Aller au contenu principal

Des nanoparticules photosensibles pour retirer les polluants de l’eau et des sols

Québec, le 21 juillet 2015 – Des nanoparticules 2 500 fois plus petites qu'un cheveu retirent efficacement plus de 22 types de polluants de l'eau et des sols, révèle une étude publiée aujourd'hui dans Nature Communications par Nicolas Bertrand, chercheur au CHU de Québec-Université Laval et à la Faculté de pharmacie de l'Université Laval.

Cette technique novatrice ouvre la porte à de nombreuses applications industrielles, dont la décontamination des sols et la réhabilitation de l'environnement à la suite de déversements chimiques. Cette découverte découle des travaux du chercheur comme postdoctorant au prestigieux David H Koch Institute for Integrative Cancer Research au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Nicolas Bertrand et ses collègues ont mis au point des nanoparticules d'un diamètre de 45 à 120 nm capables d'adsorber des polluants organiques en flottant librement dans l'eau. Fabriquées à partir de polymères biodégradables sensibles à la lumière, les particules précipitent rapidement lorsqu'exposées au rayonnement ultra-violet. Les molécules polluantes, piégées dans les agrégats, peuvent donc être facilement séparées. «Les nanotechnologies peuvent offrir des solutions rapides et efficaces pour décontaminer l'eau et les sols, et ainsi potentiellement réduire l'impact de l'activité humaine sur l'environnement», souligne Nicolas Bertrand, du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval.

Cette approche prometteuse est en mesure de retirer des polluants comme des perturbateurs endocriniens, des produits pharmaceutiques et même des pesticides. L'étude publiée rapporte par ailleurs la faisabilité de l'approche par le biais de trois projets pilotes sur des échantillons d'eau, de papier recyclé et de sol. «L'implantation de cette technique dans l'industrie serait avantageuse, car nous utilisons déjà l'irradiation ultra-violette dans les usines d'épuration», a ajouté Nicolas Bertrand.

À propos de l'Université Laval
Située à Québec, ville du patrimoine mondial, l'Université Laval est la première université francophone d'Amérique du Nord. Elle fait partie du peloton de tête des 50 plus importantes universités de recherche au Canada, se classant au 8e rang avec des fonds de plus de 300 millions de dollars alloués à la recherche l'an dernier. L'Université Laval compte plus de 3 200 professeurs, chargés de cours et autres membres du personnel enseignant qui partagent leur savoir avec quelque 48 000 étudiants dont plus de 13 000 sont inscrits aux cycles supérieurs.

À propos du CHU de Québec-Université Laval
Regroupant le CHUL, L'Hôtel-Dieu de Québec, l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, l'Hôpital du Saint-Sacrement et l'Hôpital Saint-François d'Assise, le CHU de Québec-Université Laval est le plus important établissement de santé du Québec et l'un des plus grands centres hospitaliers universitaires au Canada. Dispensant des soins généraux et spécialisés, mais surtout surspécialisés, le CHU de Québec-Université Laval dessert la population de tout l'est du Québec, soit un bassin de près de deux millions de personnes. Étroitement lié à l'Université Laval et orienté vers l'avenir, il détient également une mission d'enseignement, de recherche dans de nombreux domaines d'excellence et d'évaluation des technologies et des modes d'intervention en santé. Le CHU de Québec-Université Laval compte plus de 14 000 employés, 1 600 médecins, dentistes et pharmaciens, 329 chercheurs réguliers et associés, de même que 208 chercheurs affiliés et 680 bénévoles. www.chudequebec.ca

Sources:        
Samuel Auger
Relations médias
Direction des communications
Université Laval
418 656-3952
samuel.auger@dc.ulaval.ca

Geneviève Dupuis
Direction des communications et du rayonnement
CHU de Québec-Université Laval
418 525-4387
genevieve.dupuis.cha@ssss.gouv.qc.ca