Aller au contenu principal
Étudier à l'Université Laval

Candidats membres des Premières Nations et Inuits

Que vos plans de carrière vous appellent à œuvrer dans votre communauté ou ailleurs dans le monde, l’Université Laval propose différents programmes, formules d’études et d’enseignement adaptées à votre réalité et qui vous permettra d’atteindre vos objectifs.

Des questions?
Communiquez avec un membre de notre équipe!

Admission à l’Université Laval

L’admission à l’Université Laval est avant tout basée sur l’excellence du dossier scolaire. Pour être admis à un programme d’études, vous devez également détenir le diplôme minimal requis pour le niveau de formation que vous visez et démontrer une maîtrise de la langue française suffisante. Consultez les exigences d’admission par type de candidat.

Places réservées dans les programmes contingentés

Différents programmes contingentés réservent des places dans leurs cohortes aux titulaires d'un diplôme d'études collégiales ou universitaires ayant à la fois le statut de résident du Québec et celui de membre des Premières Nations ou d’Inuit.

Afin que votre candidature soit considérée dans cette catégorie de candidats, vous devrez volontairement procéder à l'auto-identification de votre statut d'Autochtone lors de votre demande d'admission. Si vous choisissez de ne pas déclarer votre statut, vous serez considéré uniquement comme candidat québécois.

Attribution des places réservées par programme

La façon d’attribuer les places réservées aux candidats varie selon les programmes.

Plus de 550 programmes sont offerts à l’Université Laval dans tous les domaines d’études. Trouvez-le vôtre!

 

Les Premières Nations et les Inuits dans l’enseignement et la recherche

À l’Université Laval, des experts de tous les domaines d’études s’intéressent aux questions touchant les peuples autochtones du Québec, du Canada, mais aussi de partout dans le monde. 

Enjeux sociaux et politiques, santé, développement économique et social, patrimoine, ressources naturelles, architecture : de nombreux projets sont d’ailleurs menés en collaboration avec les Innus, les Atikamekws, les Hurons-Wendats et les Inuits, pour ne nommer que ceux-ci.

En plus des cours et des programmes axés sur les réalités autochtones, plusieurs équipes de professeurs, de chercheurs et d’étudiants travaillent étroitement avec différentes communautés, collaborations qui sont autant d’occasions de rencontres entre les cultures et les savoirs actuels et traditionnels. En voici quelques illustrations :

Témoignages

«L’engagement est très important pour moi et je tenais absolument à m’impliquer dans la communauté universitaire. J’ai eu la chance de prendre part au Groupe d’Intérêt en Santé Autochtone et de participer à l’élaboration d’un projet de Mini-écoles en sciences de la santé. Ce projet visait à faire découvrir les professions de la santé aux jeunes autochtones et à favoriser la persévérance scolaire. 

Comme future professionnelle de la santé, je souhaite m’engager au sein des communautés autochtones et prodiguer des soins adéquats. Étant moi-même issue des Premières Nations, je suis particulièrement sensible aux réalités et aux enjeux des communautés.»

Ève Martin-Riverin
Étudiante au doctorat en médecine
Nation Innue de Pessamit

«L’UL m’a ouvert des horizons au-delà de ce que j’avais imaginé! Je souhaiterais dire aux futurs étudiants autochtones de ne pas se laisser impressionner par la superficie du campus, le nombre d’étudiants ou la trajectoire précise de vos études et les fonctions que vous occuperez. Faites-vous confiance et saisissez toutes les opportunités qui se présentent à vous! Je suis convaincue que la clé pour dynamiser les communautés autochtones, pour atteindre notre autodétermination, est l’éducation.»

Suzie O'Bomsawin
Diplômée du baccalauréat intégré en économie et politique et du MBA en développement international et action humanitaire
Nation des Abénakis, Odanak

«J’ai grandi à l’extérieur de ma communauté, Mashteuiatsh. Mes intérêts pour la gestion intégrée des ressources et pour la foresterie autochtone ont marqué mon cheminement universitaire et professionnel. Mes études à la maîtrise en sciences forestières à l’UL ont été un tremplin pour développer mon expertise sur les enjeux autochtones, ce qui m’a mené à une carrière de gestionnaire d’une unité dédiée à la protection des droits et du territoire au sein de ma Nation.
Je suis maintenant directeur Droits et protection du territoire pour Pekuakamiulnuatsh Takuhikan qui offre, entre autres, des services et des programmes pour soutenir la pratique d’activités traditionnelles par les Pekuakamamiulnuatsh.»

Steve Morel
Diplômé du baccalauréat en aménagement et environnement forestiers et de la maîtrise en sciences forestières
Nation des Pekuakamiulnuatsh, Lac-Saint-Jean