Compenser

Pour compenser ses émissions de GES de catégories 1 et 2 qu’elle ne peut réduire, l’Université Laval compte, entre autres, sur son puits carbone de la Forêt Montmorency ainsi que sur divers partenariats à valeur ajoutée, dont un avec le Séminaire de Québec.

 
Puits carbone de la Forêt Montmorency
 
 
 

Puits carbone de la Forêt Montmorency

 
 
 
 

Plus grande forêt d’enseignement et de recherche au monde, la Forêt Montmorency couvre un territoire de 412 km2. Depuis 1964, ce laboratoire à ciel ouvert permet à des chercheurs de s’adonner à différents travaux de recherche. Des étudiants y apprennent aussi les bonnes pratiques en matière de sylviculture, d’aménagement et d’exploitation forestière. Certifiée selon la norme boréale du Forest Stewardship Council (FSC), la Forêt est aménagée de façon durable.

En agissant comme un puits de carbone, la Forêt joue un rôle primordial dans la stratégie de diminution des GES de l’Université. Ses aménagements permettent d’absorber, en moyenne, 13 945 tonnes de CO2 équivalent par année. Ce calcul, qui se base sur une démarche validée par un comité scientifique, est utilisé par l’Université pour son bilan carbone.

Un puits carbone est un réservoir naturel ou artificiel qui absorbe le carbone de l’atmosphère et contribue à diminuer la quantité de CO2 atmosphérique. La plantation d’arbres en est un exemple.

 

Méthodologie

À l’état naturel, il est généralement considéré qu’une forêt émet autant de carbone qu’elle en capte. Elle est en quelque sorte carboneutre, au sens où il y a un équilibre entre les jeunes arbres en croissance, qui absorbent une grande quantité de CO2 à travers la photosynthèse, et les vieux arbres en décroissance, qui émettent davantage de CO2 qu’ils en absorbent.

Par contre, lorsqu’une forêt est aménagée, comme c’est le cas pour la Forêt Montmorency, il est possible de mesurer l’apport de cet aménagement sur la captation de carbone par rapport à une forêt à l’état naturel. Il est donc possible que cet aménagement produise un écart de captation positif. La forêt devient alors un puits carbone, et il est possible de comptabiliser cet écart positif comme une compensation de carbone pour le propriétaire ou le gestionnaire de la forêt.

 

Comité scientifique

Un comité scientifique a été créé pour valider les hypothèses scientifiques sur lesquelles s'appuient certains éléments de la démarche de diminution des gaz à effet de serre de l'Université Laval.

 
Puits carbone du Séminaire de Québec
 

Partenariat avec le Séminaire de Québec

Le Séminaire cède à l’Université, pour une période fixe de cinq ans, les droits d’utiliser un volume de captation carbone séquestré (crédits carbone) équivalent à 7 550 tonnes de CO2 par année. Les crédits carbones sont générés par la quantité additionnelle de carbone emmagasinée et retenue dans la biomasse forestière découlant de la réduction de sa récolte forestière annuelle sur une portion du territoire de la Seigneurie de Beaupré.

Afin de générer ce volume de crédits carbone, le Séminaire a créé, sur le territoire de la Seigneurie de Beaupré, deux aires de conservation qu’il s’engage à exclure de sa possibilité de production en renonçant à la récolte forestière sur celles-ci. 

 
Acquisition de crédits carbone
 

Partenaires pour l’acquisition de crédits carbone

Pour compléter l’atteinte de la carboneutralité du campus, l’Université Laval doit acquérir des crédits carbone sur le marché. Pour ce faire, l’Université peut compter sur deux partenariats à valeur ajoutée:

 

Ecotierra

Ecotierra est une entreprise basée à Sherbrooke qui génère des crédits carbone en développant des projets forestiers ou agricoles de grande qualité, ayant des impacts socio-économiques majeurs pour les populations locales, en plus d’impacts environnementaux positifs.

Ecotierra met en place des projets locaux et internationaux innovateurs, qui génèrent des crédits carbone, et permet à l’Université Laval d’y avoir accès dans une perspective de banc d’essai scientifique. En contrepartie, l’Université offre une collaboration active et l’échange d’expertises scientifiques en aménagement durable des forêts, en gestion et exploitation des forêts pour le marché du carbone, et dans l’évaluation des enjeux et effets de ce mode de gestion sur les forêts.

 

National ÉcoCrédit

National Écocrédit est un leader en quantification et négociation d’attributs environnementaux en Amérique du Nord. Depuis 2005, National Écocrédit a transigé plus de 1,3 million de crédits carbone. Ainsi, l’Université Laval s’associe à National Écocrédit pour l’acquisition de crédits carbone pour compléter l’atteinte de la carboneutralité du campus.

 

Financement

Pour financer les achats de crédits carbone, l’Université utilise les sommes économisées de son enveloppe financière dédiée à l’énergie, dégagées grâce aux mesures d’efficacité énergétique mises en place au cours des dernières années. Par ailleurs, l’Université entend poursuivre activement ses efforts de réduction des émissions de GES de façon à diminuer progressivement ses besoins de crédits carbone.

 
 
 

Programme de compensation volontaire des émissions de GES

 
 
 
 

Pour encourager la compensation des émissions de gaz à effet de serre de catégorie 3, l’Université Laval offre depuis 2013 un programme de compensation volontaire. Pour chaque tonne de CO2 équivalent compensée par un individu, 15 arbres sont plantés et l’Université investit le même montant pour réaliser un projet compensateur sur le campus. Chaque compensation a donc un double impact positif!

 
 

Déplacements en voiture

Les émissions de GES des déplacements routiers ont été estimées à partir des calculateurs des organisations Planetair et ZéroCo2. À l'Université Laval, l'utilisation d'un montant forfaitaire associé à un seuil de distance parcourue est privilégié afin de simplifier la gestion du programme.

ScénarioKm aller-retour moyenTonnes de CO2 éq.Coût
0 à 500 km5000,11,77$
501 à 1000 km7500,152,55$
1001 à 2000 km15000,35,10$
2001 km et plus25000,58,50$
 

Déplacements en avion

Les émissions ont été estimées à partir calculateur de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Pour chaque pays de destination, le calcul a été effectué en considérant un déplacement aller-retour à partir de l'aéroport de Québec. Pour connaitre le coût de la compensation, consulter la base de données des émissions de GES (Excel) associées aux principales destinations aérienne.

 

Événements écoresponsables

Pour calculer les émissions de GES associées aux déplacements des participants lors des événements, il est possible d'utiliser un outil de calcul (Excel) pour obtenir un résultat précis ou d'utiliser la méthode de calcul simplifiée développée par l'Université à partir de divers échantillons.

Méthode de calcul simplifiée: Pour chaque événement sur le campus, la compensation GES par participant, se déplaçant par un moyen autre que l’avion, est estimée à 0,25$. Par exemple, si 50 personnes assistent à un événement, la compensation GES serait de 12,50$.

 

Vignette de compensation

La compensation des émissions de GES associées aux déplacements quotidiens peut se faire lors de l’achat de votre vignette de stationnement au Service de sécurité et de prévention. Le calcul du coût de la compensation se fait selon les émissions moyennes d’un véhicule ainsi que des hypothèses sur la distance parcourue pour se rendre quotidiennement sur le campus. Le coût de la compensation est estimé à 17$, ce qui équivaut à 5000 km par année.

 

Fonctionnement du programme

 
Procédures administratives
 

En tant qu'employé, vous pouvez compenser les émissions de GES associées à vos déplacements terrestres et aériens effectués dans le cadre de vos fonctions. Vous n'avez qu'à indiquer le montant de votre compensation dans votre rapport de dépenses de voyage.

Vous pouvez aussi compenser directement vos émissions de GES en ligne.

 

Résultats

Depuis son lancement, en février 2013, le programme de compensation volontaire des émissions de GES a permis de compenser plus de 3009 tonnes de CO2 équivalent. Merci à tous ceux qui ont choisi de compenser les émissions de GES associées à leurs déplacements et leurs événements.

Tonnes compensées (CO2éq.)Nombre d'arbres plantésProjet appariement
2013-2014718,5910 779Enclos à vélos
2014-2015726,7610 901Mon arbre UL
2015-2016809,0712 136Programme de stages en DD
2016-2017755,0911 326Verdissement d'un stationnement

Le programme prévoit que pour chaque tonne de GES compensée, 15 arbres seront plantés à la Forêt Montmorency. Annuellement, c’est plus de 10 500 arbres qui sont plantés grâce aux contributions des membres de notre communauté universitaire. Consultez la carte de la Forêt Montmorency (PDF) pour connaître les zones où ces arbres ont été plantés.

 
Objectif
L’Université Laval souhaite accroître les compensations des émissions de GES de catégorie 3 à 1 000 tonnes de CO2 équivalent par année.
 
 
 

Vice-rectorat exécutif et au développement
Pavillon des Sciences de l'éducation
2320, rue des Bibliothèques
Bureau 1646
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6

www.ulaval.ca