Aller au contenu principal

Nous donnons accès à une eau de qualité

Grâce à Peter Vanrolleghem et à son équipe, la baignade sécuritaire est à nouveau possible à la baie de Beauport. Ce projet favorisera aussi l’accès à d’autres plans d’eau au Québec.

Les artisans de ce projet

Peter Vanrolleghem

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en modélisation de la qualité de l’eau
Directeur du Centre de recherche sur l’eau (Centr’eau)

L’équipe

  • Cyril Garneau, stagiaire postdoctoral à l’Université Laval – modelEAU et CentrEau
  • Sophie Duchesne, professeure à l’INRS – Eau, Terre et Environnement
  • Yves Secretan, professeur à l’INRS – Eau, Terre et Environnement
  • Marie-Ève Jean, étudiante au doctorat à l’INRS – Eau, Terre et Environnement

Ramener la baignade

Afin de permettre à la population de profiter davantage du fleuve Saint-Laurent, Peter Vanrolleghem et son équipe ont développé, pour la Ville de Québec, un outil de prédiction de la qualité de l’eau qui tient compte des particularités de la région de Québec. L’objectif: permettre, après 50 ans d’interdiction, la baignade à la baie de Beauport à l’été 2016.

Outiller la Ville

Le logiciel développé permet à la Ville de Québec d’évaluer la qualité de l’eau de la baie en analysant l’effet de différents éléments:

  • la pluie des 24 dernières heures
  • le cycle de la marée
  • le nombre de grands oiseaux à la plage
  • la direction du vent

Mieux informer les citoyens

Mission accomplie! À l’été 2016, plus de 80 000 personnes visitent la baie de Beauport: 2 fois plus qu’en 2015. Mieux encore:

  • les conditions de baignade sont mises à jour chaque matin
  • le délai de prise de décision se compte en heures plutôt qu’en jours
  • en 109 jours d’analyse, la qualité de l’eau a été jugée bonne ou excellente 81 fois
  • la baignade continue en 2017
Des baigneurs profitent de la plage de la baie de Beauport.

Le retour de la baignade à la baie de Beauport démontre l’effet efficace des mesures de protection de la qualité de l’eau. Le modèle développé assure une eau de qualité. Crédit: Lyraphoto

Une boîte permet de récolter des données transmises par des capteurs immergés dans un cours d'eau.

Des capteurs de qualité de l’eau sont immergés dans le ruisseau Notre-Dame, près de l’Aéroport Jean-Lesage, et liés à une boîte de collecte permettent à l’équipe d’analyser les données.

Un homme dans un cours d'eau récolte un échantillon d'eau.

Un échantillon d’eau est prélevé avec prudence dans le bassin d’orage Le Chauveau. La colonne d’eau doit rester intacte pour étudier le profil vertical de certains polluants.

Deux jeunes femmes mènent une expérience de sédimentation.

Une expérience de sédimentation révèle comment les particules d’échantillons se déposent dans une colonne haute de 2 m.

Gustaf Olsson inspecte l'usine-pilote de traitement des eaux usées de l'Université Laval.

Éminence de l’automatique en traitement des eaux usées, le professeur émérite Gustaf Olsson de l’Université de Lund (Suède) évalue l’installation pilEAUte du pavillon Adrien-Pouliot.

La suite

L’expertise développée par Peter Vanrolleghem et son équipe permettra à d’autres municipalités du Québec, comme Lévis, de redonner accès à des plans d’eau délaissés depuis plusieurs années. En parallèle, l’équipe teste également de nouveaux mécanismes de récupération des eaux usées, grâce à l’usine-pilote du pavillon Adrien-Pouliot.

Chaire de recherche du Canada en modélisation de la qualité de l'eau

Découvrez la chaire de recherche

+

CentrEau

Découvrez ce centre de recherche reconnu

+

Usine-pilote de traitement des eaux usées

Apprenez-en plus sur cette infrastructure de recherche.

+

Plus d'histoires...

Découvrez les histoires d'autres professeurs de l'Université Laval!

+