Aller au contenu principal

Chaire de recherche Nasivvik en approches écosystémiques de la santé nordique

Chaires de recherche en partenariat

Domaine(s):

  • Recherche sur le Nord
  • Sciences de la santé et de l’alimentation
Mélanie Lemire

Mélanie Lemire

Professeure adjointe

Faculté de médecine

Mélanie Lemire est professeure adjointe au Département de médecine sociale et préventive. Elle fait partie des cochercheurs du Centre Nasivvik pour la santé des Inuits et les changements environnementaux. Elle est également cochercheuse au sein de la communauté de pratique canadienne en approches écosystémiques de la santé (CoPEH-Canada).

Elle a remporté la prestigieuse bourse postdoctorale Banting-IRSC pour son postdoctorat en épidémiologie environnementale à l’Université Laval. Elle est titulaire d’un doctorat en sciences de l’environnement de l’UQAM, pour lequel elle a reçu la Médaille académique du Gouverneur général et le prix Early Exceptional Career in Ecohealth.

Expertises de la titulaire

Approches écosystémiques en santé
Santé des populations nordiques
Santé environnementale
Santé publique
Recherche collaborative avec des populations autochtones

Objectifs

Avancement des connaissances

  • Contribuer aux efforts de biosurveillance des contaminants environnementaux
  • Étudier les effets des contaminants sur la santé humaine ainsi que les effets des interactions contaminants/nutriments dans les aliments et sur la santé
  • Étudier la prévalence et l’incidence des zoonoses et d’autres agents infectieux, ainsi que leurs déterminants écologiques et sociaux
  • Étudier les effets du développement sur la qualité chimique et microbiologique de l’eau potable et des aliments locaux
  • Étudier l’impact des changements climatiques et écosystémiques sur les systèmes alimentaires

Mobilisation des connaissances vers l’action

  • Intégrer, transmettre et discuter les résultats de recherche avec les cochercheurs, les preneurs de décisions et les communautés
  • Développer et évaluer des projets, en particulier avec les jeunes, et en collaboration avec les partenaires régionaux
  • Renforcer les capacités en recherche et des praticiens travaillant en santé, services sociaux, environnement et en éducation
  • Participer aux conseils et aux comités d’experts nationaux et internationaux en santé autochtone et sur les contaminants environnementaux.

Les écosystèmes nordiques se transforment rapidement, et les autochtones, qui cultivent un lien étroit avec leur environnement, sont vulnérables à ces changements.

Les recherches de l’Université Laval en Arctique ont joué un rôle décisif, menant à la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (POP) et à celle de Minamata sur le mercure. Alors que les POP sont en déclin, le mercure demeure d’actualité dans le Nord. Chaque année, plusieurs nouvelles substances chimiques aux effets méconnus sont retrouvées aux pôles. L’exploitation des ressources naturelles et les changements climatiques exercent également des pressions grandissantes sur les milieux nordiques et affectent la santé de leurs habitants.

La Chaire de recherche Nasivvik en approches écosystémiques de la santé nordique vise donc à comprendre comment ces éléments et leur interrelation affectent la santé des populations autochtones du Nord.

Mission

Développer des projets de recherche et d’intervention interdisciplinaires, en étroit partenariat avec les peuples autochtones, pour:

  • innover en recherche
  • comprendre les effets complexes des changements environnementaux sur la santé
  • agir en prévention
  • promouvoir les écosystèmes nordiques avant tout comme des milieux de vie pour soutenir la santé et le bien-être

Retombées

Cette chaire de recherche appuie les travaux effectués à l’Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé du Centre de recherche du CHU de Québec afin d’accélérer la formation de personnel hautement qualifié, le recrutement de nouveaux chercheurs et la mobilisation des connaissances.

Ces travaux, réalisés en partenariat avec les peuples autochtones, permettront de comprendre les effets complexes des changements environnementaux sur la santé dans le but d’accroître la conservation des écosystèmes nordiques et d’agir en prévention pour la santé et le bien-être de ses habitants. De plus, cette chaire permettra d’augmenter le nombre d’étudiants et de chercheurs dans les domaines de la santé environnementale et de la santé autochtone.

Chaire de recherche Nasivvik en approches écosystémiques de la santé nordique

Hôpital du Saint-Sacrement
1050, chemin Sainte-Foy, bureau JS1-15
Québec (Québec) G1S 4L8

418 525-4444, poste 81967