Aller au contenu principal

54,8 M$ versés à l’Université Laval pour la poursuite du mandat scientifique du NGCC Amundsen

Québec, le 19 août 2022 - L’Université Laval reçoit du gouvernement du Canada un soutien majeur de 54 849 938 $ afin de poursuivre la gestion et le développement du volet scientifique du NGCC Amundsen, célèbre brise-glace de recherche basé à Québec. Cette aide financière assure le maintien de la force de recherche de la communauté scientifique canadienne et internationale dans les mers de l’Arctique canadien. 
 
L’argent provient du Fonds des initiatives scientifiques majeures de la Fondation canadienne pour l'innovation. Ce fonds est conçu pour répondre aux besoins permanents d'exploitation et de maintenance des installations de recherche d'importance nationale. 
 
Le ministre de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, l’honorable François-Philippe Champagne, a fait l’annonce vendredi à Sudbury du versement de plus de 628 millions de dollars pour soutenir 19 projets d'infrastructure de recherche dans 14 établissements au pays, dont l’Université Laval. 
 
La présidente-directrice générale de la Fondation, Roseann O'Reilly Runte, explique la portée du mandat crucial du NGCC Amundsen
 
« La Fondation canadienne pour l'innovation est fière de contribuer aux nombreux succès scientifiques de l’Amundsen qui offrent des possibilités d'apprentissage concrètes à la prochaine génération de chercheurs et chercheuses tout en améliorant la somme de nos connaissances notamment sur les écosystèmes marins de l'Arctique et sur la santé des Inuits canadiens. De ces travaux découlent des retombées profondes et durables sur les politiques canadiennes dans le Nord. » 
  
La rectrice de l’Université Laval accueille avec joie cette annonce et souligne l’impact positif de cet appui financier pour l’ensemble de la communauté scientifique canadienne et ses partenaires internationaux. 
 
« C’est une reconnaissance très appréciée de l’importance des recherches menées à bord de l’Amundsen. Elle encourage les efforts des chercheuses et chercheurs pour comprendre l’évolution de l’océan Arctique et en anticiper les changements. Ainsi, les dirigeantes et dirigeants de chaque pays prendront des décisions plus éclairées pour protéger adéquatement cet environnement dont la bonne santé est essentielle à l’équilibre planétaire. »  
 
Le NGCC Amundsen sillonne les mers de l’Arctique canadien depuis 2003. Il permet l’étude des écosystèmes marins et des répercussions des changements climatiques. Chaque année, le brise-glace accueille des centaines de membres de la communauté scientifique qui participent à des programmes novateurs et multidisciplinaires. Ensemble, ces personnes se penchent sur certains des défis les plus pressants de notre époque. 
 
« Nous remercions le gouvernement fédéral et la Fondation canadienne pour l’innovation de nous permettre de poursuivre notre mission, se réjouit le directeur scientifique du consortium universitaire Amundsen Science, Marcel Babin. Depuis deux décennies, 125 équipes de 25 pays sont montées à bord de l’Amundsen. Elles ont déployé plus de 45 programmes scientifiques majeurs permettant à plus de 800 étudiantes et étudiants d’y mener leurs études. Grâce à leur engagement, nous comprenons maintenant mieux l’évolution de notre écosystème nordique. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire », ajoute-t-il. 
 
L’argent servira jusqu’en 2029 au soutien des opérations scientifiques du NGCC Amundsen et au soutien technique de la communauté de recherche, à la préparation de l'équipement sur le terrain et à la gestion des expéditions.  
 
« Cette subvention permet à Amundsen Science de poursuivre et d’augmenter sa mission de soutien à la recherche polaire menée par les chercheurs canadiens et internationaux, en coordonnant les expéditions scientifiques du NGCC Amundsen avec la Garde côtière, et en déployant un vaste parc de grands équipements scientifiques hautement spécialisés », mentionne Alexandre Forest, directeur exécutif d’Amundsen Science.  
 
« Ces investissements majeurs annoncés aujourd’hui permettent de maintenir la communauté canadienne de recherche dans l’Arctique dans une position de leader. L'innovation, les études multidisciplinaires et des objectifs de recherche codéveloppés avec les populations du Nord continueront d'être le moteur de la mission de l'infrastructure, notamment par la formation de la prochaine génération de chercheuses et chercheurs », applaudit Audrey Limoges, professeure associée à l’Université du Nouveau-Brunswick et usagère du brise-glace de recherche.  
 
Le NGCC Amundsen larguera les amarres du Port de Québec pour une mission scientifique de six semaines dans les eaux de la mer du Labrador et de la baie de Baffin. C’est sa première sortie en 2022 après avoir été en cale sèche pendant neuf mois, ce qui a permis une mise à jour complète de son système de navigation et de ses équipements. 
 

À propos de l’Université Laval

Facebook | Twitter | LinkedIn

Source : 
Équipe des affaires publiques 
Université Laval 
418 656-3355
medias@ulaval.ca

Fil Twitter
Salle de presse YouTube