Aller au contenu principal

L’Université Laval met son expertise en gestion des risques liés aux inondations au service des municipalités et de la population

Québec, le 11 juin 2019 – Grâce à un appui majeur de 4,6 M$ du ministère de la Sécurité publique, l'Université Laval met sur pied quatre projets de recherche de pointe dans le domaine de la gestion des risques liés aux inondations. Ces projets pilotés par le professeur au Département de génie civil et de génie des eaux, Brian Morse, visent à mieux cibler les risques, à mieux les comprendre et à mieux outiller les municipalités vulnérables, afin de les aider à assurer la sécurité de la population et à prévenir les dommages liés aux inondations.

Au Québec, des cours d'eau majestueux offrent des ressources inestimables telles que de la nourriture, de l'eau à boire, une source d'électricité renouvelable, des voies navigables pour le transport de marchandises et, surtout, un lieu pour vivre en symbiose avec la nature. Toutefois, habiter sur le bord d'une rivière ou du fleuve Saint-Laurent comporte certains risques et, malheureusement, les constats indiquent trop souvent que les aménagements riverains ne répondent pas efficacement aux besoins des résidences en bordure des rives.

Actuellement, la population vit des inondations historiques. «Certains éléments scientifiques nous font penser que les débits extrêmes augmentent et que les inondations hivernales par embâcles sont en croissance dans certaines régions. En parallèle, notre exposition dans les zones touchées s'accroît, à cause de l'urbanisation et des infrastructures de protection vieillissantes. Le résultat est que le risque lié aux inondations subit une croissance importante, explique le professeur Morse. Cette réalité nous oblige à réfléchir collectivement, à travailler main dans la main avec la population, les municipalités et les experts, et à structurer le plan directeur en matière de prévention et de sécurité civile».

Quatre projets de recherche menés par quatre professeurs: Brian Morse, Daniel Nadeau, François Anctil et Thierry Badard

Le premier projet de recherche consiste à mieux comprendre le comportement des rivières en hiver, notamment en analysant la dynamique des glaces et en mesurant les risques liés aux inondations. «Nous étudierons les interventions de bris de couvert de glace, de même que les autres méthodes utilisées pour diminuer la quantité de glace sur les rivières, pour s'assurer qu'elles sont bien encadrées et optimisées au besoin. De plus, nous mettrons au point des systèmes d'alerte précoce pour la diminution des dommages liés aux inondations par des embâcles, permettant ainsi aux municipalités de mettre en œuvre leurs plans d'urgence plus rapidement», explique le professeur du Département de génie civil et de génie des eaux, Daniel Nadeau.

Le deuxième projet consiste à analyser les risques liés aux inondations dans certaines municipalités vulnérables au Québec. En analysant les problématiques propres à leur secteur, l'équipe de recherche recommandera différentes mesures durables pour réduire les risques de dommages, soutiendra le gouvernement dans la mise en œuvre de son programme de prévention et sensibilisera les municipalités et la population aux bonnes pratiques. «Nous installerons également de nouveaux laboratoires à ciel ouvert et des sites d'expérimentation, pour que nos étudiants et étudiantes puissent mettre en pratique les notions acquises et collecter des données sur le terrain», précise le professeur Morse.

Sous la responsabilité du professeur au Département de génie civil et de génie des eaux, François Anctil, le troisième projet vise à mettre au point des méthodes et des outils ainsi qu'à monter des bases de données pour soutenir la démarche de production d'un portrait des dommages, de la vulnérabilité et du risque liés aux inondations.

Le quatrième projet, qui utilise les sciences géomatiques, sera piloté par le professeur Thierry Badard de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. Ce projet repose sur l'utilisation des plus récentes innovations et le développement de méthodes géospatiales pour dresser un portrait de l'exposition des bâtiments et des populations.

«Tous ces projets de recherche permettront d'offrir une formation de haut niveau pour assurer une relève innovante dans le domaine du génie civil, du génie des eaux et de la géomatique. Nous pourrons ainsi recruter les meilleurs candidats, embaucher des professeurs chevronnés, offrir plus de stages à nos étudiants et étudiantes, et les former pour qu'ils soient aptes à proposer des solutions aux défis des inondations et à répondre aux besoins croissants dans le domaine», a souligné la rectrice Sophie D'Amours.

L'Université Laval remercie le ministère de la Sécurité publique pour son soutien, lui réitère sa collaboration et salue le leadership et la vision de la ministre, qui reflètent l'importance accordée à la sécurité de la population québécoise.

Source : 
Andrée-Anne Stewart
Responsable des relations avec les médias
Direction des communications
Université Laval
418 656-3952
C. : 418 254-3141
andree-anne.stewart@dc.ulaval.ca