence à caractère sexuel se définit comme toute forme de violence, physique ou psychologique, perpétrée par le biais de pratiques sexuelles ou ciblant la sexualité. Cela comprend:

  • le harcèlement sexuel
  • l’agression sexuelle
  • les attouchements
  • les images sexuelles dégradantes
  • le voyeurisme
  • l’exhibitionnisme
  • le cyberharcèlement
  • l’exploitation sexuelle

Adaptée de: Direction générale de la condition féminine de l'Ontario. Changer les attitudes, changer les vies : Plan d'action de l'Ontario contre la violence à caractère sexuel. (2011). Repéré à http://www.women.gov.on.ca/owd/french/ending-violence/svap.shtml#TOC2.

Le harcèlement sexuel et la violence à caractère sexuel constituent un problème grave. Il touche principalement les femmes, bien que les hommes puissent aussi en être victimes. Le harcèlement sexuel et la violence à caractère sexuel ont des conséquences négatives chez les victimes:

  • santé psychologique et physique menacée
  • milieu de travail ou d’étude néfaste
  • risque sur les conditions de travail et d’étude
  • risque sur la continuité du travail et des études
  • répercussions possibles sur la vie sociale

Le harcèlement sexuel et la violence à caractère sexuel ne sont pas des relations interpersonnelles saines et consensuelles, mais bien des manifestations de pouvoir d’une personne sur une autre personne, et ce, malgré le refus de cette dernière. Les exemples suivants ne constituent pas du harcèlement sexuel ou de la violence à caractère sexuel:

  • flirt réciproque
  • invitation sans insistance en cas de refus
  • compliment sans allusion sexuelle
  • expression d’appréciation ponctuelle
  • relations amoureuses ou sexuelles entre personnes consentantes

L’enjeu principal lié au harcèlement sexuel et à la violence à caractère sexuel est le consentement. En effet, un geste à connotation sexuelle n’est pas nécessairement du harcèlement sexuel ou de la violence à caractère sexuel s’il y a consentement de la part de la personne à qui est destiné ce geste.

 

Consentement

Comment pouvez-vous reconnaître le consentement?

  • Le consentement doit être donné volontairement par la personne. Il ne doit jamais être obtenu au moyen de menace ou de contrainte.
  • Le consentement n'est jamais présumé ou implicite. Un silence ou l’absence de refus n’est pas un consentement.
  • Le consentement ne peut pas être donné si la personne est sous l’influence de drogues ou d’alcool, ou si elle est inconsciente.
  • Le consentement ne peut pas être obtenu si l’agresseur abuse d’une position de confiance, de pouvoir ou d’autorité.
  • Le consentement n'est plus valide si la personne manifeste, en cours de route, son désaccord à la poursuite des pratiques sexuelles par ses paroles ou son comportement.
 

Manifestations

Il peut se manifester de façon verbale ou non verbale. Voici quelques exemples: 

  • Regarder avec insistance, déshabiller des yeux, siffler, inviter une personne de manière répétée, lui donner des cadeaux, autres manifestations avec un intérêt sexuel non désiré
  • Questionner l’autre sur son intimité
  • Faire des remarques sexistes ou sexuelles
  • Faire des blagues à caractère sexuel
  • Faire des taquineries à caractère sexuel
  • Faire des remarques sur l’apparence physique
  • Faire des attouchements, des avances, des propositions sexuelles ou autre imposition d’une intimité sexuelle non désirée
  • Promettre des récompenses, menacer d'user de représailles ou de représailles liées à des avances ou à des demandes sexuelles
  • S’introduire dans la vie privée, téléphones ou messages obscènes, voyeurisme ou exhibitionnisme
  • Soumettre des textes à connotation sexuelle
  • Agresser sexuellement

Le lien d'autorité de la personne qui manifeste ces comportements est un facteur aggravant. Il faut toujours considérer la notion de consentement de la personne à qui sont destinés ses gestes et comportements pour évaluer si cette manifestation peut constituer du harcèlement sexuel ou de la violence à caractère sexuel.

 

Ressources

À l’Université Laval 

Pour toute situation urgente
Service de sécurité et de prévention
(24/7)
Pavillon Ernest-Lemieux
2325, rue de la Vie-Étudiante, local 1533
Université Laval, Québec (Québec) G1V 0B1
418 656-5555

Pour obtenir de l'aide, du soutien, un lieu d’écoute ou pour déposer une plainte
Centre de prévention et d’intervention en matière de harcèlement

Pavillon Alphonse-Desjardins
2325, rue de l'Université, local 3310
Université Laval, Québec (Québec) G1V 0A6
418 656-7632

Pour un soutien psychologique
Centre d’aide aux étudiants

Pavillon Maurice-Pollack
2305, rue de l'Université, local 2121
Université Laval, Québec (Québec) G1V 0A6
418 656-7987

Programme d’aide au personnel
Pavillon Alphonse-Marie-Parent
2255, rue de l'Université, local 1661
Université Laval, Québec (Québec) G1V 0A6
418 656-2131, poste 8008

 

À l’extérieur de l’Université Laval

Pour toute urgence ou si vous craignez pour votre sécurité
Composez le 911

Ligne d'écoute, d'information et de référence provinciale (24/7)
1 888 933-9007

Centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS)
Viol-Secours
(24/7)
3293, 1re Avenue
Québec (Québec) G1L 3R2
418 522-2120

Il existe des CALACS dans plusieurs régions.

Centres d'aide aux victimes d'actes criminels de Québec (CAVAC)
CAVAC de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches

1167, Chemin Ste-Foy
Québec (Québec) G1S 2M8
418 648-2190

Il existe des CAVAC dans plusieurs régions.

Centre désigné - trousse médicolégale et médicosociale (24/7)
Québec - Hôpital Saint-François d’Assise
10, rue de l'Espinay
Québec (Québec) G1L 3L5
418 525-4444

Nous recommandons aux femmes de contacter Viol-Secours avant de se présenter à l'Hôpital Saint-François d'Assise.

Il existe des centres désignés dans chaque région.

Harcèlement ou discrimination en lien avec le sexe
Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse

1 800 361-6477

www.ulaval.ca