Aller au contenu principal

Zita De Koninck


Professeure émérite

Dans le domaine de la francisation, les recherches de la professeure Zita De Koninck ont contribué à changer la vie de milliers de personnes au Québec et ailleurs. Le fruit de décennies de travaux ont permis d'agir sur l'un des principaux facteurs favorables à l'intégration des nouveaux arrivants et arrivantes: l'apprentissage du français. Son expertise a été sollicitée à maintes reprises par les autorités gouvernementales, les commissions scolaires, la communauté universitaire et les organismes qui œuvrent auprès de la population immigrante. Les résultats obtenus grâce à ses travaux ont permis d'outiller les enseignantes et les enseignants qui côtoient des personnes venant de partout au monde et qui sont avides de participer à la société québécoise.

De la recherche à la vie quotidienne

Pionnière en matière de didactique du français langue étrangère, Zita De Koninck a formé des générations d'étudiantes, d'étudiants et de stagiaires en francisation. Depuis sa titularisation en 1999, jusqu'à sa retraite en 2017, elle a affiché une passion pour l'enseignement qui ne s'est jamais tarie au fil des années. Elle a assuré à tout près de 30 reprises la prestation du cours d'initiation à la didactique des langues, assorti de modules trilingues, avec un enthousiasme renouvelé à chaque occasion; elle a aussi encadré des dizaines de chercheuses et de chercheurs à la maîtrise et au doctorat. Zita De Koninck a assumé d'importantes fonctions de gestion académique à la Faculté des lettres et des sciences humaines, en s'impliquant notamment à titre de directrice des études de premier cycle, de directrice des études des deuxième et troisième cycles en linguistique et de vice-doyenne aux études de premier cycle.

La professeure De Koninck a mené des travaux de recherche fondamentale dont la production scientifique a suscité l'intérêt de la communauté universitaire du Québec et d'ailleurs, mais qui a également permis de donner l'impulsion à des projets de société majeurs. Le ministère de l'Éducation du Québec a fait appel à de nombreuses reprises à son expertise pour définir des orientations en matière d'éducation interculturelle et pour produire des outils pédagogiques porteurs, inspirants et utiles aux pédagogues. À l'occasion d'un grand chantier gouvernemental amorcé en 2006, elle s'est vu confier, avec Françoise Armand, chercheuse à l'Université de Montréal, le mandat de mener une enquête sur l'état des services offerts aux élèves issus de l'immigration. La publication du rapport intitulé Portrait des services d'accueil et d'intégration des élèves issus de l'immigration en reflète les résultats probants. Par la suite, de 2012 à 2014, Zita De Koninck a conduit le Chantier 7, Formation continue pour le soutien à l'appropriation du français, langue des apprentissages disciplinaires d'élèves allophones scolarisés ou sous-scolarisés.

Plusieurs commissions scolaires et instances éducationnelles ont mandaté la professeure Zita De Koninck pour produire des guides pédagogiques qui ont permis de bonifier les pratiques et les approches d'enseignement auprès des non-francophones nouvellement arrivés au Québec. En tant que membre du Groupe de travail interuniversitaire sur les compétences interculturelles et inclusives en éducation, Zita De Koninck prend encore part aujourd'hui à la réflexion pédagogique liée au domaine qui la passionne, plus particulièrement celle qui touche la formation des maîtres. Pédagogue dans l'âme, elle continue de transmettre le savoir et la connaissance de la langue par le biais des ateliers Rêver en français, dont elle est l'instigatrice, lesquels visent à répondre aux besoins des étudiants anglophones et allophones inscrits à un programme d'études aux cycles supérieurs. À ce jour, au-delà de 400 apprenantes et apprenants y ont acquis un précieux bagage facilitant leur intégration à la communauté universitaire et à celle de leur ville d'accueil.

L'impact pour la société québécoise de la démarche scientifique et terrain de la professeure Zita De Koninck garantit un rapprochement et une compréhension interculturels par le biais d'acquis linguistiques. Son approche et son implication s'inscrivent dans un esprit d'ouverture sur le monde, valorisé à l'Université Laval et au Québec.