Aller au contenu principal

Lettres et sciences humaines

Étudier à FLSH ULaval, c’est choisir une formation de haut calibre, bien ancrée dans la réalité sociale d’aujourd’hui. FLSH ULaval se distingue par l’intérêt que portent les professeurs à l’étude des langues, de la culture, de l’histoire et des processus de communication.

Étudiants en lettres et sciences humaines

Les avantages

Formation pratique et stage

La Faculté a à cœur la réussite professionnelle de ses étudiants et accorde une place de choix à la formation pratique. Plusieurs cours proposent des applications réelles en classe et des travaux pratiques. La majorité de nos baccalauréats sont assortis de stages, qui peuvent s’effectuer au Québec et dans certains cas à l’étranger. Des entreprises étudiantes, telles que le cabinet de traduction Langulaire, les services de révision linguistique Complément Direct et l’agence Préambule communication, vous offrent la possibilité de cumuler de l’expérience durant vos études.

Services aux étudiants et environnements stimulants

En vous inscrivant à un programme de la Faculté des lettres et des sciences humaines, vous intégrez l’un des plus grands campus universitaires canadiens et nord-américains, tout en vous plongeant dans des domaines d’études qui vous passionnent. Vous aurez accès à des studios de cinéma, de théâtre, de radio et de télévision ainsi qu’à des salles de montage et de projection. Vous bénéficierez d’installations à la fine pointe de la technologie et, parmi celles-ci, les laboratoires d’archéologie, les laboratoires informatiques et les laboratoires de langues. Pour tous les programmes, l’environnement d’étude est propice au travail et à la recherche ; des espaces étudiants sont disponibles et vous aurez accès à la plus grande bibliothèque francophone universitaire d’Amérique, ouverte tous les jours.

Recherche

La recherche à la Faculté contribue à renouveler la compréhension, à l’échelle nationale et internationale, des grands enjeux sociaux, culturels, linguistiques, artistiques ou historiques inhérents aux sociétés contemporaines. Elle s’effectue souvent en groupes (centres, laboratoires et instituts) dans lesquels les étudiants sont intégrés et initiés aux méthodologies scientifiques.

Diplomation et reconnaissance des diplômes en France et au Québec

À FLSH ULaval vous acquerrez des connaissances et développerez les compétences et les savoir-faire qui vous distingueront sur le marché de l’emploi et qui feront de vous des candidats recherchés par les employeurs. Les diplômes délivrés par l’Université Laval sont reconnus sur les marchés canadiens et internationaux, et de nombreux étudiants circulent entre la France et le Québec, grâce à la reconnaissance croisée des diplômes. Dès le début de vos études, vous pourrez rencontrer les conseillères en emploi spécialisées en lettres et sciences humaines pour vous accompagner dans le développement de votre projet professionnel.

Bourses et soutien financier facultaires

Tous les étudiants de FLSH ULaval sont admissibles aux programmes de bourses facultaires. De même, tous les étudiants des cycles supérieurs (maîtrise et doctorat) bénéficient des bourses facultaires en appui à la réussite, versées régulièrement au fil de la progression de leur programme. De nombreux projets de recherche subventionnés, dirigés par les professeurs, offrent des contrats de recherche aux étudiants. Dans certains cas, il est également possible d’être engagé comme auxiliaire d’enseignement (expérience de correction et d’enseignement). Les possibilités de financement sont nombreuses!

En savoir plus

Journées d'admission ULaval

FLSH ULaval sera en France pour les journées d'admission. Durant ces journées conçues spécialement pour vous,
vous pourrez déposer une demande d'admission et bénéficier d'un traitement accéléré de votre dossier.

Témoignages

Je suis arrivée à Québec en tant que doctorante en études littéraires, pour une thèse que j’effectuais en cotutelle. Je devais passer un an à l’université Laval, et j’y suis allée sans bien savoir à quoi ressemblait le système universitaire canadien. J’ai été surprise, dès les premiers jours, par la facilité des démarches à effectuer, la variété des séminaires proposés, la richesse du fonds de la bibliothèque (augmentée par les échanges avec les universités des États-Unis). Les séminaires ont été l’occasion de découvrir une nouvelle manière d’avoir cours, plus ouverte, plus axée sur l’échange qu’en France, permettant la discussion libre avec les étudiants et les professeurs.

Plus largement, la notion d’un campus à la fois lieu d’études et de vie a été ma grande découverte durant cette année ; et l’accompagnement des étudiants étrangers par l’Université Laval dans la découverte de la culture québécoise a été un motif supplémentaire d’enrichissement. Le sentiment d’isolement que l’on peut craindre en doctorat ou dans le cadre d’un séjour à l’étranger n’a jamais été un risque ; au contraire, la dynamique de cette année a accéléré et enrichi mon travail de recherches. 

Laure Demougin, octobre 2018

C’est à l’automne 2015, près de cinq ans après mon arrivée au Québec, que j’ai entrepris un doctorat en études littéraires à l’Université Laval. Titulaire d’une maîtrise et d’un DESS (aujourd’hui appelé « Master 2 ») en lettres modernes décrochés vingt ans plus tôt à l’Université de Paris IV-Sorbonne, je rêvais depuis un certain temps déjà de replonger, tête la première, dans l’univers des livres et des figures de style.

C’est à cet univers que je devais, somme toute, mes nombreuses années de métier en rédaction, journalisme et création publicitaire. Comme je venais d’entamer une carrière d’écrivain et que j’avais publié une nouvelle aux Éditions de la Table Ronde (groupe Gallimard) ainsi que deux ouvrages de fiction chez Lévesque éditeur, reprendre le chemin des études m’a semblé une parfaite suite logique en même temps qu’un véritable retour aux sources.

À l’Université Laval, on s’est montré particulièrement sensible à mon projet de recherche-création doctorale — lequel a trait au bouleversement de l'esthétique et de l'éthique narrative du roman noir contemporain. Je trouve très stimulant de participer à l’avancement des connaissances au sein d’un département réputé, dans tout le Québec, pour l'avant-garde de son programme en création littéraire. La Faculté des études supérieures et postdoctorales (FESP) de l'Université investit par ailleurs beaucoup de temps et d'énergie dans la mise en place de mesures de soutien à la réussite. De quoi se sentir plus qu’encouragé et, en ce qui me concerne, serein quant à la possibilité de boucler, dans les meilleures conditions, mon doctorat d’ici à l’été 2019.