Aller au contenu principal

Une délégation diplomatique américaine rencontre les leaders de la recherche nordique de l’Université Laval

Québec, le 8 mars 2022 – Le haut diplomate américain James P. DeHart, accompagné de la Consule générale des États-Unis à Québec, Mélanie Zimmerman, était de passage à Québec ce mardi pour participer à une rencontre avec plusieurs leaders en recherche nordique de l’Université Laval.

Cette rencontre était l’occasion d’explorer les différentes possibilités de collaboration entre le Canada et les États-Unis lorsqu’il est question de recherche scientifique dans l’Arctique. Les effets des changements climatiques rapides sur les écosystèmes et la biodiversité, la dégradation de la banquise et du pergélisol, de même que la recherche de solutions pour favoriser la santé et le bien-être des Premiers Peuples qui vivent dans le Nord ont fait partie des enjeux discutés. 

Véritable pôle d’expertise en recherche nordique concertée, l’Université Laval a présenté son large écosystème de recherche, qui s’appuie sur de nombreuses collaborations avec d’autres équipes et établissements de recherche québécois, canadiens et internationaux, de même qu’avec les populations nordiques.

Cet écosystème rallie des centaines de personnes qui travaillent de façon interdisciplinaire au sein d’entités de recherche basées à l’Université Laval, comme l’Institut nordique du Québec, Sentinelle Nord, le Centre d’études nordiques, Takuvik, Québec-Océan, Amundsen Science, le Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones et ArcticNet.
 
Citations :

« Toujours un plaisir de venir discuter avec l’Université Laval et ses spécialistes de l’Arctique. La collaboration scientifique entre nos deux pays témoigne de notre vision commune pour le développement harmonieux et durable de cette région. »
- Mélanie Zimmerman, Consule générale des États-Unis à Québec

« Je suis enchantée que M. DeHart ait choisi de s’arrêter à l’Université Laval pour prendre le pouls de nos forces uniques en recherche nordique concertée. La science n’a pas de frontières et c’est avec enthousiasme que nous ouvrons la porte au développement de collaborations plus soutenues avec les États-Unis, notre grand voisin avec qui nous partageons plusieurs enjeux communs en Arctique. »
- Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval

Source
Équipe des affaires publiques  
Université Laval 
418 656-3355 
medias@ulaval.ca