Aller au contenu principal

Le brise-glace NGCC Amundsen, fer de lance d’ArcticNet de l’Université Laval, reçoit 7,6 M$ du gouvernement du Canada

Québec, le 23 janvier 2015 - Phare de la recherche nordique à l'Université Laval et au Canada, le brise-glace de recherche NGCC Amundsen de la Garde côtière canadienne accentuera ses missions de recherche scientifique de haut niveau grâce à une nouvelle subvention de 7,6 millions de dollars de la Fondation canadienne pour l'innovation.

Ce financement, annoncé ce matin par le ministre d'État Ed Holder (Sciences et Technologie)  lors de son passage à Québec, maximisera les opérations scientifiques de l'Amundsen pour les trois prochaines années.

L'Université Laval se réjouit de cette annonce confirmant une fois de plus le rôle incontournable joué par le réseau de centres d'excellence ArcticNet dans la recherche nordique internationale. Le brise-glace se veut la principale plate-forme de recherche d'ArcticNet. Le Regroupement stratégique Québec-Océan, basé à l'Université Laval, supervise le déploiement des équipements scientifiques de l'Amundsen.  

«Plus de 30% de l'enveloppe distribuée aujourd'hui a été octroyée au navire scientifique Amundsen.  C'est une somme exceptionnelle qui dépasse les 7,6 millions de dollars, et qui assurera la poursuite des travaux et des recherches menées grâce à l'Amundsen depuis sa création, en 2002», a souligné le recteur de l'Université Laval, Denis Brière.

En vertu de ce financement, ArcticNet et ses partenaires seront en mesure d'appuyer encore davantage les grandes missions scientifiques à bord. « L'Amundsen est une véritable carte d'invitation à venir travailler dans l'Arctique canadien. Ce financement favorisera de nouvelles collaborations internationales de haut calibre», a déclaré Louis Fortier, leader scientifique du brise-glace, directeur scientifique d'ArcticNet et professeur au Département de biologie de l'Université Laval.

La subvention servira notamment à optimiser l'entretien et la mise à niveau des 63 systèmes et équipements scientifiques du navire. Le rendement scientifique des expéditions sera accru, un avantage indéniable lors de missions lointaines en Arctique. L'Amundsen pourra désormais parcourir les glaces pendant près de 150 jours par année, frôlant ainsi un taux d'utilisation de 100% pour le secteur académique.

Le NGCC Amundsen a joué depuis plus d'une décennie un rôle majeur dans la redynamisation des sciences de l'Arctique au Canada. Véritable infrastructure nationale, le brise-glace canadien contribue sans cesse à une meilleure compréhension des changements climatiques et de leurs impacts dans l'Arctique.

L'Université Laval est un chef de file international en matière de recherche sur l'Arctique. En plus du réseau ArcticNet et de Québec-Océan, le campus accueille le Centre d'études nordiques depuis plus d'un demi-siècle, héberge la Chaire d'excellence en recherche du Canada sur la télédétection de la nouvelle frontière arctique du Canada ainsi que l'Unité mixte internationale Takuvik du CNRS français.

Source:
Samuel Auger
Relations médias
Direction des communications
Université Laval
418 656-3952
samuel.auger@dc.ulaval.ca 

Katie Blasco
Agente de communications
ArcticNet
418 656-3717
katie.blasco@arcticnet.ulaval.ca