Aller au contenu principal

La Forêt Montmorency, un puits carbone?

Groupe de personnes regardant l'horizon sur une montagne

23 septembre 2021- La professeure Évelyne Thiffault et l’auxiliaire de recherche Louis-Alexandre Giasson ont publié, cet été, un document explicatif sur le rôle de la Forêt Montmorency dans le maintien de la carboneutralité de l’Université Laval.

Quand on parle de carboneutralité, la Forêt Montmorency (FMM) apparaît non loin. Bien qu’elle soit d’abord et avant tout un lieu d’enseignement et de recherche scientifique, cette forêt joue un rôle important dans l’action climatique à l’Université Laval.

En effet, les pratiques d’aménagement durables mises en place dans le cadre des travaux scientifiques permettent de séquestrer un surplus de carbone qui réduit le bilan ULaval. Les auteurs expliquent que « les pratiques d’aménagement mises en place à la Forêt Montmorency ont notamment pour objectif de maximiser son potentiel de séquestration de carbone et de stockage dans les écosystèmes et les produits du bois de longue durée. »

« Le territoire de la Forêt Montmorency arrive ainsi à capter et à stocker des quantités de CO2 plus importantes que la moyenne des forêts semblables qui sont régies par le cours normal des affaires (pratiques courantes et réglementation en vigueur). Ce sont uniquement ces quantités de carbone supplémentaires, issues de pratiques spécifiques additionnelles par rapport au cours normal des affaires, qui sont comptabilisées par l’Université Laval pour quantifier le puits de carbone de la Forêt Montmorency, et qui lui permettent de compenser ses émissions de CO2. »

Une démarche scientifique et indépendante
« La démarche de l’Université Laval vise davantage à stimuler la recherche et l’innovation, et à faire avancer les connaissances scientifiques sur le fonctionnement des écosystèmes forestiers et la modélisation du cycle du carbone. Les travaux de quantification du puits de carbone de la Forêt Montmorency sont effectués par une équipe scientifique indépendante de l’administration de l’Université Laval, ce qui assure le respect d’un processus rigoureux. »

Une stratégie harmonisée
Les auteurs font état de l’harmonisation nécessaire entre le statut de puits carbone et la stratégie d’aménagement de la Forêt. En effet, les travaux sur la séquestration du carbone forestier côtoient ceux sur la production de bois et la protection de la biodiversité et aucun ne peut se réaliser aux dépens des autres. Un Comité scientifique et d’aménagement s’assure de la cohérence dans l’ensemble des travaux au sein de la forêt.

Vous êtes invité à consulter le document pour en savoir davantage sur le fonctionnement du puits carbone de la Forêt Montmorency, la méthodologie scientifique de quantification et les stratégies d’aménagement pratiquées.

Vous pouvez également visionner la conférence de la professeure Evelyne Thiffault, ing. f, Ph., sur « Le secteur forestier et la lutte aux changements climatiques : apprentissages de la Forêt Montmorency ».