Salle de presse

 
 
 

Une chaire pour analyser la relation entre Inuit et non-Inuit et ses transformations

5 décembre 2017

Québec, le 5 décembre 2017 – L’Université Laval lance une nouvelle chaire de recherche afin d’analyser la relation entre Inuit et non-Inuit, et les transformations de celle-ci au cours des dernières décennies et des années à venir. Financée par Sentinelle Nord, la Chaire de recherche sur les sociétés inuit renforcera l’excellence de l’Université Laval en recherche nordique en lui permettant de jouer un rôle central dans le processus de réconciliation avec les Inuit et le développement de relations sociales harmonieuses.

Depuis la parution du rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, la question de la réconciliation avec les peuples autochtones est devenue une priorité dans les plans d’action gouvernementaux et institutionnels. C’est dans ce contexte que la Chaire analysera la nature de la relation entre Autochtones et non-Autochtones afin de comprendre les racines historiques, politiques et culturelles des nombreux malentendus culturels.

 « En produisant de nouvelles connaissances au sujet de l’histoire et des dynamiques sociales des sociétés inuit, nos travaux de recherche favoriseront une meilleure compréhension interculturelle, que ce soit dans les domaines de la gouvernance, de la justice ou encore de la santé », a souligné l'anthropologue Caroline Hervé qui, depuis plus d’une dizaine d’années, mène des recherches sur les dynamiques politiques des sociétés inuit en s’intéressant tout particulièrement aux relations que les Inuit ont tissées avec les Qallunaat (Blancs) vivant et travaillant dans le Nord.

« Ces travaux donneront aussi aux Inuit une place centrale dans la production de la recherche et des activités pédagogique dans le but de renforcer leur rôle d’experts culturels et leurs capacités d’agir », a ajouté la professeure adjointe à la Faculté des sciences sociales, également membre du Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA). 

De plus, la Chaire développera des formations et des outils pédagogiques pour les non-Inuit (chercheurs, étudiants, professionnels, fonctionnaires, politiciens, etc.) afin de leur fournir des connaissances culturelles et historiques leur permettant de développer des relations harmonieuses avec les Inuit et de mieux intervenir auprès des communautés nordiques. Sensibilisés à l’histoire, à la culture et à la réalité des Inuit, ils seront à même de développer des pratiques professionnelles plus adaptées et plus respectueuses des différences culturelles.

Les activités de la Chaire prennent place dans le cadre transdisciplinaire dessiné par Sentinelle Nord qui vise à générer le savoir nécessaire pour suivre et se préparer à la transformation des milieux nordiques. « Les nouveaux outils et les savoirs développés dans le cadre de Sentinelle Nord devront être utilisés et compris par les populations nordiques. C’est dans ce contexte de cohabitations des savoirs autochtones et occidentaux que s’inscrit la chaire dirigée par professeure Hervé, dont les recherches permettront d’améliorer le rôle que jouent les Inuits dans le processus complet de la recherche nordique », a souligné Martin Fortier, directeur général de Sentinelle Nord.


« Cette chaire consolidera l’expertise nordique de l’Université Laval, notamment dans le domaine des sciences sociales, et permettra d’établir de nombreuses collaborations avec différentes institutions de recherche spécialisées sur le Nord, que ce soit à l’Université Laval, au Canada ou à l’étranger. Avec cette chaire, l’Université Laval devient un acteur clé dans le processus de réconciliation avec les sociétés inuit », a conclu Eugénie Brouillet, vice-rectrice à la recherche, à la création et à l’innovation de l’Université Laval.

À propos de l’Université Laval

Située à Québec, ville du patrimoine mondial, l’Université Laval est la plus ancienne université francophone d’Amérique du Nord. Elle fait partie des principales universités de recherche au Canada, se classant au 6e rang avec des fonds de 377 M$ alloués à la recherche l’an dernier. L’Université Laval compte 3 730 professeurs, chargés de cours et autres membres du personnel enseignant et de recherche qui partagent leur savoir avec plus de 42 700 étudiants, dont 25 % sont inscrits aux cycles supérieurs.

À propos de Sentinelle Nord

Financée à hauteur de 98 M$ sur 7 ans par le Fonds d'excellence en recherche Apogée Canada, la stratégie Sentinelle Nord permet à l'Université Laval de puiser dans plus d'un demi-siècle d'excellence en recherche nordique ainsi qu’en optique et photonique pour développer des nouvelles technologies et améliorer notre compréhension de l'environnement nordique et de son incidence sur l'être humain et sa santé. Sentinelle Nord s'articule autour d'un important programme de recherche transdisciplinaire et permet, entre autres, la création de nouvelles chaires de recherche et d'unités mixtes de recherche internationales, le recrutement de professeurs de renommée mondiale et la formation d'une nouvelle génération de chercheurs aptes à résoudre les problématiques complexes du Nord en mutation.


-30-

Source :

Andrée-Anne Stewart
Relations médias
Direction des communications
Université Laval
418 656-3952
Cell. : 418 254-3141
andree-anne.stewart@dc.ulaval.ca

 

 


www.ulaval.ca