Aller au contenu principal

Une nouvelle chaire de recherche pour la durabilité des productions porcine et avicole

Québec, le 1er décembre 2017 – L'Université Laval lance une nouvelle chaire de recherche afin d'élaborer de stratégies innovantes d'alimentation et de nutrition pour accroître la durabilité des productions porcine et avicole, notamment en réduisant les coûts d'alimentation et les rejets de nutriments coûteux et nocifs pour l'environnement que sont l'azote et le phosphore.

En trouvant des solutions qui répondent aux défis de durabilité, de productivité et de compétitivité des productions monogastriques, la Chaire de recherche sur les stratégies alternatives d'alimentation des porcs et des volailles: approche systémique pour un développement durable contribuera à assurer la pérennité des productions porcine et avicole en donnant à leurs filières respectives des outils pour bien réagir aux changements constants auxquels elles doivent faire face.

«Nos travaux permettront de déterminer des ingrédients de rechange et les voies favorisant leur utilisation de façon efficace afin d'optimiser les performances de croissance des animaux et d'abaisser le coût d'alimentation, qui représente plus de 60% du coût total de production», a souligné la professeure au Département des sciences animales et titulaire de la Chaire, Marie-Pierre Létourneau-Montminy.

«Composée principalement de maïs et de tourteau de soya, deux matières premières utilisées pour l'alimentation humaine, l'alimentation des porcs et des volailles est sujette à des hausses de prix en fonction de la demande. D'autres solutions existent, mais elles doivent être mieux caractérisées et les conditions pour les utiliser doivent être davantage définies», a précisé la professeure Létourneau-Montminy, qui est l'une des rares professeures en nutrition du porc et de la volaille ayant des compétences en modélisation et en méta-analyse, des outils incontournables en recherche.

De plus, les travaux de la Chaire et autres travaux connexes de la titulaire permettront de réduire les répercussions environnementales, notamment en diminuant le risque d'algues bleu-vert dont l'écume peut devenir nuisible à la santé et également en réduisant la résistance aux antibiotiques par l'amélioration de la santé digestive des animaux.

La nouvelle Chaire contribuera également à former une relève compétente par l'enseignement et l'encadrement d'étudiants aux trois cycles dans le domaine de l'alimentation et de la nutrition porcines et avicoles, disciplines clés pour assurer la durabilité de ces secteurs. «Nouvellement en place, la Chaire favorise déjà l'augmentation du nombre d'étudiants et de chercheurs dans le domaine des productions porcine et avicole, tout en rendant possible la formation de professionnels hautement qualifiés», s'est réjoui le doyen de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, Jean-Claude Dufour.

La mise sur pied de la Chaire est rendue possible grâce à l'appui de plusieurs partenaires du milieu: le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, les Éleveurs de porcs du Québec, les Éleveurs de volailles du Québec, le Centre de recherche en sciences animales de Deschambault et le Centre de développement du porc du Québec (CDPQ). «Nous sommes fiers de pouvoir contribuer de façon significative à l'avancement des connaissances dans le domaine de la durabilité des productions porcine et avicole tout en diminuant l'empreinte écologique», ont mentionné les partenaires.

L'ensemble du secteur des productions porcine et avicole profitera directement des résultats des recherches réalisées pendant les cinq prochaines années. Les résultats seront rapidement accessibles aux intervenants du secteur par l'intermédiaire d'une plateforme Web, sous la responsabilité du CDPQ, qui diffusera les résultats de la Chaire et ses retombées.

À l'appui des partenaires s'ajoutent des collaborations avec des chercheurs provenant de l'Université Laval, d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, de l'Université de Montréal, de l'Université de l'Alberta et de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA), ainsi qu'un projet de recherche financé par le Programme de recherche et développement coopérative du CRSNG en partenariat avec des partenaires privés (Aliments Breton, Trouw Nutrition, MiXscience et Prorec).

«Cette chaire de recherche, grâce à son programme innovant et interdisciplinaire piloté par la professeure Marie-Pierre Létourneau-Montminy, a su fédérer les acteurs de deux grandes productions animales, en plus de permettre la création d'un effet de levier optimal. Je remercie tous les partenaires et les collaborateurs pour leur implication et je souhaite longue vie à la Chaire», a conclu la vice-rectrice à la recherche, à la création et à l'innovation de l'Université Laval, Eugénie Brouillet.

Source:
Andrée-Anne Stewart
Relations médias
Direction des communications
Université Laval
418 656-3952
Cell.: 418 254-3141
andree-anne.stewart@dc.ulaval.ca