Aller au contenu principal

Doctorats honoris causa

Cette haute distinction rend hommage à des personnalités dont le rayonnement est remarquable et exemplaire dans ses sphères d'activité. Les récipiendaires proviennent du monde universitaire ou de la société civile au Québec, au Canada et à l’international.

2012

Irina Bokova

Directrice générale de l’UNESCO (2009-2017)
Doctorat honoris causa d'université

En savoir plus

Madame Irina Bokova est devenue, en novembre 2009, la première femme et la première représentante de l’Europe de l’Est à diriger l’UNESCO. Son élection à la tête de cette prestigieuse Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture confirmait l’importance de son engagement et de son action en faveur de la paix entre les nations, des droits de l’Homme et des principes démocratiques de dignité, d’égalité et de respect mutuel.

Elle œuvre depuis à renforcer l’action de l’UNESCO, guidée par la profonde conviction que le plus grand défi du XXIe siècle est «de conduire le monde dans une nouvelle ère de paix et d’humanisme, de créer des sociétés plus inclusives dans leur diversité, plus justes et plus équitables grâce à un développement économique et social durable basé sur l’éducation de qualité, le partage des cultures et des savoirs, la science et l’innovation, destinés à servir l’humanité tout en préservant l’environnement».

Dans cette même perspective, madame Bokova s’attache à la construction de passerelles entre le Nord, le Sud, l’Est et l’Ouest afin de favoriser la circulation de l’information, et défend l’accès pour tous à une éducation de qualité, comme condition du développement individuel et collectif. Elle valorise la diffusion des nouveaux moyens de communication et le renforcement des réseaux de coopération scientifique comme accélérateurs du partage du savoir. Enfin, elle propose une vision originale du développement durable liée à une prise en compte de la culture, dans toute la diversité de ses expressions, comme outil de compréhension mutuelle et de construction de la paix.

Cette vision d’un nouvel humanisme pour le XXIe siècle rejoint pleinement la mission, les valeurs et les grandes orientations de l’Université Laval. Elle partage également avec notre Université un profond attachement pour la langue et la culture francophones.

Renée Dupuis

Avocate et essayiste
Doctorat honoris causa en droit

En savoir plus

Madame Renée Dupuis est une spécialiste du domaine des droits et libertés de la personne et du droit relatif aux autochtones. Dès le début de sa carrière, alors qu’elle venait d’accéder au barreau, elle a représenté des autochtones de diverses communautés. Cette pratique, qui attirait alors très peu d’avocats, l’a amenée à développer une expertise peu commune dans un champ de pratique encore marginal.

La connaissance approfondie de la réalité autochtone explique que madame Dupuis se soit vu confier d’importantes responsabilités, dont la présidence de la Commission des revendications particulières des Indiens. Elle est fréquemment invitée à titre de conférencière au Canada et à l’étranger. Deux de ses ouvrages ont été couronnés de prix prestigieux. En 2001, le Barreau du Québec lui a accordé le Prix du concours juridique pour sa monographie intitulée: Le statut juridique des peuples autochtones en droit canadien. La même année, elle se voyait attribuer le Prix du Gouverneur général, dans la catégorie «études et essais», pour un ouvrage ayant pour titre: Quel Canada pour les Autochtones? La fin de l’exclusion. La candidate a reçu des distinctions marquantes au cours de sa carrière. Madame Dupuis s’est vu décerner, en 2002, le Prix de la YMCA dans la catégorie «femmes de profession», en 2004, le Prix Christine-Tourigny du Barreau du Québec et, en 2005, elle a été nommée membre de l’Ordre du Canada. Le Barreau du Québec lui a accordé la distinction Advocatus emeritus, en 2007. Elle a aussi été nommée, par un vote unanime des membres de l’Assemblée nationale du Québec, au poste de vice-présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Au printemps 2012, «en hommage à son engagement infatigable en matière de droits de la personne», madame Dupuis s’est vue décerner la Médaille du Barreau, attribuée depuis 30 ans à un juriste québécois pour souligner sa contribution remarquable à l’avancement et à l’exercice du droit.

L'Université Laval est fière et heureuse de souligner la brillante carrière de madame Renée Dupuis par la remise de ce doctorat honorifique.

Jacquelynne Eccles

Professeure à l’Institut de Social Research de l’Université du Michigan
Doctorat honoris causa en sciences de l’éducation

En savoir plus

Madame Jacquelynne Eccles a profondément marqué la recherche et l’intervention en éducation. Elle a, dans ses écrits, prouvé le rôle prépondérant de l’environnement scolaire et familial pour expliquer les difficultés que vivent certains enfants et adolescents. Ses recherches montrent aussi que le fait que les filles soient peu portées à entreprendre des études en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STIM) ne s’explique pas par leur manque d’habilité dans ces domaines, mais plutôt par des facteurs de socialisation, d’attentes du succès et de valeurs.

Loin de se limiter aux États-Unis, l’influence des théories que madame Eccles a développées se fait sentir dans plusieurs pays (Belgique, Australie, Royaume-Uni, Canada, Allemagne). Que ce soit à titre de conférencière, de chercheuse, de membre de jurys internationaux ou de directrice de thèse, elle contribue à renouveler, voire révolutionner, certaines façons de concevoir l’apprentissage des élèves.

En décernant sa plus haute distinction à madame Jacquelynne Eccles, l’Université Laval salue une femme engagée dans la recherche de solutions concrètes pour réduire les inégalités entre les hommes et les femmes et favoriser la réussite scolaire de tous les élèves.

Odile Eisenstein

Directeur de recherche classe exceptionnelle du CNRS
Doctorat honoris causa ès sciences

En savoir plus

Comme le dit si bien Roald Hoffmann, prix de Nobel de chimie pour ses travaux en chimie computationnelle: «Odile Eisenstein est tout simplement la meilleure dans sa spécialité, soit l’utilisation de la chimie théorique pour l’explication de systèmes organométalliques». Ses capacités de prédiction et de compréhension des mécanismes réactionnels sont uniques dans son domaine et ont permis des réalisations phénoménales dans le domaine de la catalyse et de la chimie organométallique qui ont orienté les travaux, directement ou indirectement, de dizaines de groupes de recherche dans le monde.

Parmi les accomplissements de madame Eisenstein, notons: ses travaux de doctorat qui ont expliqué les causes derrière la sélectivité dans l’espace de plusieurs réactions organiques, règles essentielles à la construction de médicaments par l’industrie pharmaceutique; la prédiction de la géométrie inédite de certaines classes de composés organométalliques avant les évidences expérimentales; des propositions pour un nouveau type d’interaction chimique qui explique l’activité de matériaux en vogue pour l’entreposage de l’hydrogène comme source d’énergie alternative; ou encore le mécanisme de dissociation de l’eau en oxygène et hydrogène par une série de complexes métalliques qui miment la photosynthèse pour convertir l’énergie solaire en carburant.

L’Université Laval est fière de remettre un doctorat d’honneur à madame Odile Eisenstein afin de couronner sa carrière exceptionnelle.

Jacqueline Fawcett

Professeure titulaire au College of Nursing and Health Sciences à l’Université du Massachusetts
Doctorat honoris causa ès sciences

En savoir plus

Considérée par plusieurs chefs de file en sciences infirmières comme un maître, madame Jacqueline Fawcett est l’une des plus prolifiques métathéoriciennes de sa génération. La production scientifique de madame Fawcett est impressionnante, soit: plus de 300 conférences, 175 articles scientifiques, 80 chapitres de livres et une dizaine de livres traduits dans plusieurs langues. Plusieurs de ses parutions ont reçu des prix et ont eu une influence marquante sur le développement des connaissances en sciences infirmières au cours des 30 dernières années; son œuvre rayonnant dans le monde entier.

Ses travaux de recherche ont, entre autres, porté sur l’avancement de connaissances à l’aide d’approches conceptuelles particulières aux sciences infirmières, dont le modèle d’adaptation de Callista Roy. Elle a dirigé plus d’une trentaine d’étudiants au doctorat et à son pouvoir d’influence intellectuel s’ajoutent des qualités de pédagogue hors du commun qui ont été grandement appréciées par la clientèle étudiante.

Tout au long de sa prolifique carrière, madame Fawcett a été très sollicitée pour l’offre de conférences ou de sessions de consultation, dont une à l’Université Laval en 1995. Plusieurs qualités personnelles expliquent cette forte demande, incluant ses dons exceptionnels d’oratrice, sa rigueur intellectuelle et sa pensée critique.

Bref, le parcours de madame Jacqueline Fawcett est remarquable et elle représente un véritable modèle et une source d’inspiration pour tout le personnel infirmier. C’est pour cette raison que l’Université Laval est fière de lui décerner ce doctorat honoris causa.

Branko Ladanyi

Professeur émérite, École polytechnique de Montréal
Doctorat honoris causa ès sciences

En savoir plus

Monsieur Branko Ladanyi est ingénieur civil de formation. Diplômé en 1947 de l’Université de Zagreb en Croatie, il a terminé des études de doctorat en 1959 à l’Université Catholique de Louvain en Belgique. Il a été ingénieur chargé de projets à Zagreb de 1947 à 1952 et à Gand en Belgique de 1958 à 1962. M. Ladanyi a enseigné dans trois universités, et ce, dans les domaines de l’ingénierie nordique, la conception des fondations et la mécanique des roches (soit de 1952 à 1958 à l’Université de Zagreb en Croatie, de 1962 à 1967 à l’Université Laval et à l’École Polytechnique de Montréal de 1967 à 1994). Depuis 1994, il est professeur émérite à l’École Polytechnique de Montréal.

Durant sa longue carrière de professeur, M. Ladanyi a formé douze étudiants au doctorat (parmi ces étudiants, deux sont professeurs à l’Université Laval, un à l’École Polytechnique de Montréal et un autre à l’Université de Sherbrooke), vingt étudiants à la maîtrise et de nombreux étudiants au baccalauréat en génie civil. Depuis 1975, il a publié plus de 240 articles scientifiques, a été coauteur d’un livre sur la géotechnique des sols gelés et a rédigé des chapitres de trois autres livres. Cela ne tient pas compte des nombreux rapports professionnels qu’il a produits dans le cadre d’activités de consultation en ingénierie civile ou de participation à des comités scientifiques. En effet, M. Ladanyi a agi en tant que membre, directeur ou président de 14 comités scientifiques depuis 1971 et a été impliqué dans des travaux de consultation de 20 projets depuis 1975, notamment pour la conception de fondations sur pergélisol. Il possède des brevets américain et canadien sur un système de mesure du comportement rhéologique des matériaux géologiques appelé «cône effilé». Il est l’un des fondateurs du Centre d’ingénierie nordique de l’École Polytechnique de Montréal (CINEP) dont le rayonnement international est reconnu et dont il est le directeur depuis 1972. De 1977 à 1982, Monsieur Ladanyi a été chef de la section de géotechnique du département de génie civil de l’École Polytechnique de Montréal.

L’excellence en recherche de Monsieur Branko Ladanyi et son implication en ingénierie civile et nordique ont été soulignées par l’entremise de différents honneurs qu’il a reçus durant sa carrière, dont les prix prestigieux de l’Institut canadien des ingénieurs (ICI), de l’Académie canadienne du génie (ACG), de la Société canadienne de génie civil (SCGC) et de la Société royale du Canada. L’Université Laval est heureuse d’ajouter à ces récompenses, ce doctorat d’honneur.

Pierre H. Lessard

Président exécutif du conseil d’administration de Metro inc.
Doctorat honoris causa en sciences de l’administration

En savoir plus

Monsieur Pierre H. Lessard détient un MBA de la Harvard Business School, une maîtrise en sciences commerciales et un baccalauréat ès art de l’Université Laval et il est membre et Fellow (FCA) de l’Ordre des comptables agréés du Québec.

À la fin des années 1960, M. Lessard participe activement à la fusion de trois entreprises, créant ainsi la compagnie Provigo inc. De 1970 à 1985, il occupe plusieurs postes au sein de cette entreprise, dont celui de président et chef de l’exploitation, de 1976 à 1985. En 1985, il joint la société Réseau Pathonic inc. à titre de vice-président du conseil. En mars 1988, il est nommé président et chef de la direction chez Aeterna-Vie Compagnie d’assurance. De 1990 à 2008, il occupe le poste de président et chef de la direction de Metro inc., et depuis, il est président exécutif du conseil d’administration de la société.

Monsieur Lessard assume entre autres, un rôle très actif auprès de la communauté et est impliqué dans divers organismes en art, en éducation et en santé. Il siège aussi sur divers conseils d’administration d’entreprises publiques.

Monsieur Lessard est Fellow de l’Ordre des comptables agréés du Québec depuis 1984, a obtenu un prix Hermès de carrière de la Faculté de sciences de l’administration de l’Université Laval en 1992, le Prix de distinction de la Faculté de commerce et d’administration de l’Université Concordia en 1994, la médaille Gloire de l’Escolle de l’Association des diplômés de l’Université Laval en octobre 1996 et il a été intronisé au Canadian Business Hall of Fame en mai 2012.

L’Université Laval est honorée de décerner un doctorat d’honneur à monsieur Pierre H. Lessard, afin de souligner une carrière digne de mention.

Yvon Martel

Chercheur, gestionnaire et scientifique en chef, affaires internationales, Direction Générale de la recherche, Agriculture et Agroalimentaire Canada
Doctorat honoris causa en sciences de l’agriculture et de l’alimentation

En savoir plus

Diplômé en 1967 de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation (FSAA) de l’Université Laval, M. Yvon Martel obtient un doctorat en science du sol de l’Université de la Saskatchewan en 1972. De 1974 à 1978, il est professeur invité par la FSAA pour y enseigner la matière organique des sols aux étudiants de troisième cycle et y cosuperviser des thèses de doctorat. En 1977, il se joint à l'équipe de l’Université Laval qui enseigne à l’École nationale de l'agriculture au Maroc.

M. Martel amorce sa carrière en 1972 en tant que chercheur au Centre de recherches et de développement sur les sols et les grandes cultures à Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) à Québec. Ses travaux de recherche et ses compétences l’ont fait reconnaître à juste titre par ses pairs comme un pionnier de la recherche sur la matière organique des sols et un des premiers chercheurs d’Agriculture et Agroalimentaire Canada à valoriser l'agriculture biologique au Québec. Auteur de 55 publications scientifiques et professionnelles, il codirige les travaux et recherches de plusieurs étudiants diplômés.

M. Martel exerce un rôle de leader remarquable en tant que gestionnaire de la recherche à Agriculture et Agroalimentaire Canada. Directeur du Centre de recherches à Lennoxville de 1980 à 1984, du Centre de recherches de Fredericton de 1984 à 1985, directeur général des provinces de l’Atlantique en 1986, et de la région de l'Est du Canada (Atlantique, Québec, Ontario) de 1987 à 2002, M. Martel a contribué de façon indéniable à l'avancement de la recherche agricole et a été un chef de file dans le développement de partenariats.

En 2003, M. Martel est nommé scientifique en chef, affaires internationales, pour le nouveau Bureau de la coopération scientifique internationale crée à Agriculture et Agroalimentaire Canada, afin de favoriser la place de la science agronomique canadienne dans le monde. Il y développe plus de 50 protocoles d’entente avec 22 pays, afin de favoriser l’échange de scientifiques et l’établissement de symposiums internationaux sur des enjeux importants liés à la science agronomique. II travaille avec l’OCDE, (Organisation de coopération et de développement économiques) et la FAO, (Food and Agriculture Organization) pour valoriser les ressources biologiques et l'échange de matériel génétique entre pays. Il a ainsi acquis une solide réputation internationale. Cette coopération a permis d'acquérir des connaissances nouvelles au profit des chercheurs canadiens, des producteurs agricoles et de l’industrie.

Après une longue et exceptionnelle carrière à Agriculture et Agroalimentaire Canada, M. Martel a pris sa retraite à la fin de l’année 2011 et continue de s’impliquer dans le développement de la recherche agricole avec l’Europe et la Chine.

C’est ainsi que, tout au long de sa carrière, M. Yvon Martel a su être et demeurer un fier collaborateur et un remarquable ambassadeur de l’Université Laval. À ce titre, il est récipiendaire de plusieurs prix, dont: gestionnaire de l’année pour Agriculture et Agroalimentaire Canada (1997), chevalier de l’ordre du Mérite agricole du ministère de l’Agriculture et de la Pêche de France (2002), Prix de l’amitié, décerné par le gouvernement chinois comme la plus haute distinction aux experts internationaux qui ont fait une contribution remarquable au développement de la Chine (2007), commandeur de l’Ordre du Mérite agronomique de l’Ordre des agronomes du Québec (2008) et prix Moisson d’or décerné par Agriculture et Agroalimentaire Canada dans la catégorie «Carrière exceptionnelle» (2010). L’Université Laval est heureuse d’ajouter au nombre impressionnant de récompenses de monsieur Martel, un doctorat honoris causa de son alma mater.

Bruno Racine

Président de la Bibliothèque nationale de France
Doctorat honoris causa ès lettres

En savoir plus

Directeur général des affaires culturelles de la Ville de Paris de 1988 à 1993, monsieur Bruno Racine a donné le coup d’envoi à l’informatisation des bibliothèques municipales, réformé le statut des conservatoires et lancé un plan de restauration globale des églises de la capitale. Directeur de l’Académie de France à Rome de 1997 à 2002, il s’est attaché à développer cette institution tricentenaire comme foyer d’histoire de l’art et de création contemporaine, a orchestré d’importantes expositions confiées à des commissaires de réputation internationale (Hans Ulrich Obrist, Jérôme Sans, etc.). Par la suite, président du Centre National d’Art et de Culture Georges Pompidou de 2002 à 2007, monsieur Racine a mis en chantier la future antenne du Centre à Metz et développé une active politique internationale, notamment en Asie. Président de la Bibliothèque Nationale de France depuis le 2 avril 2007, il s’attaque maintenant à l’enrichissement et à la numérisation des collections, ainsi qu’à la rénovation de l’ancienne Bibliothèque Nationale. Élu président de la Conférence européenne des bibliothèques nationales et président de la fondation Europeana, monsieur Racine donne accès au patrimoine numérisé du vieux continent. En étroite coopération avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec, il a à cœur de développer le réseau des bibliothèques numériques francophones.

Président du Haut Conseil de l’Éducation, il a présidé aux travaux qui ont largement inspiré la mise en œuvre du Socle commun des connaissances et compétences prévue par la loi, qui constitue l’un des éléments fondateurs dans le renouveau de la politique éducative en France. L'Université Laval est très fière de décerner à monsieur Bruno Racine ce doctorat honorifique afin de souligner un parcours exceptionnel.

Mark A. Wainberg

Professeur et directeur du Centre SIDA de l’Université McGill
Doctorat honoris causa ès sciences

En savoir plus

La carrière de monsieur Mark A. Wainberg a contribué au bien-être de millions de personnes. Son laboratoire a démontré le rôle anti-VIH du 3TC et a participé, entre autres, au développement de produits antiviraux dans un contexte clinique. Il est l’un des premiers scientifiques à avoir identifié le problème de la résistance du VIH aux médicaments et continue à contribuer à ce domaine au point de vue scientifique. Il a été président de l’International AIDS Society entre 1998 et 2000 et a été responsable du choix de l’Afrique du Sud comme pays hôte du congrès mondial sur le SIDA en 2000. Cette conférence a eu des conséquences politiques au point de vue de l’accès aux médicaments anti-VIH pour les personnes dans les pays en développement.

Monsieur Wainberg continue de publier régulièrement dans des ouvrages scientifiques dans les domaines de la pathogenèse, de la résistance aux médicaments, de la prévention et de la santé publique. Il est cochercheur principal dans un site communautaire à Montréal qui a pour objectif la réduction du nombre de nouvelles transmissions du VIH. Monsieur Wainberg est aussi dévoué à la francophonie et est le père (1er président) des conférences mondiales francophones sur le VIH qui continuent à ce jour.

Son travail a été couronné par de nombreux prix dont celui d’officier de l’Ordre du Canada en 2001, d’officier de l’Ordre national du Québec en 2005, de chevalier de la Légion d’honneur en 2008, ainsi que du prix Wilder-Penfield (Prix du Québec) en 2010 et du prix Killam en 2012.

L’Université Laval est très fière de souligner l’excellence du travail de monsieur Mark A. Wainberg par la remise de ce doctorat honoris causa.