Aller au contenu principal

Michel Laviolette


Professeur émérite

Chercheur de renommée mondiale en pneumologie, clinicien particulièrement attentif à ses patientes et à ses patients, gestionnaire d'expérience constamment en quête de résultats et professeur voué à former une relève de haut niveau dans le domaine de la santé pulmonaire, le professeur Michel Laviolette a contribué à la renommée de l'Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval (IUCPQ-UL) comme pôle d'excellence de calibre mondial. On lui doit également une initiative fort profitable: une biobanque de tissus unique qui fait l'envie de centres de recherche aux quatre coins du monde.

Bâtisseur visionnaire, catalyseur de talents

Michel Laviolette a amorcé sa carrière au début des années 1980 à l'Hôpital Laval, aujourd'hui devenu l'IUCPQ-UL, où il a été directeur de la recherche en pneumologie de 1990 à 1998, puis président du conseil des médecins, dentistes et pharmaciens, de 1998 à 2001, et chef du Département multidisciplinaire de pneumologie et de chirurgie thoracique, de 2004 à 2012.

Michel Laviolette a été l'un des artisans qui ont fait de l'IUCPQ-UL un centre d'excellence réputé mondialement dans le domaine des maladies pulmonaires. Ses réalisations s'avèrent aussi nombreuses que remarquables. Il a mené une prolifique carrière de chercheur-clinicien soutenue par le Fonds de recherche du Québec – Santé et les Instituts de recherche en santé du Canada. Il s'est notamment consacré au développement de l'endoscopie respiratoire. Moins invasive, cette procédure a permis de collecter de précieuses données chez des patientes et des patients en santé afin de bonifier la compréhension du milieu scientifique médical pour le développement et l'évolution des maladies respiratoires. La réputation et les compétences du professeur Michel Laviolette ont suscité l'intérêt de plusieurs spécialistes, lesquels ont collaboré avec lui à la mise au point d'un traitement de l'asthme, la thermoplastie bronchique. Au cours des dernières années, le professeur Laviolette a travaillé à l'élaboration de traitements immunomodulateurs pour l'asthme, s'inscrivant en continuité avec ses recherches précédentes sur le rôle de l'éosinophile dans la maladie. Les résultats de ses recherches ont mené à la mise en place de traitements innovateurs pour lesquels il est l'un des pionniers au Québec.

Au début des années 2000, convaincu de l'importance des liens entre la recherche fondamentale et la recherche clinique, le pneumologue a amorcé la constitution d'une biobanque en prélevant et en conservant les tissus sains et cancéreux de patients opérés d'un cancer du poumon. Au fil des ans, la biobanque s'est enrichie de tissus humains de toutes sortes, si bien qu'à ce jour elle compte au-delà de 100 000 échantillons prélevés sur plus de 20 000 cas traités pour des maladies respiratoires ou cardiovasculaires ou encore pour des conditions liées à l'obésité. La richesse de la biobanque, combinée à une organisation rigoureuse et à la qualité des données qui y sont colligées, en fait un joyau unique, une mine d'or pour les chercheuses et les chercheurs avides de raffiner les connaissances dans leur champ d'expertise.

L'engagement du professeur Michel Laviolette sur le plan de la formation se révèle tout aussi exceptionnel. Il a supervisé les stages de plusieurs dizaines de résidentes et de résidents en pneumologie, il a dirigé ou codirigé une vingtaine d'étudiantes et d'étudiants aux cycles supérieurs et il a évalué un nombre important de thèses et mémoires de recherche. Durant sa carrière, il s'est assuré de former une relève solide et d'offrir un tremplin à des personnes dont le talent en recherche ou la renommée en enseignement étaient manifestes.

La vision du professeur Michel Laviolette, sa recherche constante de résultats tangibles doublée de son souci de préparer l'avenir en recherche en pneumologie, en font un chercheur, un professeur, un gestionnaire et un clinicien d'exception. Ces compétences et qualités hors-norme ont largement concouru à la réputation d'excellence dont jouit l'IUCPQ-UL dans la communauté scientifique mondiale.