Aller au contenu principal

Favoriser le développement de la prochaine génération du Nord

Les Inuits consomment plus de poissons et de mammifères marins qu’ailleurs. Ces aliments sont reconnus pour comporter des traces élevées de polluants environnementaux comme le mercure et les BPC. Gina Muckle étudie leurs effets sur le développement et la santé des enfants.

Les artisans de ce projet

Gina Muckle

Professeure titulaire à l’École de psychologie de la Faculté des sciences sociales (FSS)
Vice-doyenne aux études

Équipe

EDEN 

Pierre Ayotte, Richard Bélanger, Mélanie Lemire et Christopher Fletcher, Faculté de médecine (FMED) | Célyne Bastien (FSS)

Qanuilirpitaa

Dr. Pierre Ayotte, codirecteur scientifique (FMED) | Dr. Richard E. Bélanger, cochercheur principal – cohorte jeunes (FMED) | Mélanie Lemire, cochercheuse principale – cohorte adultes (FMED) | Dr. Benoît Lévesque, cochercheur principal – cohorte adultes (Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)) | Dr. Christopher Fletcher, cochercheur principal – composante communautaire (FMED) | Dre Mylène Riva, cochercheuse principale – composante communautaire (Université McGill) | Dre Aimée Dawson (FMD) | Dr. Michel Lucas (FMED) | Dr. Chris Furgal (Université Trent) | Dre Chantal Galarneau (INSPQ)

Cochercheurs inuits

Mme Mary Pilurtuut, cochercheuse principale (communauté) – cohorte adultes | Mme Louisa Yeates, cochercheuse principale (communauté)  – cohorte jeunes | Mme Nancy Etok, cochercheuse principale (communauté) – composante communautaire | Mme Betsy Palliser, cochercheuse principale (communauté) – composante communautaire

Partenaires

EDEN

Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik, Administration régionale Kativik, Comité nutrition et santé du Nunavik (CNSN)

Qanuilirpitaa

Institut culturel Avataq, Centres de santé Inuulitsivik et Tulattavik, Administration régionale KativikKativik Ilisarniliriniq (Commission scolaire Kativik)Société Makivik, Municipalités du Nunavik, Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik, Conseil jeunesse de Qarjuit, Centre de recherche du CHU de Québec– Université Laval, Institut national de santé publique du Québec

EDEN: Étudier le développement des enfants du Nunavik

À la base de l’alimentation traditionnelle des populations nordiques, le poisson et les mammifères marins, car consommés souvent, constituent la principale voie d’exposition à des contaminants environnementaux comme le mercure et les BPC. Pour documenter les risques d’une exposition durant la grossesse, Gina Muckle a suivi une cohorte d’enfants au Nunavik depuis leur naissance jusqu’à l’âge de 20 ans.

Ses travaux ont révélé plusieurs effets sur les habiletés motrices, les capacités intellectuelles, la mémoire, les comportements d’hyperactivité et d’impulsivité et la croissance physique.

Informer la population inuite

Alors que les études se faisaient rares, les données récoltées par l’équipe multidisciplinaire ont mené à plusieurs actions locales. Un comité, constitué des autorités de santé publique et de représentants des organisations du Nunavik, a été mis sur pied par les chercheurs. Ils y ont présenté les résultats de l’étude EDEN et les ont mis en perspective avec ceux d’autres études, en plus de discuter de leurs retombées pour le Nunavik dans une perspective de santé globale.

Les autorités de santé publique ont pu déterminer les interventions à prioriser auprès des femmes en âge de procréer.

Influencer l’action gouvernementale

Grâce aux données récoltées durant plus de 20 ans, Mme Muckle et son équipe ont démontré les effets néfastes de l’exposition au mercure sur le développement et la santé des enfants habitant le Nord, loin des centres industriels pollueurs. En s’appuyant notamment sur les résultats de l’étude EDEN, le gouvernement canadien a ratifié en 2017 la Convention de Minamata, un traité international visant à réduire les émissions de mercure dans l’environnement et à protéger la santé humaine.

Les travaux de Mme Muckle ont ainsi contribué à protéger la santé de l’enfant et des générations futures.

Une jeune inuite porte son bébé sur son dos.

Les recommandations découlant d‘EDEN tiennent compte des risques associés au mercure et de l’importance de l’alimentation traditionnelle des Inuits.

Quatre enfants inuits jouent au bord d'un cours d'eau.

L’étude EDEN a démontré que l’exposition prénatale au mercure a des répercussions sur les capacités intellectuelles à l’âge scolaire.

Une jeune fille et une femme sourient.

Dans le cadre de l’étude EDEN, les participants complètent différents tests visant à évaluer leur développement.

Des pêcheurs taillent du poisson.

L’alimentation traditionnelle des Inuits, composée en grande partie d’aliments de la mer, est riche en nutriments essentiels pour le fœtus. Photo: Aurélie Maire

La suite

Gina Muckle poursuit ses travaux avec les Inuits et ses collègues chercheurs spécialisés en toxicologie. Avec eux, elle a contribué à bâtir l’enquête de santé Quanuilirpitaa, à laquelle ont participé près de 1 000 Inuits du Nunavik. Destinée à dresser un portrait de la santé et du bien-être de la population et à identifier les facteurs de risque et de protection de la santé, cette enquête exemplaire est en voie d’être reproduite dans toutes les régions inuites du Canada.

Groupe de recherche sur l’inadaptation psychosociale chez l’enfant

Apprenez-en plus.

+

Convention de Minamata

Lisez la Convention.

+

Étudier à la FSS

Découvrez la recherche en sciences sociales.

+

Plus d'histoires...

Découvrez les histoires d'autres professeurs de l'Université Laval!

+