Mon équilibre UL

 
 
 

L’heure du diner, une pause essentielle!

 

Bien plus déterminante qu’on pourrait le croire, l’heure du diner contribue fortement au bien-être des travailleurs et à leur productivité. Ce moment permet de décrocher avant de replonger dans les dossiers de l’après-midi. Cette pause du travail permet de réduire le stress, améliore la sociabilité, la qualité des relations entre collègues et peut également permettre de diminuer l’inactivité physique au travail si le repas est pris à l’extérieur du bureau.

Malheureusement, selon une récente étude de l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, actuellement 39 % des Canadiens passeraient l’heure du diner en solo devant leur poste de travail. Déjà un peu mieux que les Américains, dont les deux tiers auraient adopté le «sad desk lunch», ce «lunch triste devant son clavier», véritable symptôme de la culture du présentéisme.

Trop de gens préfèrent rester assis sur leur chaise de travail pendant l’heure du lunch pour différentes raisons évoquées, dont la peur de ne pas avoir l’air d’un employé modèle et ou carrément celle de perdre son boulot.

Bien évidemment, ce comportement a des répercussions négatives comme l’augmentation du niveau de stress, un attachement plus faible envers le travail et une baisse importante de la concentration en après-midi.

«On sous-estime littéralement l’importance qu’a l’heure du lunch, déclare très sérieusement Steven H. Appelbaum, professeur à l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia, intéressé par les questions de comportements organisationnels. En nous isolant, nous n’apprenons pas à entrer en relation avec les autres. Sans compter que les gens qui restent assis et seuls devant leur écran voient augmenter les probabilités de développer des maladies liées au stress. Si on ne prend pas cette pause pour se lever, se changer les idées, brûler des calories, cela devient vite un mode de vie. Sans compter qu’on offre gratuitement à son employeur une heure de travail!»

L’importance de socialiser à l’heure du lunch

Partager l’heure du diner avec des collègues permet de tisser des liens plus serrés en créant des relations de confiance qui aident à réduire le stress au travail. D’ailleurs, il y a plusieurs raisons qui motivent les organisations à mettre en place des repas collectifs pour les occasions spéciales.

«Partager un repas est très important. S’il y a une relation amicale entre les employés, toute l’entreprise en bénéficie, note également la journaliste intéressée aux questions sur l’alimentation Sarah Hood. S’ouvrir aux autres est un besoin de base, et lorsqu’on s’assoit ensemble, on partage sa vie. À l’heure du lunch, on ne parle pas de date de tombée, de clients ou de calendrier trimestriels; on prend le temps de s’informer sur la pratique de hockey du fils de la comptable, par exemple. Il est impossible d’avancer socialement si on reste seul dans son coin.»

Impact sur la santé 

Une personne qui mange seule aura tendance à manger plus rapidement, ce qui a un impact sur la régulation de l’appétit et sur la digestion puisque le signal de la faim est interprété par le cerveau 15 à 20 minutes après le début de la mastication. Si le repas est consommé en 15 minutes devant l’écran, l’apport calorique aura donc tendance à être plus important. Le fait de manger rapidement peut également amener différents troubles digestifs, tel le reflux d’acide.

Enfin, à la lumière de ces informations, il est peut-être temps de revoir certaines habitudes de vie prises à l’heure du lunch afin que toutes les minutes qui vous sont allouées soient au service de votre bien-être au travail!

Source: Le Devoir

www.ulaval.ca