Aller au contenu principal

Doctorat en études internationales

Philosophiæ doctor (Ph. D.)

Cette formation pluridisciplinaire traitant des enjeux globaux contemporains vous donnera les outils pour vous construire un avenir prometteur en tant que spécialiste hautement qualifié en questions internationales, que vos intérêts vous mènent vers l'économie, les enjeux de sécurité internationale ou le développement durable, ou encore que vous ayez une passion pour l'Amérique latine, le Moyen-Orient ou toute autre région du monde.

96 Crédits

Reconnaissance d'acquis maximale: 9 crédits

4 ans Durée estimée à temps complet

Sessions d'admission

  • Automne
  • Hiver

L'admission est encore possible à la session d'automne 2021.

En bref

Le programme de doctorat en études internationales a été conçu pour former une nouvelle génération de chercheurs universitaires réellement rompus à l'interdisciplinarité. Celle-ci se concrétise dans l'encadrement de la recherche qui est dirigée par deux chercheurs de disciplines différentes, par exemple droit et géographie ou science politique et économique. La pluridisciplinarité prend aussi corps dans les séminaires thématiques qu'animent ensemble des chercheurs d'horizons différents.

  • Directeur et codirecteur à trouver avant l'admission: vous devrez trouver les deux professeurs (un par discipline et dont au moins une des disciplines doit être la science politique, le droit ou l'économique) qui accepteront de superviser vos travaux de recherche avant l'admission. L'encadrement par un directeur et un co-directeur de recherche est obligatoire pour la poursuite de vos études.  Comment trouver votre directeur et votre projet de recherche.
  • Temps complet: peut uniquement être suivi à temps complet.
  • Cours de soir: certains cours sont offerts de soir, formule intéressante pour vous permettre de vous perfectionner tout en respectant vos obligations professionnelles.
  • Possibilité de rédiger en anglais: avec l'approbation de votre directeur et de votre codirecteur de recherche et sur autorisation de la direction de programme, vous pourrez choisir de rédiger et de soutenir vos travaux de recherche en anglais.

Domaines d'expertise

  • Relations internationales et transnationales dans leurs dimensions politiques, juridiques, économiques, sociales et militaires
  • Commerce, intégration économique, investissement
  • Développement économique, environnement et justice sociale
  • Sécurité, cybersécurité, terrorisme et armement
  • Grandes régions du globe, leur gouvernance et leurs interactions
  • Toutes les autres questions qui touchent les relations entre deux ou plusieurs pays

À qui s'adresse le programme

Ce programme s'adresse à toute personne titulaire d'une maîtrise et formée dans deux des disciplines au cœur du programme (droit, science politique, science économique) ou dans l'une de ces disciplines et une discipline connexe, comme l'administration, les communications, l'histoire et la sociologie.

Avenir

Si vous choisissez le doctorat de l'École supérieure d'études internationales (ESEI), vous pourrez travailler, une fois votre thèse achevée, dans tous les milieux requérant des experts interdisciplinaires sur des questions internationales.

Vous pourrez vous lancer dans une carrière d'enseignant universitaire, vous orienter vers la recherche ou devenir expert-conseil, que ce soit dans le secteur public ou privé.

Employeurs

  • Établissements d'enseignement et de recherche
  • Firmes d'experts-conseils
  • Industries
  • Institutions financières
  • Ministères
  • Nouvelles technologies
  • ONG
  • Organisations internationales
  • Organismes publics et parapublics
  • Presse écrite et électronique

Cette page présente la version officielle de ce programme pour de futurs étudiants. L'Université Laval se réserve le droit d'en modifier le contenu sans préavis. Les étudiants déjà admis doivent plutôt se référer à leur rapport de cheminement.

Structure du programme

Liste des cours

Admissibilité

Grade et discipline

Le candidat détient une maîtrise en études internationales ou en relations internationales, ou un diplôme équivalent.

Le titulaire d'un baccalauréat et d'une maîtrise dans deux disciplines différentes (droit, économique et gestion, science politique) peut également être admissible.

Moyenne

Le candidat a obtenu une moyenne de cheminement dans le programme ou de diplomation égale ou supérieure à 3,33 sur 4,33, ou l'équivalent.

Scolarité préparatoire

Après l'analyse du dossier d'admission et selon sa formation antérieure, le candidat peut se voir imposer une scolarité préparatoire.

La scolarité préparatoire n'est pas contributoire au programme et sera déterminée lors de l'analyse du dossier d'admission, s'il y a lieu.

Directeur de recherche

Avant de faire sa demande d'admission, le candidat doit avoir pris contact avec deux professeurs. Au moment où la demande d'admission est faite, un directeur de recherche et un codirecteur (un par discipline, dont au moins une doit être la science politique, le droit ou l'économique) doivent avoir confirmé par écrit qu'ils acceptent de diriger les travaux du candidat.

Le choix du directeur de recherche et du codirecteur est approuvé par la direction de programme en même temps que la demande d'admission.

Exigences linguistiques

Connaissance du français

L'enseignement à l'Université Laval se fait en français. La maîtrise du français écrit et parlé est donc essentielle.

Ce programme comporte des compétences linguistiques en français à atteindre en cours d'études (voir Compétences linguistiques à atteindre).

Connaissance de l'anglais

Ce programme comporte des compétences linguistiques en anglais à atteindre en cours d'études (voir Compétences linguistiques à atteindre).

Documents à présenter dans la demande d'admission en plus des documents exigés par le Bureau du registraire

  • un curriculum vitæ
  • une lettre de motivation/intentions (environ deux pages) exposant les raisons pour lesquelles le candidat souhaite entreprendre ce programme, en lien avec ses études antérieures et ses intérêts professionnels
  • un avant-projet de recherche (environ cinq pages) qui inclut :
  • la justification des disciplines de base choisies pour le projet de thèse (une des deux disciplines doit être la science politique, le droit ou l'économique)
  • la présentation d'une hypothèse de recherche
  • un exposé sommaire du projet de recherche et de la méthodologie envisagée
  • une bibliographie exploratoire
  • trois rapports d'appréciation
  • une confirmation écrite des deux professeurs ayant accepté de diriger et de codiriger les travaux de recherche

Sélection

Le fait de satisfaire aux exigences d'admission n'entraîne pas automatiquement l'admission. Chaque demande d'admission est étudiée par la direction de programme qui prend en considération, dans son évaluation, le dossier scolaire du candidat, la pertinence et la qualité de l'avant-projet de recherche, l'aptitude à la recherche, l'ensemble du cheminement ainsi que la capacité d'accueil des groupes de recherche et des ressources professorales permettant d'assurer l'encadrement.

La direction de programme peut prononcer une offre d'admission définitive, conditionnelle ou encore refuser la candidature. Dans ce dernier cas, elle informe le candidat des raisons de son refus.

En savoir plus sur les études universitaires au Québec.
Consulter la liste des équivalences généralement accordées aux différents diplômes internationaux.

Date limite de dépôt

La date limite à respecter pour déposer une demande d'admission varie selon le profil du candidat. L'information complète se trouve à la page Dates limites de dépôt.

Formules d'enseignement

  • Peut être offert en comodal
  • Peut être offert à distance
  • Peut être offert en présentiel-hybride
  • Peut être offert à distance-hybride

Découvrez les formules d'enseignement


Attribut de cours

  • Cours en développement durable

Cours à l'horaire

  • Automne 2021

Objectifs

Ce programme a comme objectif premier d'offrir un enseignement pluridisciplinaire de pointe portant sur les phénomènes internationaux. À la fin de son programme, l'étudiant :

  • aura contribué de façon autonome et originale à l'avancement des connaissances des phénomènes internationaux, tout particulièrement par la production d'une thèse;
  • pourra décrire et mettre en perspective les problématiques, les théories et les méthodes en études internationales par une approche pluridisciplinaire.

Structure du programme

Études internationales

24 crédits exigés

Le cours GIE-6084 est également offert en version anglaise : GIE-6088.

Choisir deux blocs et réussir 3 crédits dans chacun d'eux.

Bloc 1 - Droit

Bloc 2 - Économique et gestion

Bloc 3 - Science politique

Choisir un cours de méthodologie lié à une discipline dans laquelle l'étudiant n'a pas suivi de formation méthodologique antérieure de deuxième cycle.

Recherche

L'étudiant doit réaliser toutes les activités de recherche prévues dans son programme.

Durée et régime d'études

Ce programme doit être suivi à temps complet.

Compétences linguistiques à atteindre

Note – Les cours suivis, s'il y a lieu, sont non contributoires au programme, et leur réussite est une condition de diplomation.

Le candidat francophone (ayant fait ses études primaires et secondaires en français) doit se soumettre à l'évaluation linguistique en anglais.

Le candidat anglophone (ayant fait ses études primaires et secondaires en anglais) doit se soumettre à l'évaluation linguistique en français.

Le candidat ayant une langue maternelle autre que le français ou l'anglais doit se soumettre à l'évaluation linguistique autant en anglais qu'en français.

Connaissance du français

Exigence pour le candidat anglophone et pour le candidat ayant une langue maternelle autre que le français ou l'anglais

Les connaissances nécessaires à l'expression écrite et orale du français sont indispensables à la poursuite du programme. Le candidat doit, au cours de la première session ou au terme de sa scolarité préparatoire, faire la preuve de ses connaissances linguistiques en français au moyen d'un test de classement.

L'exigence de langue française peut être satisfaite par la réussite :

  • du Test de connaissance du français tout public avec :
    • un résultat égal ou supérieur à 600 sur 699 aux épreuves obligatoires (TCF-TP)
    • ET un résultat égal ou supérieur à 14 sur 20 à l'épreuve d'expression écrite (TCF-TP/EÉ)
  • OU du cours FRN-3003 Français avancé : grammaire et rédaction II (ou d'un cours jugé équivalent) avec une note égale ou supérieure à C

Si le test de classement en français révèle un niveau inférieur, l'étudiant s'engage à suivre le ou les cours qui lui permettront d'atteindre le niveau exigé et à obtenir une note égale ou supérieure à C.

Connaissance de l'anglais

Exigence pour le candidat francophone et pour le candidat ayant une langue maternelle autre que le français ou l'anglais

Les connaissances nécessaires à l'expression écrite et orale de l'anglais sont indispensables à la poursuite du programme. Le candidat doit, au cours de la première session ou au terme de sa scolarité préparatoire, faire la preuve de ses connaissances linguistiques en anglais au moyen d'un test de classement.

L'exigence de langue anglaise peut être satisfaite par la réussite :

Si le test de classement en anglais révèle un niveau inférieur, l'étudiant s'engage à suivre le ou les cours qui lui permettront d'atteindre le niveau exigé et à obtenir une note égale ou supérieure à C.

Travail de recherche

La poursuite d'études doctorales en études internationales, qui implique la réalisation d'une recherche pluridisciplinaire d'envergure mettant à contribution deux disciplines (dont au moins une doit être la science politique, le droit ou l'économique) et menant à la production d'une thèse contribuant à l'avancement des connaissances dans le domaine, s'effectue dans un processus qui comporte plusieurs étapes importantes. Le texte qui suit en décrit les principales.

Examen rétrospectif

À la fin de sa scolarité, normalement à la troisième session dans le programme, l'étudiant doit se soumettre à un examen de parcours évaluant ses connaissances théoriques, méthodologiques et empiriques dans les deux disciplines mises à contribution dans la réalisation de la thèse. L'examen rétrospectif est conçu par un comité d'évaluation composé de quatre professeurs issus des deux disciplines retenues par l'étudiant. Le site Web de l'ESEI fournit les informations pertinentes concernant les étapes préliminaires à l'examen, son déroulement et la procédure d'inscription. La poursuite du programme au-delà de l'examen rétrospectif est conditionnelle à la réussite de cet examen. En cas d'échec, une seule reprise peut être autorisée (par décision unanime du jury d'examen) et doit avoir lieu au cours de la session qui suit celle au cours de laquelle l'échec a eu lieu.

Examen prospectif

À sa cinquième session d'inscription, l'étudiant doit se soumettre à l'examen prospectif. Dans le cadre de cet examen, il doit soumettre un projet de thèse. Ce document doit être présenté par écrit et défendu oralement devant un jury de quatre personnes composé du directeur, du codirecteur de thèse et de deux professeurs provenant des disciplines retenues. La présidence du jury est assurée par le directeur du programme. Le site Web de l'ESEI fournit les informations pertinentes concernant la procédure d'inscription, le document écrit à soumettre lors de l'examen et le déroulement de l'oral. La poursuite du programme au-delà de l'examen prospectif est conditionnelle à la réussite de cet examen.  En cas d'échec, une seule reprise peut être autorisée (par décision unanime du jury d'examen) et doit avoir lieu au cours de la session qui suit celle au cours de laquelle l'échec a eu lieu.

Séminaires de doctorat

Les séminaires de doctorat visent à familiariser l'étudiant avec les recherches menées en études internationales par la participation à un atelier permanent de conférences. Ces séminaires ont pour contenu des présentations faites par les étudiants de doctorat de leurs travaux de recherche pour la thèse (une présentation par année). L'étudiant doit s'inscrire à trois séminaires de doctorat. L'objectif visé par ces séminaires de doctorat est de faire en sorte que les étudiants, d'une part, soumettent leur projet de recherche pour discussion devant leurs pairs et leurs professeurs et, d'autre part, diffusent les résultats de leurs travaux de recherche pour la thèse à un auditoire le plus large possible. Le site Web de l'ESEI fournit les informations pertinentes à l'inscription aux séminaires de doctorat et à leur déroulement.

Thèse

La thèse présente les résultats d'une recherche apportant une contribution originale à l'avancement des connaissances en études internationales. Elle est évaluée pour ses qualités théoriques et méthodologiques par un jury de thèse composé du directeur et du codirecteur de recherche, de deux évaluateurs internes (un par discipline) et d'un évaluateur externe. Sur recommandation favorable du jury, une soutenance publique de la thèse a lieu.

Comité d'éthique

Le Comité d'éthique de la recherche avec des êtres humains de l'Université Laval (CÉRUL) est responsable de l'évaluation et de l'approbation des projets de recherche incluant la participation d'êtres humains.

Avant de s'engager dans tout processus de collecte de données, l'étudiant inscrit au doctorat doit d'abord remplir la Déclaration de l'étudiant (formulaire VRR-1010) pour indiquer si son projet inclut ou non la participation d'êtres humains. Par la suite, il doit remplir soit la Demande d'approbation (formulaire VRR-106) ou bien, si son projet ne nécessite pas d'approbation éthique, la justification de l'exemption (formulaire VRR-103).

Les formulaires VRR-101, VRR-103 et VRR-106 doivent être transmis au CÉRUL. Une copie des formulaires VRR-101 et VRR-103 doit aussi être transmise à la gestion des études du programme.

Pour plus d'information sur les modalités à respecter et les documents à soumettre, consulter le site du CÉRUL.

Il est important de noter que l'approbation du projet de recherche par le CÉRUL constitue une des conditions d'obtention du doctorat pour l'étudiant réalisant une thèse qui fait appel à des sujets humains, comme le prévoit le Règlement des études.

Guide de cheminement aux cycles supérieurs

Le Guide de cheminement aux cycles supérieurs présente des points de repère sur la formation à la recherche: choix du directeur de recherche, rédaction du mémoire ou de la thèse. Il propose également des outils et des façons d'interagir qui rendent la communication plus efficace: formulation des attentes, plan de collaboration. Il précise enfin différents aspects de la réalisation de la recherche, comme le carnet de recherche, et fait le lien avec les services de l'Université Laval susceptibles d'aider les étudiants en cours de route.

Renseignements additionnels

Encadrement des études

Au début de la première session d'inscription, les nouveaux étudiants sont conviés à une séance d'information portant sur le déroulement des études et les grandes étapes du cheminement.

L'encadrement de la thèse est assuré par un directeur et un codirecteur, généralement des professeurs spécialisés dans chacune des deux disciplines choisies par l'étudiant. Ces professeurs sont désignés avant l'admission.

Au début de sa première session d'inscription au programme, l'étudiant doit avoir établi avec son directeur et son codirecteur de recherche le plan de collaboration pour ses études de doctorat. C'est à partir du formulaire « Plan de collaboration » disponible sur le site Web de l'ESEI que ce plan sera élaboré. Le plan de collaboration établira en plus l'échéancier prévu pour les différentes étapes du cheminement des études (de la scolarité à la soutenance) et les modalités relatives à l'encadrement de la thèse.

Évaluation des progrès de l'étudiant

Comme le prévoit le Règlement des études, la direction de programme voit à l'évaluation des progrès des étudiants sous sa responsabilité. À cette fin, l'étudiant est invité (au terme de la session d'hiver) à remplir le formulaire « Évaluation périodique des progrès des étudiants ».  Avant de le remettre à la direction de programme, il devra avoir rencontré son directeur et son codirecteur de recherche afin de faire le point sur l'avancement de ses études en regard du plan de collaboration. Ceux-ci consigneront leurs observations sur le formulaire et en approuveront le contenu. À la lumière des informations contenues dans le formulaire « Évaluation périodique des progrès des étudiants » et des résultats obtenus dans les cours, la direction de programme prendra une décision appropriée relativement à la poursuite des études.

Recherche à la faculté

L'ESEI compte quelque 80 chercheurs, pour la plupart professeurs à l'Université Laval. Une dizaine de regroupements de recherche sont affiliés à l'ESEI. Ces regroupements couvrent les grands enjeux internationaux que sont la sécurité, le commerce, la diplomatie et le développement pour les Amériques, l'Afrique, le Moyen-Orient, l'Asie et l'Europe. Ceux-ci sont susceptibles de vous recruter comme auxiliaire de recherche.

Champs de recherche des professeurs

Pour connaître les champs de recherche des professeurs, référez-vous aux fiches des professeurs disponibles sur le site de l'École supérieure d'études internationales.

Louis Bélanger, Jacques Bilodeau, Marie Brossier, Aurélie Campana, Francesco Cavatorta, Jean-Pierre Derriennic, François Gélineau, Muriel Gomez-Perez, Guy Gosselin, Martin Hébert, Gérard Hervouet, Talbot Imlay, Anessa Kimball, Stéphane Leman-Langlois, Bernard Lemelin, Shenwen Li, Hugo Loiseau, Ronéo Lukic, Gordon Mace, Jean Mercier, Jonathan Paquin.

Développement international

Kristin Bartenstein, Olivier Boiral, Sophie Brière, Olivier Delas, Steve Dery, François Gélineau, Nathalie Gravel, Julia Grignon, Paule Halley, Fannie Lafontaine, Frédéric Lasserre, Sophie Lavallée, Pierre Lemieux, Philippe Le Prestre, Jean Mercier, Stéphanie Rousseau, Dominique Roux.

Commerce international et investissement

Marie-Ève Arbour, Georges Azzaria, Bernard Beaudreau, Bernard Béliveau, Olivier Boiral, Sophie Brière, Benoît Carmichael, Yan Cimon, Charles-Emmanuel Côté, Michelle Cumyn, Guy Debailleul, Bernard Decaluwe, Sylvain Dessy, Karounga Diawara, Erick Duchesne, François Gélineau, Véronique Guévremont, Paule Halley, Nancy Haskell, Gérard Hervouet, Louis M. Imbeau, Égide Karuranga, Bruno Larue, Denis Lemieux, Jean-Frédéric Morin, Richard Ouellet, Geneviève Parent, Alain Prujner, Thierry Rodon, Dominic Roux, Christophe Roux-Dufort, Lucie Samson, Nizar Souiden, Lota Dabio Tamini, Zhan Su, Sophie Verville.

Sécurité internationale

Louis Bélanger, Olivier Boiral, Sophie Brière, Marie Brossier, Aurélie Campana, Francesco Cavatorta, Olivier Delas, Jean-Pierre Derriennic, Sylvain-Éloi Dessy, André C. Drainville, Erick Duchesne, François Gélineau, Muriel Gomez-Perez, Nathalie Gravel, Julia Grignon, Martin Hébert, Gérard Hervouet, Talbot Imlay, Égide Karuranga, Anessa Kimball, Fannie Lafontaine, Frédéric Lasserre, Stéphane Leman-Langlois, Bernard Lemelin, Philippe Le Prestre, Ronéo Lukic, Gordon Mace, Jean-Frédéric Morin, Jonathan Paquin, Geneviève Parent, Thierry Rodon, Stéphanie Rousseau, Christophe Roux-Dufort.

L'onglet «Recherche» du site Web de l'École supérieure d'études internationales comprend un outil de recherche permettant de trouver les professeurs qui peuvent être intéressés à superviser les recherches des étudiants au doctorat.

Champs de recherche des professeurs

Droit civil et comparé. Santé et sécurité des consommateurs. Responsabilité civile. Droit des contrats. Droit privé de l'UE.
Marie-Ève Arbour, Faculté de droit

Droit international de la propriété intellectuelle. Droit d'auteur. Méthodologie. Sociologie du droit. Politiques culturelles.
Georges Azzaria, Faculté de droit

Droit international de l'environnement. Droit international de la mer. Protection du milieu marin. Gouvernance de l'Arctique. Équité Nord-Sud.
Kristin Bartenstein, Faculté de droit

Organisation industrielle. Théorie des jeux. Économie internationale. Firme multinationale. Macroéconomie. Économie régionale.
Bernard Beaudreau, Département d'économique

Design et fonctionnement des institutions internationales (secteur commercial surtout). Intégration nord-américaine (ALENA). Relations Canada-États-Unis. Politique étrangère et commerciale Canada.
Louis Bélanger, Département de science politique

Marketing international. Stratégie de prix.
Bernard Béliveau, Département de marketing

Francophonie. Environnement. Pratique des relations internationales. Diplomatie.
Jacques Bilodeau, École supérieure d'études internationales

Accord de Kyoto. Management environnemental. Normes internationales de gestion. Responsabilité sociale. Développement durable.
Olivier Boiral, Département de management

Gestion de projets internationaux. Gestion de l'aide internationale. Entrepreneuriat dans les pays en voie de développement. Genre et développement.
Sophie Brière, Département de management

Hérédité en politique. Sociohistoire de l'État. Sociologie des institutions. Démocratisation. Alternance politique. Mobilisations collectives. Sociologie du religieux.
Marie Brossier, Département de science politique

Conflits identitaires. Terrorismes. Nationalismes. Construction européenne.
Aurélie Campana, Département de science politique

Macroéconomie. Économie monétaire et financière. Économétrie financière.
Benoît Carmichael, Département d'économique

Démocratisation et autoritarisme dans le monde arabe. Partis politiques et mouvements islamistes. Relations internationales du monde arabe. Dynamiques de la société civile.
Francesco Cavatorta, Département de science politique

Stratégie d'entreprise et gestion de la technologie/connaissance. Gestion internationale. Alliances internationales. Firmes multinationales et intégration nord-américaine. Secteurs de la défense et de la sécurité (gouvernement et industrie). Analyse de réseaux sociaux.
Yan Cimon, Département de management

Droit international public et économique (OMC). Aspects juridiques de l'intégration économique régionale et internationale. Droit constitutionnel et fédéralisme.
Charles-Emmanuel Côté, Faculté de droit

Droit civil et économique. Harmonisation du droit. Droit comparé (droit civil et Common Law). Théorie et histoire du droit.
Michelle Cumyn, Faculté de droit

Économie internationale. Économie du développement.
Bernard Decaluwe, Département d'économique

Droit international public, des relations internationales, de l'intégration européenne. Droit international des droits de la personne. Droit international humanitaire (conflits armés) et pénal. Droit de l'immigration et des réfugiés (interne et international).
Olivier Delas, Faculté de droit

Sociologie des conflits. Théorie des régimes politiques. Histoire des relations internationales. Systèmes électoraux.
Jean-Pierre Derriennic, Département de science politique

Géographie du développement et environnement. Asie du Sud-Est. Monde rural.
Steve Déry, Département de géographie

Croissance et développement. Économie du travail. Économie internationale. Enfants: travail et trafic. Économie du travail (femmes, migrants). Secteur informel.
Sylvain Eloi Dessy, Département d'économique

Droit économique. Droit de la concurrence. Protection du consommateur. Formes juridiques d'entreprises. Droit comparé. Droit transnational (CEDEAO, UEMDA, OHADA, UE).
Karounga Diawara, Faculté de droit

Économie politique internationale. Pouvoirs et contre-pouvoirs dans l'économie mondiale. Sociologie transnationale. Histoire de l'économie mondiale.
André C. Drainville, Département de sociologie

Relations internationales. Économie politique internationale. Politiques commerciales et négociations internationales. Institutions économiques internationales comparées.
Érick Duchesne, Département de science politique

Études électorales. Opinion publique. Démocratie et démocratisation.
François Gélineau, Département de science politique

Histoire politique et socioreligieuse de l'Afrique au sud du Sahara aux XIXe-XXe siècles et de ses relations avec le monde arabo-musulman. Histoire des constructions identitaires par l'islam, de l'enseignement religieux, notamment franco-arabe. Récits de vie de leaders et militants islamiques.
Muriel Gomez-Perez, Département des sciences historiques

Géographie des espaces mondialisés. Géographie rurale. Géographie de l'Amérique latine. Gouvernance territoriale et environnementale (milieux ruraux). Citoyenneté, paix et démocratie du Mexique.
Nathalie Gravel, Département de géographie

Droit international des droits de la personne. Droit international humanitaire. Droit international des réfugiés. Droit international pénal.
Julia Grignon, Faculté de droit

Droit international économique. Droit de l'OMC et préoccupations non commerciales. Diversité culturelle. Culture et développement durable. Droit international public.
Véronique Guèvremont, Faculté de droit

Droit de l'environnement. Droit pénal. Droit administratif. Droit constitutionnel.
Paule Halley, Faculté de droit

Planification stratégique en marketing. Marketing international. Négociation et marketing en Asie. Marketing des services et service à la clientèle.
Nancy Haskell, Département de management

Anthropologie des conflits, des violences et de la paix. Imaginaires sociaux. Foresterie autochtone. Mouvements autochtones des Amériques: Mexique, Guatemala, Québec.
Martin Hébert, Département d'anthropologie

Études asiatiques. Relations internationales. Politique comparée.
Gérard Hervouet, Département de science politique

Histoire de la politique internationale. Histoire européenne contemporaine. Histoire politique, militaire et économique. Deuxième guerre mondiale. Liens entre histoire et science politique en relations internationales.
Talbot Imlay, Département des sciences historiques

Marchés émergents et nouvelles frontières des affaires. Diffusion et acceptation des innovations dans les pays en voie de développement. Technologies et organisations.
Égide Karuranga, Département de management

Politique de sécurité américaine. OTAN. Coopération internationale.
Anessa Kimball, Département de science politique

Droit des affaires. Transactions commerciales internationales. Droit économique international.
Nicole Lacasse, Département de management

Droit international pénal. Droit pénal canadien. Droit international humanitaire. Droit international et interne des droits de la personne.
Fannie Lafontaine, Faculté de droit

Analyse de politiques agroalimentaires. Gestion des bassins hydrographiques. Commerce international. Marketing.
Bruno Larue, Département d'économie agroalimentaire et des sciences de la consommation

Géographie politique. Partage de l'eau. Asie de l'Est. Transport et logistique. Sécurité environnementale.
Frédéric Lasserre, Département de géographie

Droit international de l'environnement. Développement durable. Justice environnementale entre pays développés et pays en développement. Protection de la biodiversité. Changements climatiques. Droits de l'homme et environnement. ALENA et environnement.
Sophie Lavallée, Faculté de droit

Surveillance et contrôle social. Terrorisme et antiterrorisme. Nouvelles technologies de surveillance et d'identification. Police et sécurité privée. Crimes contre l'humanité et justice post-conflit.
Stéphane Leman-Langlois, Département de service social

États-Unis, XXe siècle. Politique intérieure et extérieure: isolationnisme, régionalisme, politique étrangère.
Bernard Lemelin, Département d'histoire

Droit administratif, public et économique.
Denis Lemieux, Faculté de droit

Droit administratif et judiciaire. Libre-échange avec contrat. Indépendance des juges. Droit comparé.
Pierre Lemieux, Faculté de droit

Politiques environnementales. Négociations internationales. Politique étrangère des États-Unis.
Philippe Le Prestre, Département de science politique

Histoire de la Chine, du XVIIe siècle à 1949. Histoire des relations entre la Chine et l'Occident, du XVIIe siècle à 1949.
Shenwen Li, Département des sciences historiques

Europe de l'Est et ex-Union soviétique au XXe siècle. Relations internationales de l'Europe. Relations franco-américaines.
Renéo Lukic, Département des sciences historiques

Coopération interaméricaine. Relations internationales du Canada et du Québec. Méthodologie.
Gordon Mace, Département de science politique

Politiques environnementales. Transport durable. Développement urbain. Instruments de politiques publiques.
Jean Mercier, Département de science politique

Politique internationale de l'environnement. Économie politique internationale. Politique internationale de la propriété intellectuelle.
Jean-Frédéric Morin, Département de science politique

Droit international. Accords de l'OMC. ALENA, libre-échange dans les Amériques. Mesures sanitaires et phytosanitaires. Droit des investissements. Règlement des différends économiques.
Richard Ouellet, Faculté de droit

Politique étrangère américaine et canadienne. Sécurité continentale, nord-américaine, politique étrangère et de sécurité du Canada. Interventions étrangères dans les conflits ethniques et sécessionnistes. Méthodes qualitatives.
Jonathan Paquin, Département de science politique

Droit international public. Sécurité alimentaire. Législation de l'agroalimentaire nationale et internationale.
Geneviève Parent, Faculté de droit

Droit international privé. Commerce international. Arbitrage. Procédure civile. Droits linguistiques.
Alain Prujiner, Faculté de droit

Politiques et gouvernance nordique. Politiques autochtones. Cogestion des ressources naturelles. Éducation autochtone et démocratie participative.
Thierry Rodon, Département de science politique

Citoyenneté, mouvements sociaux et démocratie. Genre et changement social. Politiques sociales.
Stéphanie Rousseau, Département de sociologie

Droit du travail et de l'emploi. Droit international du travail. Droits et libertés de la personne. Droits économiques et sociaux.
Dominic Roux, Faculté de droit

Les crises comme processus de changement stratégique et d'apprentissage organisationnel.
Christophe Roux-Dufort, Département de management

Macroéconomique, économie financière.
Lucie Samson, Département d'économique

Marketing international et interculturel. Stratégies de marketing global. Marketing vers les pays en voie de développement.
Nizar Souiden, Département de marketing

Gestion stratégique des entreprises. Management international.
Zhan Su, Département de management

Économie de la production et comportement des producteurs. Commerce international. Économie de l'environnement et des ressources naturelles.
Lota Dabio Tamini, Département d'économie agroalimentaire et des sciences de la consommation

Commerce international. Propriété intellectuelle. Droit international privé.
Sophie Verville, Faculté de droit

Faculté des sciences sociales

Site de la Faculté

Ressources

418 656-2764, poste 403813
1 877 606-5566, poste 403813
programmes@eti.ulaval.ca

École supérieure d’études internationales

Site web de l'école

Particularités et attraits

L'École supérieure d'études internationales de la Faculté des sciences sociales est un pôle d'excellence en recherche et en enseignement pluridisciplinaires sur les enjeux internationaux qui regroupe plus de 80 membres au sein d'une dizaine d'unités de recherche. Elle forme de futurs diplomates et experts de l'international, et elle fait avancer les connaissances sur la diplomatie et les relations internationales.

Vous profiterez d'une vie étudiante enrichissante grâce à une association étudiante très dynamique et à de multiples possibilités d'expériences liées à l'international: vous pourriez par exemple faire partie de la délégation de l'Université à la simulation des Nations unies à New York ou à la simulation de la Ligue des États arabes à Washington, ou encore écrire pour le journal étudiant Regard Critique.

Aspects financiers

Bourses et aide financière

Au Bureau des bourses et de l'aide financière, vous trouverez toute l'information concernant les sources possibles pour le financement de vos études, notamment les différents programmes d'aide financière gouvernementaux et les programmes de bourses d'admission, d'excellence ou de mobilité.

En voici quelques-unes:

  • Bourse d'excellence pour un travail écrit ou un stage: bourse de la Chaire d'études maghrébines, bourse de la Légion d'honneur
  • Bourses de recherche du Centre d'études pluridisciplinaires en commerce et investissement internationaux (CEPCI)
  • Bourses d'études supérieures des organismes subventionnaires pour inciter à la recherche universitaire (CRSH et FQRSC)

Bourses de réussite

L'Université Laval consacre chaque année 4,6 M$ à la réussite de ses étudiants inscrits à un programme de maîtrise ou de doctorat. Les Bourses de réussite de la Faculté des études supérieures et postdoctorales récompensent le franchissement des étapes de votre programme, de l'admission jusqu'à la diplomation.

Espace Futurs étudiants

Des questions sur les programmes d'études et l'admission?

Notre équipe de responsables d'information vous offre un service d'accompagnement personnalisé et de rencontre individuelle pour vous soutenir dans votre choix de programme et la planification de vos études à l'Université Laval. Communiquez avec eux pour obtenir toutes les réponses à vos questions!

418 656-2764 | 1 877 606-5566 | Demande d'informationinfo@ulaval.ca | Heures d'ouverture