Aller au contenu principal

Deux chercheurs de l’Université Laval parmi les scientifiques les plus influents de la planète

Québec, le 17 décembre 2015 – Deux chercheurs de la Faculté des sciences et de génie de l'Université Laval figurent sur la liste World's Most Influential Scientific Minds dressée par la société d'information stratégique Thomson Reuters. Il s'agit de Mario Leclerc, du Département de chimie, et de Sylvain Moineau, du Département de biochimie, microbiologie et bio-informatique. C'est une deuxième présence consécutive pour les deux chercheurs au sein de ce prestigieux palmarès annuel qui réunit les scientifiques dont les travaux sont les plus fréquemment cités par leurs collègues du monde entier.

Le microbiologiste Sylvain Moineau est reconnu internationalement comme l'un des plus éminents spécialistes des bactériophages, des virus qui s'attaquent spécifiquement aux bactéries. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les bactériophages et curateur de la plus grande collection publique de bactériophages au monde. Ses travaux sur les interactions entre bactériophages et bactéries ont joué un rôle fondamental dans la découverte et la compréhension du système CRISPR-Cas, un mécanisme de défense immunitaire bactérien. La technologie CRISPR-Cas est maintenant utilisée comme outil d'édition de génomes et a complètement révolutionné le domaine des sciences de la vie au cours des dernières années.

Le professeur Mario Leclerc est un chef de file international de la recherche en sciences des matériaux polymères. Il s'intéresse tout particulièrement aux polymères photoactifs et électroactifs et est titulaire d'une Chaire de recherche du Canada dans ce domaine. Il a mis au point une méthode de diagnostic médical révolutionnaire qui détecte l'ADN caractéristique d'une infection ou d'une maladie donnée à partir de polymères distinctifs. Le professeur Leclerc et son équipe ont également développé de nouveaux types de piles solaires plastiques à base de polymères qui continuent, année après année, d'établir de nouveaux standards de performance. Il travaille présentement à l'élaboration d'une méthode de synthèse de polymères moins coûteuse et plus écologique.

Le palmarès établi par Thomson Reuters repose sur les citations récoltées par les chercheurs pour des articles scientifiques publiés entre 2003 et 2013 et répertoriés dans le Web of Science, une base de données qui rassemble la très grande majorité de toutes les publications scientifiques mondiales. Le score de chaque chercheur est établi à partir du nombre d'articles à son crédit qui figurent dans le top 1% des articles ayant récolté le plus de citations une année donnée.

Source:
Jean-François Huppé
Relations médias
Université Laval
418 656-7785
Jean-Francois.Huppe@dc.ulaval.ca