Aller au contenu principal

Réduction des matières résiduelles

À la demande de la communauté universitaire, l'Université Laval suscite et accompagne le changement de culture et de comportements permettant d’atteindre à terme le zéro gaspillage et le zéro déchet, en respectant les principes d'économie circulaire.

Escouade équipe verte devant une station de tri

Changer nos comportements un déchet à la fois

L’Université Laval collabore avec la communauté universitaire afin de favoriser le développement de comportements écoresponsables. Ensemble, nous visons à insuffler et soutenir un changement de culture et de comportement afin de tendre vers le zéro déchet et le zéro gaspillage.

Pour en savoir plus ou nous faire part de vos suggestions, écrivez à info@developpementdurable.ulaval.ca.

Orientations

  • La réduction des matières résiduelles produites sur le campus
  • L'élaboration de stratégies de changement de comportement individuel et collectif pour réduire les matières résiduelles à la source
  • La mise en valeur de l'économie circulaire

Les matières résiduelles à l'Université

pictogramme déchets

873 000 kg de déchets valorisables et non-valorisables

Pictogramme papier et carton recyclé

354 400 kg de papiers et cartons recyclés

Pictogramme matières recyclables

102 300 kg de plastique, verre, métal, cartons de lait et de jus recyclés

Pictogramme matières compostables

120 000 kg de matières compostables

Une participation continue

L'an dernier, c’est près de 1 449 000 kg de matières résiduelles qui ont été produits sur le campus de l’Université, soit 34,6 kg par individus. Malgré une augmentation de la communauté au fil des années, les initiatives et la participation de chacun et chacune ont permis de diminuer la production de matières résiduelles d’environ 12% depuis 2013-2014.

L’Université Laval et sa communauté considèrent qu’il est important de réduire leur production de matières résiduelles afin de diminuer les différentes émissions de GES liées à la fabrication, l’utilisation et la destruction de ces dernières.

Qu'arrive-t-il après l'îlot de tri multimatière?

Afin de soutenir sa communauté dans leurs efforts de réduction et de bonne gestion, l'Université a choisi des processus durables pour les matières résiduelles en provenance de son campus.

  • Les déchets sont transportés à l’incinérateur de la ville de Québec. Une partie de la chaleur générée par l’incinération est convertie en vapeurs utilisées afin de faire de la revalorisation énergétique.
  • Les matières compostables telles les restes de nourriture, le papier essuie-main et les cartons non plastifiés sont acheminées au centre de traitement St-Henri de Lévis pour être transformées en composte.
  • Les matières recyclables sont expédiées au centre de tri de la Ville de Québec. Une fois triées, elles sont acheminées chez des receleurs qui les transforment en nouveaux objets. Par exemple, les bouteilles de plastique code 1 sont transformées en vêtements.

Trier, bien plus qu'une histoire de bac

Îlots de triage

Des îlots signés ULaval

Afin de réussir à réduire nos matières résiduelles, il faut avant tout bien les trier. Pour cela, l’Université a mis en place plus de 950 îlots de récupération multimatières permettant à toute personne de trier ses matières selon les meilleures pratiques.

Les pictogrammes de signalisation créés pour l’Université Laval depuis 1995 sont offerts à tous libres de droits et utilisés à plusieurs endroits au Québec.

Tout débute à la pesée

Sensibilisée à réduire sa production de matières résiduelles, l’Université a mis en place un système de pesées en 2009. Grâce aux suivis et à la comptabilisation des données, la communauté peut orienter la création d’outils et de stratégie visant à insuffler et soutenir un changement de culture et de comportement des individus sur le campus.

La pesée de la collecte des matières résiduelles du campus s’effectue lors de trois semaines représentatives, soit lors de la session d’automne, d’hiver et d’été. Les camions pour chaque catégorie de matières sont pesés à leur arrivée et à leur départ.

Camion de pesée matière résiduelle

L'enjeu de l'électronique

Consciente de la présence de nombreux appareils électroniques au sein de sa communauté, l’Université contribue à faciliter la récupération de ces objets par des collaborations.

Depuis sa mise sur pied, la collaboration avec l’entreprise Électrobacs a permis de récupérer plus de 30 700 petits appareils électroniques à travers 5 stations installées sur le campus depuis. Cela ne représente pas moins de 2600 kg de matières résiduelles.

L’Université est également heureuse de pouvoir collaborer avec l’organisme Atelier signes d’espoir pour la récupération de produits électroniques. Atelier signes d’espoir permet à des personnes souffrant d’un handicap, notamment de surdité, d’exercer un métier adapté à leur condition. Pas moins de 138 949 kg d’appareils en tout genre ont été acheminés à l’organisme jusqu’à présent.

Tout comme l’électronique, l’Université est soucieuse du tri des matières telles que la peinture, l’huile et les batteries. Chaque année, cela représente en moyenne 10 000 kg de matières qui sont récupérées et acheminées vers des centres spécialisés.

Employés de l'Entrepôt

L'Entrepôt UL

L’initiative L’entrepôt émane d’une collaboration entre le Service des immeubles, le Service des finances et la Direction des technologies de l’information en 2013. Cette plateforme web s’inscrit dans une démarche d’approvisionnement responsable et de gestion des biens excédentaires de l’Université. Ouverte à l’ensemble de la population de Québec, l’initiative permet d’acheter des biens usagés tels que des bureaux, des classeurs, des appareils électroniques et autres à faible coût.

Accéder à L'Entrepôt UL

Nettoyage des boisés

Depuis maintenant neuf ans, la communauté universitaire se regroupe au mois de mai de chaque année pour l’activité Nettoyage des boisés. Cette initiative permet à chacun et chacune de contribuer au nettoyage des terrains du campus. Lors de la dernière édition, 116 personnes se sont réunies et ont amassé près de 668 kg en matières résiduelles.

Groupe de bénévole à la collecte du boisé

Des outils à la rescousse

Plusieurs outils sont disponibles à la communauté, autant universitaire que de la ville de Québec, afin de mieux comprendre comment bien trier les matières résiduelles. 

Comité-Conseil

Un comité-conseil a été mis sur pieds afin de mettre à profit la collaboration interdisciplinaire et intersectorielle avec la communauté universitaire. Composé d’étudiantes, d’étudiants ainsi que de membres du personnel professionnel et enseignant, le comité est appelé à proposer des indicateurs de performance pertinents et des cibles justes et ambitieuses. Le comité-conseil participe activement à l’élaboration et au suivi du plan d’action de l’axe d’activité.

Membres du comité-conseil réduction des matières résiduelles

Guylaine Bernard
Responsable de l'axe réduction des matières résiduelles
Coordonnatrice d'opérations environnement et développement durable
Service des immeubles

Henri Assogba
Professeur agrégé et chercheur au CIRAM
Département d'information et de communication
Faculté des lettres et des sciences humaines

Valériane Champagne St-Arnaud
Professeure adjointe
Département de marketing
Faculté des sciences de l'administration

Joan Dugas
Cheffe de la gestion administrative et du développement
Direction adjointe et performance
Service des immeubles

Rosa Galvez
Professeure titulaire
Département de génie civil et de génie des eaux
Faculté des sciences et de génie

Audrey Guillemette-Lacasse
Étudiante au DESS en relations publiques
Département d'information et de communication
Faculté des lettres et des sciences humaines

Amal Hmaissia
Étudiante au doctorat
Département de génie chimique
Faculté des sciences et de génie

Céline Vaneeckhaute
Professeure adjointe
Département de génie chimique
Faculté des sciences et de génie

Stéphanie Vézina
Coordonnatrice d'opérations
Vice-rectorat aux affaires externes, internationales et à la santé